Palestinian refugees camps in Lebanon

As part of LEVIT’s Monthly Talks – « Likaât » -,  Kamel Doraï talked about Palestinian refugee camps in Lebanon. This session of the Likaât, organised around the anniversary of the Nakba, focused on the Palestinian issue along with its reality and implications in Lebanon.

 

* The Levantine Institute of Tripoli is an institute teaching arabic and working toward community engagement. 

 

Parcours et vie quotidienne de familles syriennes à Gaziantep

Valentina Napolitano

Source: Puig, Nicolas (dir.), Exils syriens, éditions Le Passager Clandestin, collection Bibliothèque des frontières, 2018.

Depuis le début du conflit en Syrie, en 2011, trois millions de Syriens ont trouvé refuge en Turquie (selon l’UNCHR), notamment dans les villes de la région frontalière. Parmi celles-ci, Gaziantep, ville de deux million d’habitants, a accueilli environ 320 000 réfugiés provenant principalement du nord de la Syrie (Alep, Idleb, Deir al-Zor, Raqqa) ainsi que de la capitale, Damas. Devenue le siège de la Coalition nationale des forces de l’opposition syrienne, la ville a connu l’éclosion d’une panoplie d’organisations sociales et humanitaires (internationales, turques et syriennes), et constitue ainsi un lieu central dans le processus de recomposition des Syriens en exil.

Au-delà de sa centralité dans la vie politique et l’assistance humanitaire, Gaziantep est surtout devenu le lieu de vie de milliers de familles syriennes, issues principalement des classes moyennes et populaires. Brisées et dispersées par des années de guerre, celles-ci s’efforcent de réorganiser leurs vies dans un contexte d’incertitude accrue. La politique d’accueil turque se fonde jusqu’à présent sur des mesures d’urgence mais ne propose aucune vision à long terme de la présence syrienne dans le pays. À cela s’ajoute le climat de tension politique qui règne dans le pays depuis la tentative échouée de coup d’État de juillet 2016. Les Syriens font désormais l’objet de restrictions quant à l’attribution des permis de séjour et de déplacement entre les villes turques. Des arrestations arbitraires, ainsi que la fermeture de plusieurs organisations humanitaires syriennes ont été constatées.

C’est dans ce contexte précaire et contraint que les familles syriennes tentent de se recomposer et de développer des formes d’ancrage familial et social. Dans ce nouveau cadre de vie et face à l’effondrement des repères spatio-temporels autour desquels se structurait auparavant leur vie sociale, ces familles subissent de profonds bouleversements.

Départ, dispersion, retrouvaille

La guerre en Syrie a gravement déstructuré le tissu social syrien et par conséquent affecté la sphère familiale. Les ruptures engendrées par des positionnements divergents vis-à-vis du conflit, le décès d’un ou plusieurs membres d’une même famille ou leur dispersion entre deux, voire trois ou quatre pays différents constituent autant de facteurs de déstructuration des familles syriennes, qui ont engendré une redéfinition de la manière d’être ensemble et de faire famille.

Dans la ville de Gaziantep des cellules familiales éclatées se recomposent selon des dynamiques inédites. La famille Ghaza, syro-palestinienne, est issue du camp de Yarmouk, au sud de Damas. En 2012, cette cellule familiale comprenait les parents, leurs deux fils dont un, marié, habite aux Émirats Arabes Unies (EAU) avec une partie de la famille élargie, et leurs trois filles encore célibataires. En 2017, la famille Ghaza est désormais dispersée entre quatre pays : la Turquie, les EAU, Oman et la Suède. Chacun a suivi une trajectoire différente et seule une partie de la famille est parvenue à se réunir temporairement aux EAU, puis en Turquie.

Les premiers à quitter Yarmouk face à la montée des violences, en décembre 2012, sont les parents, accompagnés de leur fille cadette Maya, alors âgée de 15 ans, dans le but de rejoindre leur fils Omar aux EAU. Les deux autres sœurs, Shereen et Safa, s’installent d’abord au Caire pendant un an, avant de gagner elles aussi les EAU, en 2013. Le deuxième frère Mohammad, âgé de 37 ans, le seul membre de la famille à ne pas avoir obtenu de visa pour les EAU, a quant à lui trouvé un emploi à Oman, mais nourrit l’espoir de rejoindre le reste de la famille.

