Les séminaires MoRéMi et Mondialisations du Lisst accueillent le programme Lajeh – 6 avril 2018

MOBILITÉS, RÉSEAUX, MIGRATIONS (MoRéMi)

Vendredi 6 avril 2018

10h30-12h30

Le Florida Café

(Salle privée au 1er étage, Place du Capitole)

« Les familles transnationales »

Le maintien des liens familiaux dans la migration ne constitue pas en soi un phénomène nouveau, mais la famille transnationale, qui se caractérise a minima par la continuité de contacts étroits entre ses membres dispersés à travers plusieurs pays, n’est devenue que récemment un objet d’études. Virginie Baby-Collin présentera les conditions de l’émergence de cet objet de recherche et ses enjeux tant méthodologiques que scientifiques. Elle prendra appui sur une revue de littérature ainsi que sur des expériences de recherches conduites auprès de familles migrantes dispersées. La communication de Sébastien Roux portera sur l’adoption internationale en France, en Ethiopie et au Vietnam : il démontrera comment l’Etat et la nation se situent paradoxalement au cœur du dispositif idéologique qui autorise, encadre et détermine la construction des familles adoptives. Enfin, Véronique Bontemps et Hala Abu Zaki s’intéresseront aux trajectoires et mobilités de deux familles palestiniennes à partir de Naplouse en Cisjordanie, et du camp de Chatila au Liban. Dans de tels contextes sociopolitiques et juridiques, les circulations et la confrontation aux dispositifs frontaliers sont partie prenante de la vie familiale et révèlent l’organisation de réseaux façonnés par les mobilités.

Intervenant-e-s :

10h30-11h – Virginie Baby-Collin (Pr., TELEMMe, Aix-Marseille Université) : Présentation théorique sur la notion de famille transnationale 

11h-11h30 –  Sébastien Roux (CR, Lisst, Toulouse) : Le familialisme et la sagesse des nations

Pause : 11h30-11h45

11h45 – 12h15 Véronique Bontemps (chargée de recherche CNRS, IRIS) et Hala Abu Zaki (membre associée à l’Institut interdisciplinaire d’anthropologie du contemporain (IIAC) : Familles palestiniennes transfrontalières. Expériences quotidiennes de la dispersion 

Coordination

Fatima Qacha (MCF, Lisst-Cers), David Lagarde (Doctorant, Lisst-Cieu)

Animation du séminaire

Hasnia-Sonia Misssaoui, Lucine Endelstein, Stéphanie Lima, Olivier Pliez, Fatima Qacha, Yann-Philippe Tastevin

Séance organisée dans le cadre du séminaire de l’ANR Lajeh en France https://lajeh.hypotheses.org/

Lajeh Seminar, April 5, 2018, Ifpo Amman – 9.30-11.30 am

Palestinians mobilizations in Syria before and after 2011

Valentina Napolitano, Ifpo

Abstract

During this session, Valentina Napolitano will present the results of a Phd research on Palestinian refugee’s mobilisations in Syria. Her investigations are based on a fieldwork carried out in Yarmuk camp, between 2008 and 2011 but also on interviews conducted in Lebanon (2013) and France (2014) after the beginning of the conflict. She will first present the main socio-economic characteristics of this community. Then, she will focus on the evolution of their mobilisations according to the Syrian context and the Palestinian national movement history. Her presentation will tackle the effects of the war on Palestinians in Syria from a political and social point of view. To do so, she will look at the stance of Palestinian factions toward the conflict in order to give an insight on refugees’ anti-regime mobilisations. She will also assess the process of forced migration of Palestinians refugees toward neighbouring countries and in Europe.

Biography

Valentina Napolitano is a Researcher at the Institut Français du Proche-Orient (Ifpo), her research focus on forced migrations, political violence and social movement in the Middle East, especially in Syria. She studied the history of political commitments and mobilizations among Palestinian refugees in Syria where she carried out fieldwork in Yarmuk camp between 2008 and 2011. Here current researches deal with the dispersion and transformation of family in a context of war and forced migration, through a study of Syrian refugee’s in Jordan. Among here last publications: with Calabrese Chiara (ed.) Violence et militantismeParcours de militants dans le monde arabe, Paris, Editions CNRS/Alpha, 2017.