Alors que le conflit perdure en Syrie, le père de la famille Ghaza décède en exil. La sœur aînée, Shereen, se marie et part avec son conjoint en Suede. La cadette, Maya, après avoir obtenu son baccalauréat, est dans l’impossibilité de poursuivre ses études aux EAU à cause du montant trop élevé des frais d’inscriptions à l’université. Sa sœur Safa, âgée de 33 ans, prend alors l’initiative de partir en Turquie en 2015, à la recherche d’un emploi qui lui permette de payer les études de sa sœur dans l’une des universités privées syriennes qui viennent d’ouvrir leurs portes en Turquie. Accueillie à Gaziantep par une amie syrienne, Safa qui, avant de quitter la Syrie, travaillait comme psychologue pour les Nations Unies, obtient un poste dans une organisation humanitaire allemande. Elle loue alors un appartement dans le quartier résidentiel de Galeshtepe, au centre de Gaziantep, où elle accueille sa mère et sa sœur. 

Des femmes en exil

Cette partie de la famille Ghaza installée à Gaziantep, est composée exclusivement de femmes. Celles-ci gèrent donc seules leur quotidien dans ce nouvel environnement. Alors que Safa subvient aux besoins familiaux et épaule sa sœur dans ses études, la mère s’occupe des tâches ménagères. Si ces femmes rencontrent des difficultés causées par leur ignorance de la langue turque, et bien qu’elles aient été confrontées à des épisodes de racisme, leur adaptation à la vie en Turquie se passe relativement bien. Le climat et le mode de vie y sont proches de ceux de la Syrie contrairement aux EAU. Par ailleurs, la présence d’un nombre important de Syriens à Gaziantep a créé un environnement familier qui a permis à ces femmes de nouer de nouveaux liens amicaux.

Instaurant de fait une distance avec les pressions sociétales et la famille élargie, l’exil peut représenter une source d’émancipation. Ces femmes ont une vie sociale active, pratiquent le sport, sortent entre amis. Spécialement Safa qui, en raison de son métier dans le domaine humanitaire, voyage souvent seule et s’est ouvert a un monde de relations. Cependant, cette émancipation n’est pas synonyme d’un véritable accomplissement personnel. Âgé de 35 ans, Safa manifeste l’envie de fonder un foyer, désir qu’elle a longtemps dû mettre de côté afin de s’occuper de sa famille. En outre, sa réussite professionnelle et son insertion sociale semblent avoir engendré un décalage entre son quotidien et les attentes maritales conformes aux valeurs traditionnelles de sa famille.

L’émancipation contrainte vécue par Safa est le lot de nombreuses femmes syriennes, notamment de celles que la guerre a rendues veuves et qui assument désormais l’ensemble des responsabilités familiales. Après l’assassinat de son mari en 2015, Ansaf quitte la maison familiale et le quartier de Jaramane à Damas, avec ses trois enfants. Après un bref passage par le Liban, la famille rejoint Gaziantep de manière illégale, où elle est d’abord hébergée par une organisation humanitaire syrienne. Après trois mois, Ansaf trouve un studio à louer dans le quartier de Binevler, au sud-ouest de la ville, au sein d’un bâtiment de quatre étages habité exclusivement par des Syriens. La simplicité de l’ameublement dénote le caractère temporaire du logement et la situation précaire dans laquelle se trouve cette famille.

Vie quotidienne et incertitude

Agée de 45 ans, Ansaf exerçait la profession de psychologue avant de quitter la Syrie. En Turquie, elle travaille de manière intermittente pour des organisations humanitaires, sans toutefois parvenir à trouver un emploi stable. Comme les cours de soutien psychologique dispensés dans un centre de loisir pour jeunes filles ne sont pas suffisants pour subvenir aux besoins familiaux, elle est obligée de solliciter l’aide d’amis résidant à l’étranger.