De la révolte aux résistances politique et mémorielle, engagements collectifs syriens en exil

Solène Lavigne Delville

Étudiante en Master de sociologie et sciences politiques à Paris-Dauphine

Introduction: Une interrogation sur l’engagement militant en exil

Cette note restitue la démarche d’enquête et les premières hypothèses d’un terrain exploratoire pour un mémoire de M2, mené à Beyrouth pendant 2 mois à l’automne 2017, sur deux organisations de la « société civile » syrienne en exil au Liban. Une première étude qualitative de quelques trajectoires de jeunes Syriens exilés à Beyrouth, réalisée l’année précédente dans le cadre d’un Master 1, avait été l’occasion d’appréhender et de contextualiser un certain nombre d’enjeux posés par l’exil syrien au Liban. Il s’agissait alors, à travers une approche par les parcours biographiques de jeunes Syriens de la classe moyenne, étudiants ou anciens étudiants, de saisir à la fois les « invariants de l’exil »[1], caractérisé par la rupture et l’incertitude, et les éléments de « déclinaison de l’exil »[2]. Il s’agissait également de voir comment évoluent les représentations de leur situation et de leurs perspectives d’avenir à l’épreuve d’une guerre qui dure et d’un exil qui s’installe. La précarité de l’exil syrien au Liban est en particulier légale. Parce que le Liban n’est pas signataire de la Convention de 1951 relative au statut des réfugiés ni de son Protocole de 1967, toutes les procédures d’entrée et de séjour dans le pays se fondent sur des lois et réglementations nationales. Depuis 2014, la priorité du gouvernement libanais est de réduire le nombre d’entrées, ainsi la frontière est officiellement fermée aux réfugiés de Syrie, et de mettre l’accent sur une politique sécuritaire (contrôles, incarcérations, couvre-feu). L’année 2015 inaugure l’instauration de visa d’entrée et permis de séjour, réglementation qui fragilise encore la situation (légale, sécuritaire, économique…) de la plupart des Syriens au Liban[3].

Nous privilégions, à l’instar de Emmanuel Ma Mung, le « point de vue de l’autonomie » qu’il définit de la manière suivante : « L’autonomie comme savoir-faire pourrait être alors définie comme la capacité d’un sujet, individuel ou collectif, à constituer et maintenir un monde, et l’autonomie comme pouvoir-faire comme la capacité de ce même sujet à agir sur et à transformer ce monde. »[4]. Une telle approche permet d’appréhender les trajectoires individuelles et collectives et de restituer une certaine marge d’action aux personnes exilées qui font des choix et se mobilisent malgré la contrainte. Parmi les questionnements que nous souhaitions approfondir, celui de l’évolution du rapport au politique de ces jeunes, en particulier ceux qui avaient pu être politiquement actifs en Syrie, et les conditions de possibilité du maintien d’un tel engagement dans l’exil et dans le contexte particulièrement sensible qu’est le Liban à l’égard de la question syrienne.

Les difficultés posées par le contexte libanais à un tel positionnement politique sont notamment l’objet de l’article de Jean-Baptiste Pesquet et Nicolas Dot-Pouillard qui interrogent « l’émergence progressive d’un discours de neutralité »[5] chez les réfugiés syriens, entre le régime syrien et l’opposition. Il nous a donc semblé intéressant d’envisager différentes formes d’engagement que pouvaient avoir les jeunes Syriens à Beyrouth, et ainsi la façon dont se répondaient trajectoires migratoires et trajectoires militantes. Cette question des formes d’engagement, qu’il fallait préciser, a été abordée lors d’échanges informels avec de jeunes Syriens, nombreux à travailler pour des associations, notamment auprès de réfugiés.

Le Liban, comme d’autres pays frontaliers de la Syrie, a vu le nombre d’ONG se multiplier en quelques années, cette explosion du secteur humanitaire étant notamment liée à l’absence d’investissement étatique dans la gestion humanitaire des flux de réfugiés syriens et à l’afflux d’aide internationale. Les acteurs syriens participent également au développement d’un tissu associatif et fondent des associations. Pour une partie des exilés diplômés du moins, le secteur associatif offre des perspectives d’emploi relativement stable, emploi qui représente alors une ressource économique et sociale en intégrant un réseau. C’est cette question qu’aborde dans son article Léo Fourn[6], qui analyse l’engagement dans l’humanitaire de jeunes Syriens au Liban comme transition à plusieurs niveaux : ceux des carrières migratoires, militantes ou encore professionnelles.

Le choix a été fait de s’intéresser aux conditions de possibilité du maintien d’un activisme, entendu comme participation au mouvement de contestation, et dès lors de focaliser l’étude sur deux organisations, créées en Syrie dans le sillage de la révolution et aujourd’hui refondées à Beyrouth, qui visent un certain changement politique en Syrie à partir d’un travail sur des notions telles que la « citoyenneté » et la « démocratie ». En effet, l’étude des trajectoires d’engagement individuel permet d’approcher un certain nombre d’initiatives collectives qui illustrent la (ré)émergence, depuis 2011, d’une société civile syrienne, à l’instar de ce qu’ont pu observer des chercheurs comme Salam Kawakibi[7] ou Nadine Méouchy[8] pour ne citer qu’eux.

Ainsi, plusieurs questionnements se sont posés à nous. Au niveau individuel, comment redonner du sens à l’expérience de ce temps de rupture et d’incertitude ? Comment, pour les activistes en particulier, poursuivre un engagement qu’ils souhaitaient politique, comment envisager le changement politique en Syrie à partir de leur position en exil ? On peut aussi se demander s’il existe, d’une génération à l’autre, des rapports différenciés à l’évènement révolutionnaire, et à un engagement actualisé. Le niveau de l’institution est intéressant en ce qu’il permet d’étudier les trajectoires de différentes générations engagées dans les mêmes projets. À ce second niveau, le niveau collectif, la question est de savoir de quelle manière s’exprime une « société civile » syrienne en exil, et notamment les organisations dont les objectifs sont d’ordre politique. D’autres enjeux émergent au niveau des organisations : quels impacts de l’évolution du conflit, des politiques régionales, de l’exil forcé sur les associations ? Comment s’organiser ? Quelles sont les stratégies pour exister dans la contrainte, en Syrie puis au Liban ? Nous nous sommes aussi intéressés à des personnes proches de ces organisations, participant à des activités communes ou à l’origine d’initiatives liées aux mêmes enjeux de transition démocratique et de mémoire.

La trajectoire d’enquête

Il s’agissait pendant ces deux mois d’exploration de stabiliser l’objet d’étude, de développer les contacts et de négocier les premiers entretiens. Ce sont d’abord des échanges informels avec de jeunes Syriens qui nous ont permis de découvrir les enjeux de la question de l’engagement militant, et ont orienté le choix des deux organisations. L’étude de deux organisations impliquait dans un premier temps de se renseigner, notamment à partir de leurs sites internet ; d’analyser le message produit par la façon dont elles se présentent et présentent leurs objectifs et activités, en lien avec une vision de la Syrie, de l’actualité et de ses enjeux. Le travail sur un matériau en ligne (sites internet, vidéos, publications sur les réseaux sociaux) comme sur d’autres publications de ces organisations (rapports, ouvrages théoriques ou recueils de témoignages) pose un certain nombre de questions d’ordre méthodologique auxquelles nous n’étions pas familiarisés.

5 entretiens plus formels, semi-directifs, ont été menés auprès de membres de ces deux organisations, sur l’histoire de chacune, les enjeux posés par la temporalité du conflit syrien et le contexte libanais. Les mêmes questions ont été abordées pour l’une et l’autre des organisations, afin de dégager des points de comparaison entre les trajectoires : ainsi ont notamment été abordés le contexte de la fondation et les personnes à leur initiative ; l’organisation des premières activités ; le moment de l’exil et la façon dont elles s’étaient refondées à Beyrouth ; la façon dont étaient redéfinies les priorités, activités ; la perception de leur caractère ou non politique, etc. S’intéresser à la trajectoire des organisations implique d’étudier dans le même temps les trajectoires de leurs membres, puisque le niveau associatif n’existe pas sans ces individus qui font des choix migratoires et politiques. Ainsi par exemple de la problématique de la « renaissance »[9] personnelle qui croise la refondation de l’organisation.