La situation de ses enfants contribue à plonger la famille dans la précarité. Son fils cadet Ahmad, âgé de 8 ans, a dû intégrer une école turque suite à la décision gouvernementale de fermer l’école temporaire syrienne qu’il fréquentait. Ne maîtrisant pas la langue turque, Ahmad s’acclimate difficilement et s’absente souvent de l’école. Sa fille Lina, âgée de 17 ans, réussi quant à elle son baccalauréat mais ne sait pas si elle pourra poursuivre ses études, car les frais d’inscription dans les universités privées syriennes sont trop élevés et le nombre de places réservées aux Syriens dans les établissements turcs limité. Son fils aîné Sadek, âgé de 18 ans, a abandonné ses études pour travailler dans des usines à la périphérie de Gaziantep. Il semble être le plus affecté par le décès du père, il entretient un rapport conflictuel avec les membres de sa famille et manifeste la frustration de ne pas réussir à prendre en charge les besoins familiaux. C’est dans ce contexte de précarité socio-économique qu’Ansaf décide de présenter une demande de visa pour la France. Depuis, elle reste dans l’attente d’une réponse sans savoir où elle devra réorganiser sa vie.

Solidarité et entraide

Seule avec ses enfants et éloignée de tout réseau familial, Ansaf subsiste en Turquie essentiellement grâce à des réseaux de solidarité locaux qui se sont structurés autour de l’activisme politique ainsi que des appartenances locales de la Syrie d’avant-guerre. Très active dans la contestation anti-régime en Syrie, Ansaf poursuit ses engagements à Gaziantep en participant aux rassemblements, aux récoltes d’aides et aux débats politiques. Cela lui permet d’intégrer de nouveaux réseaux qui l’aident à décrocher des petits emplois et à gérer les vicissitudes quotidiennes de l’exil. Par ailleurs, toujours en raison de son activisme politique, la maison d’Ansaf est devenue un véritable carrefour d’amis et de visiteurs qui s’y rencontrent, y partagent leur vécu et débattent de leurs visions du futur.

Au sein du bâtiment où elle s’est installée avec sa famille, Ansaf a noué des liens de solidarité avec ses nouveaux voisins. Elle partage des repas avec eux, garde de temps en temps les enfants de sa voisine, veuve elle aussi, dont elle paye la moitié de la facture d’électricité en échange de l’utilisation de son lave-linge. Ces formes d’entraides au quotidien atténuent la précarité et le sentiment d’isolement causés par l’exil.

D’autre part, la famille peut aussi compter sur le soutien d’un groupe de jeunes issus de la même ville que le père, Deir al-Zor, au nord-est de la Syrie. Ils aident Ansaf à s’occuper des enfants et des tâches quotidiennes. Cette solidarité envers la famille est envisagée par ces jeunes comme un devoir en raison notamment de l’origine du père, connu à Deir al-Zor pour son investissement dans la contestation anti-régime.

De par leur travail, leurs études, leurs sociabilités, les membres des deux familles syriennes dont nous avons ici retracé le parcours parviennent à créer un semblant de vie quotidienne dans un contexte de profonde instabilité. Ainsi, bien que Gaziantep soit pour elles un lieu de séjour temporaire, dans l’attente de s’installer dans un pays tiers, cette ville constitue un lieu d’ancrage où ces familles syriennes se recomposent et se transforment au gré de la guerre mais aussi des nouvelles configurations sociales créées par l’exil.

Lajeh – Beirut international conference at LAU

International conference

Conflict and migration in the Middle East

5-7 June 2018

Venue

Lebanese American University – Beirut

Faculty lounge

 

This international conference aims to deepen knowledge on forced migration in the Middle East by analyzing current refugee flows in their historical and regional context. Lebanon, Jordan and Turkey are the leadind countries in the refugee host system. Moreover, the presence of many economic migrants makes international migration analysis one of the keys elements to understand socio-economic changes in the Middle East today. This conference also aims to develop a joint reflection with researchers and actors of the civil society.

You can access the programme here.

For feedbacks on the event and Lajeh’s program, you can read this article from LAU News.

Two round tables and and exhibition will be organized at Fabrika as side events.

June, 5 – Architecture of Displacement

June, 6 –  Les réfugiés et leur société d’origine

For more information, please contact Floriane Soulié