Les bureaux de la première organisation représentent un premier lieu d’observation. Nous n’avons eu accès aux bureaux de la seconde, qui par précaution ne rend pas publique son adresse, et dont nous avons rencontré les membres dans des lieux publics (cafés). En parallèle de ces entretiens, nous avons assisté à différents évènements (conférences, colloques, ateliers) qui rassemblent des membres ou des personnes proches de ces organisations autour d’enjeux de mémoire, d’échanges sur l’avenir de la Syrie, etc. Ces évènements, plus ou moins publics selon les cas, se tiennent souvent dans des hôtels huppés de Beyrouth. On retrouve un certain nombre de personnes et d’organisations d’un évènement à l’autre et un réseau d’activistes se dessine à travers ces différentes occasions. Ces évènements mettent au jour un certain nombre d’initiatives (notamment des travaux de recherche, de recueil de témoignages par des organisations, ou de collection d’œuvres[10]) témoignant des enjeux sur lesquels continuent de travailler des activistes syriens.

L’invitation à un workshop par S de la première organisation a été l’occasion d’assister à l’un de ces ateliers pour en comprendre le déroulement. Ce « workshop », qui était coorganisé par l’organisation en question et une ONG néerlandaise partenaire sur la question des droits des femmes et de la lutte contre les violences faites aux femmes, réunissait des activistes de Syrie et du Liban. Ce cadre a ainsi permis l’échange avec certains d’entre eux (qui avaient d’ailleurs assisté à d’autres conférences, proches des organisations étudiées et de leurs membres) et la prise de contact avec deux jeunes en particulier. Un dernier lieu d’observation participante a donc été la rencontre, à 3 reprises, avec une activiste syrienne de 24 ans et quelques-uns de ses amis également engagés dans un certain nombre de programmes pour jeunes Syriens (comme le programme « Young Syrian Leaders » de la fondation allemande Friedrich Ebert). En effet, Il s’agissait de rencontrer non seulement des représentants de chacune des deux organisations quant à l’histoire et aux activités de l’organisation, mais aussi de rencontrer le public auquel s’adressent ces « workshops » au cœur de leurs activités de sensibilisation et de formation.

Résultats préliminaires: Penser le changement politique en Syrie depuis le Liban. Enjeux de la résistance culturelle et mémorielle.

Ces premiers pas dans l’enquête se sont ainsi focalisés, dans une approche compréhensive, sur les trajectoires de chacune des organisations et sur le lien entre ces trajectoires collectives d’une part et d’autre part les ressorts des engagements individuels tels qu’ils les expriment.

À l’origine de ces collectifs : des enjeux d’organisation de la révolte civile.

Une chronologie commune à ces deux organisations semble se dégager. En 2011/2012 s’impose un besoin urgent d’organiser la révolte pacifique. La société syrienne d’avant 2011 est décrite comme dépolitisée[11], étouffée par 40 ans d’oppression et la quasi-absence d’espaces d’expression politique. Dans les deux cas, ce sont des figures militantes qui sont les fondateurs de l’organisation, dans un contexte où, à l’aube du changement, il apparaissait nécessaire de définir un projet politique. Ainsi pour la première organisation, c’est l’association à Damas de 9 amis, intellectuels, artistes, militant pour différentes causes (citoyenneté, droits des femmes, etc.) qui pensent le besoin de sensibiliser, et en particulier de « former les jeunes »[12], aux concepts de « citoyenneté », de « justice transitionnelle », ou encore de « démocratie », et d’organiser pratiquement les mouvements de protestation, pour donner à ces derniers du sens et des orientations concrètes, autour de notions comme celle de « civil disobedience »[13]. Ces militants issus d’une génération d’intellectuels proches des milieux internationaux, ont pu, dès avant la révolte de 2011, publier et développer des initiatives avec le soutien d’institutions comme l’Union Européenne, des fondations néerlandaises, allemandes, etc. Ils sont de par leurs activités antérieures et leur notoriété (ce sont des figures publiques, actives sur les réseaux sociaux) les plus à même de mobiliser un réseau d’activistes. Pour H par exemple, un engagement préalable auprès d’étudiants (conférences, enseignement et organisation d’activités au centre culturel de Damas) permet de mobiliser aisément un nombre important de « jeunes ». Différentes activités sont alors mises en place en parallèle des manifestations ; l’organisation de rencontres secrètes, en comité plus ou moins restreint, souvent dans la banlieue de Damas ; prenant la forme de conférences ou de formations thématiques Un certain nombre d’outils sont collectivement développés, comme des pages sur les réseaux sociaux et la diffusion sur une chaîne YouTube (pour l’organisation B) de vidéos de sensibilisation et de propositions pédagogiques sur chacun des concepts évoqués plus haut.

Ainsi, les personnes déjà engagées dans la Syrie prérévolutionnaire semblent les premières, de par leur expérience militante et politique, de par leur connaissance du régime aussi, à chercher à organiser les mouvements démocratiques aux débuts de la révolution ; elles sont en même temps les premières cibles de la répression du régime et beaucoup doivent s’exiler dès les années 2012/2013. Comme le rappelle l’étude “Activism in difficult times”, « Civil society activists were among the first to become the victims of arrest, kidnapping and, in many instances, targeted killings »[14]. L’année 2013 est à la fois marquée par l’espoir d’un affaiblissement du régime syrien et une étape supplémentaire dans la radicalisation de la guerre avec la multiplication des groupes armés et des exactions. C’est également l’augmentation du nombre de détentions d’activistes et départs en exil qui nous est évoquée.

A Beyrouth, la refondation dans l’exil et l’adaptation à de nouveaux enjeux

La première organisation a été fondée en ligue de manière formelle dès la fin de l’année 2011 et a dû cesser ses activités avec l’intensification des menaces du régime sur ses membres, voire leur emprisonnement, qui a contraint à l’exil les personnes concernées. Ils sont plusieurs à se retrouver à Beyrouth, et à reprendre leurs activités collectives, après un temps de « renaissance personnelle » (les retrouvailles sont d’abord l’occasion de se soutenir), que les deux membres rencontrés – deux des fondateurs – m’évoquent. À Beyrouth à nouveau, les organisations, parmi d’autres activités de recherche et de publication, organisent et coorganisent des « workshops » et « T to T » (« training to training ») : formation de chercheurs qui vont collecter des témoignages en Syrie, ou de « trainers » d’autres organisations en Syrie et au Liban. Ces activités sont le lieu d’une sociabilité, au contact des organisations, des différentes générations de militants, d’experts. Elles semblent témoigner d’une certaine socialisation à des concepts internationaux comme ceux de « projet », d’« empowerment », de « résilience », et à des méthodes telles que les « workshops » et « trainings » ; notions qui charrient une vision du monde, celle d’acteurs internationaux comme les ONGs, mais que se réapproprient aussi des acteurs de terrain (notamment des figures militantes syriennes qui ont parfois étudié et travaillé en amont sur ces concepts, en cherchant à les adapter à partir des réalités locales).

Au Liban, l’existence même d’organisations syriennes est légalement compliquée : elles sont officiellement interdites sauf à un certain nombre de conditions, d’où le recours à des stratégies pour exister légalement. L’organisation A est depuis le début enregistrée aux Pays-Bas comme fondation, grâce à ses liens avec une ONG néerlandaise. Ne pas s’enregistrer au Liban les a contraints à geler quelques mois leurs activités après une mesure d’intimidation par les forces de sécurité libanaises (fouille, interrogations sur les fondateurs et leur positionnement à l’égard du régime syrien) ; la décision a depuis été prise de s’enregistrer en tant que centre de recherche (insistant sur l’importance de leurs activités de recherche sur les questions de citoyenneté). La seconde organisation existe déjà deux fois : en tant que ONG en Europe et en tant qu’entreprise au Liban.

Les membres de chacune des deux organisations rendent explicite le choix de ne pas se consacrer à l’humanitaire[15], de nombreuses initiatives existant déjà dans ce domaine, alors qu’il apparaissait nécessaire de s’engager sur le terrain de la résistance culturelle par exemple, plus rare.

Les activistes témoignent du souci de rester proche du terrain. C’était l’une des raisons de l’installation à Beyrouth, que de pouvoir s’organiser avec des activistes de terrain pouvant, pendant un temps, se rendre au Liban, et de pouvoir mener des travaux d’enquête « par le bas » en recueillant des témoignages en Syrie et dans les camps du Liban (a notamment été menée une enquête sur les priorités des jeunes en termes de justice transitionnelle[16]).

Ce travail d’enquête est un travail laborieux, comme me l’explique S, en particulier car la peur en Syrie est omniprésente ; trouver des personnes qui peuvent témoigner sans être mises en danger et acceptent de le faire est long et compliqué. Ces rencontres ne sont possibles que dans les zones échappant au contrôle gouvernemental. De même, les possibilités de contacts avec activistes en Syrie, de formation, ont été réduites avec les fermetures de frontière et les exils successifs. L’organisation des activités est en effet tributaire des évolutions du conflit en Syrie et de la conjoncture géopolitique notamment : s’il demeure un temps possible de rencontrer des activistes des zones hors du contrôle du régime, via la Turquie, la fermeture des frontières avec la Turquie puis le Liban impliquent une certaine réorganisation. De plus en plus d’échanges se font en ligne. La sécurité sur internet (le cryptage des mails) fait d’ailleurs l’objet de formations spécifiques parmi celles que proposent l’organisation B. Ainsi même si des solutions existent, le nombre de workshops, de conférences a été très réduit par rapport au temps de l’effervescence révolutionnaire.

C’est aussi l’évolution des enjeux qui est fatalement évoquée, en référence aux 6 années de guerre écoulées et à l’ampleur des exactions, morts, disparitions : de nouvelles problématiques ont émergé quand la chute du régime d’Assad n’est plus ni envisageable ni envisagée. Selon S, les résultats d’une enquête sur les besoins et priorités des Syriens témoignent d’un réel besoin de justice. Ainsi les organisations semblent dorénavant mettre l’accent sur les questions de documentation du conflit et de justice transitionnelle. D’où ce travail d’archivage et de plaidoyer, notamment à travers le soutien à d’autres initiatives pour les personnes disparues et détenues. Un tel travail est en même temps ce qu’il reste comme engagement pour des organisations qui avaient vocation à organiser la révolte et dont le travail pour une « transition démocratique » en Syrie tend à se concentrer sur les enjeux de mémoire et de justice.

Les deux organisations affichent des positions relativement proches en termes de principes et de valeurs. Toutes deux se sont employées à diffuser les notions de démocratie, de citoyenneté, d’égalité hommes-femmes pour ne citer que ceux-là. On note également le souci de se distinguer des protagonistes du conflit syrien : un rejet des parties prenantes à la guerre en Syrie comme de l’opposition officielle, dénoncée comme trop déconnectée de la population syrienne et parfois compromise auprès du régime ou de groupes armés. Des désaccords apparaissent entre les membres sur la question de savoir s’il faut ou non agir sur la scène politique. Si certains considèrent qu’il est vain de participer aux négociations internationales (H), que manifester politiquement contre le régime est devenu « ridicule » (échange informel avec un jeune proche des organisations), d’autres continuent de le faire en leur nom propre. Ceux qui participent aux rencontres internationales peuvent mettre en avant le travail et les positions de leur organisation. Les membres de l’organisation B ont insisté sur l’idée que leur rôle n’était pas de représenter la population syrienne, mettant en avant l’idée d’autoreprésentation, mais de proposer des canaux d’expression, de faire le lien entre la population, la société civile syrienne et l’international. Cette fondation revendique son caractère politique, quand l’autre tente de le neutraliser. Bien que les revendications mises en avant, telles qu’un changement de la Constitution syrienne, soient définies comme politiques (S), l’accent est mis sur la notion de changement « par le bas » (c’est le sens de la volonté de « former les jeunes ») et « par la culture »[17] (c’est le sens de la promotion et de la valorisation d’une production culturelle syrienne), comme moyen de se distancer du politique.

Questionnements et hypothèses sur le rôle de ces collectifs dans la « société civile » syrienne et dans les parcours individuels.

Un certain réalisme s’impose pour leurs membres quant à leur capacité à jouer un rôle pour le changement en Syrie. De nouvelles orientations s’imposent en ce sens, même si est mis en avant le fait que les préoccupations d’origine restent les mêmes. C’est en particulier le cas de l’attention portée à la formation des jeunes, à l’égalité entre hommes et femmes, et des idéaux démocratiques et laïques. Un travail, « par le bas », sur la justice transitionnelle semble devenir central. Il est difficile d’en mesurer à l’avance l’effet, et cette incertitude structurelle pèse au niveau psychologique sur la poursuite des activités. Il est néanmoins possible de dresser un certain nombre d’hypothèses sur les effets plus directs de ces organisations pour leurs membres et leur public.

Une question qui se pose est celle du sens donné par leurs membres au travail dans ces organisations. S’agit-il de poursuivre un engagement de plus ou moins longue date ou simplement d’exercer une activité ? Pour S et H, ce travail s’inscrit dans la continuité d’un engagement de longue date (« ma vie je l’ai consacrée à.. » H) ; et tous deux ne semblent pas envisager autre chose (ni de quitter le Liban). En revanche, on note à partir d’échanges informels que pour les jeunes engagés dans l’organisation A ou B, ce travail représente moins un engagement qu’une opportunité d’intégration professionnelle et sociale – précieuse pour ces jeunes qui ont quitté la Syrie. Pour certains, adhérer au projet de ces organisations ne les empêche pas de souhaiter quitter le Liban, de chercher à poursuivre des études en Europe ou au Canada par exemple.

Mais l’association joue en elle-même un rôle important, celui du collectif comme soutien psychologique, moral, nécessaire quand on travaille sur des questions et dans un contexte aussi difficile (témoignages de disparitions, d’exactions ; perte de proches, morts ou emprisonnés en Syrie) – ce dont témoigne S notamment. Les organisations sont le lieu d’une socialisation commune, d’un partage d’idées.

Les ateliers sont par exemple le lieu de rencontre et d’échanges entre jeunes et moins jeunes activistes, entre jeunes installés au Liban, et d’autres qui viennent de Syrie (depuis les régions sous contrôle du régime) pour y participer. Travailler pour ou avec ces organisations est l’occasion d’un contact avec les plus « anciens », qui peuvent les soutenir et leur offrir des opportunités d’intégration politique, professionnelle, sociale (plusieurs jeunes ont évoqué leur reconnaissance envers S ou H). Aussi des réseaux horizontaux de jeunes Syriens se constituent, de différentes origines géographiques et communautaires, à l’occasion de ces ateliers et conférences, auxquels ils se retrouvent plus ou moins régulièrement. Ils peuvent alors nouer des liens d’amitié et d’entraide, voire des relations amoureuses. Cette solidarité s’est notamment manifestée dans l’aide apportée à H, encore étudiante en Syrie, par son petit ami et ses amis sur place pour trouver un emploi au Liban, mais aussi par les échanges d’informations sur les bourses à l’étranger par exemple. Lors d’une soirée, ils m’expliquent, sur le ton de l’humour, travailler à la « réconciliation » via ces liens d’amitié indifférents aux origines confessionnelles – à travers des échanges, des projets communs et le partage de valeurs. Cela permet aussi d’intégrer un réseau à l’international. Avant tout, il s’agit d’un projet, qui offre des possibilités de se projeter dans l’avenir à court et moyen terme. Ce travail collectif permet, sinon d’entrevoir des espoirs de changement en Syrie, au moins de se former. Cette « formation » diverse (ateliers, programmes) apparaît importante, en particulier pour des jeunes qui connaissent des difficultés à poursuivre leurs études en Syrie, ou à Beyrouth (en raison du coût, de leur statut).

[1] HACHIMI ALAOUI Myriam, « Rupture et incertitude, deux invariants des trajectoires d’exil », EurOrient, no 29 « L’exil et la gestion de la trajectoire », avril 2009.

[2] PUIG Nicolas, DORAÏ Kamel, « Insertions urbaines et espaces relationnels des migrants et réfugiés au Proche-Orient », L’urbanite des marges, Migrants et relégués dans les villes du Proche-Orient, Teraedre /IFPO, pp.11-25, 2012.

[3] Rapport de Human Rights Watch « « Je voulais juste être traité comme un être humain” : Comment la règlementation du droit de séjour au Liban facilite les abus à l’encontre des réfugiés syriens » – 12 janvier 2016 : https://www.hrw.org/fr/news/2016/01/12/liban-la-reglementation-du-droit-de-sejour-met-les-refugies-syriens-en-danger

[4] MA MUNG Emmanuel, « Le point de vue de l’autonomie dans l’étude des migrations internationales : « penser de l’intérieur » les phénomènes de mobilité » in Françoise Dureau, Marie-Antoinette Hily, Les mondes de la mobilité, Presses de l’Université de Rennes, pp.25-38, 2009. P.28.

[5] DOT-POUILLARD Nicolas, et PESQUET Jean-Baptiste, « Les réfugiés syriens au Liban : l’émergence progressive d’un discours de neutralité ? », Confluences Méditerranée, vol. 92, no. 1, 2015, pp. 61-72.

[6] FOURN Léo, « Turning Political Activism into Humanitarian Engagement: Transitional Careers of Young Syrians in Lebanon », Working Paper No. 28 – Avril 2017.

[7] « Si espoir il y a, c’est dans cette vitalité de la société civile émergente que j’ai mentionnée. Dans un pays où il n’y a jamais eu de société civile, on compte aujourd’hui 2 500 organisations, à l’étranger ou dans les zones qui ne sont pas contrôlées par le régime, qui travaillent à des projets éducatifs ou humanitaires, à la promotion des valeurs démocratiques, et qui développent une culture du volontariat qui n’a jamais été connue en Syrie sous le régime d’Assad. On voit aussi émerger une nouvelle presse citoyenne, qui publie des dessins, des enquêtes… » Entretien avec Ahmet Insel et al., « Des sociétés brutalisées. Entretien avec Ahmet Insel et Salam Kawakibi », Esprit 2016/5 (Mai), p.75.

[8] MEOUCHY Nadine, « État et société dans la Syrie d’aujourd’hui. Une histoire d’impensés et d’impasses », In Anna Bozzo et Pierre-Jean Luizard (dir.), « Vers un nouveau Moyen-Orient ? États arabes en crise entre logiques de division et sociétés civiles », Roma-Tre Press, p.147-172, 2016.

[9] « Pendant un moment nous n’étions pas en mesure de téléguider des actions à Damas, en Syrie, à l’intérieur, ça nous a pris un an. D’abord il fallait que nous renaissions ici n’est-ce pas, et de nous recréer comme il faut, de trouver des fonds, de trouver un appartement, et on a commencé à faire des formations en faisant venir des jeunes de Damas, de Syrie. Donc nous avons commencé une deuxième vie ici si vous voulez. » entretien avec H, 28 novembre 2017.

[10] Site de la Creative Memory of the Syrian Revolution : https://creativememory.org/?lang=fr

[11]  Insistance dans les différents entretiens sur l’ancrage d’un amalgame entre citoyenneté et patriotisme. Voir aussi dans la littérature scientifique Longuenesse, Ruiz de Elvira Carrascal, etc.

[12] « Et donc dès que la première manif a eu lieu, en février 2011, voilà c’est le moment de créer un corps qui tenterait de former ces jeunes qui vont être les leaders de ce qui arrive. Et de la Syrie qui va devenir parce que je voyais que c’est fini, il n’y a plus de retour. » Entretien avec H, 28 novembre 2017.

[13] « The people who started the organisation were peaceful activists, and they believed that using peaceful means like civil desobedience or like street art and graffitis would change the people’s mindset and prepare for the next space for the democratic transition. And another thing they were working on at the same time was producing manuals and… civil disobedience for example the first manual » entretien avec Z, 9 novembre 2017.

[14]Khalaf, R., Ramadan, O. & Stolleis, F. (2014). Activism in Difficult Times: Civil society groups in Syria 2011-2014. Beirut: Badael Project, Friedrich-Ebert-Stiftung.

[15] « And the idea was we didn’t want to be a humanitarian organisation. There was a conflict, war, there were a lot of needs to be material needs but we thought that there are enough organisations taking care of that already. We wanted to work on what happens next, you now, how to rebuild a society that believe in citizenship, believe in non-violence » entretien avec Z, 9 novembre 2017.

[16] Concept qui désigne au sens large un processus de sortie de conflit intégrant procédés judiciaires et politiques, enjeux de réconciliation et donc de reconnaissance, de mémoire, de dialogue social…

[17] « Je récuse cette nomination « opposition », pour moi l’opposition rejoint la politique militante, c’est-à-dire le travail dans l’action politique. Alors que moi je travaille dans la politique de transformation, la politique basique, ce que j’appelle la culture : changer par le bas et non pas changer par le haut. Donc voilà j’ai travaillé dans la culture résistante ou bien la résistance à travers la culture si vous voulez. » entretien avec H, 28 novembre 2017.