Kinship, migrations and conflicts in the Middle East, WOCMES 2018, Seville

Dear colleagues,

Ifpo’s team and Lajeh program are pleased to invite you to attend a panel at WOCMES 2018 in Seville, Spain.

The program below:

PA-178. Kinship, migrations and conflicts in the Middle East.

Organised by Valentina Napolitano, Institut Français du Proche-Orient(IFPO).

July 18 th, 2018, 2:30 p.m. – 4:30 p.m.

Room: 207

Chair: Norig Neveu, CNRS, IREMAM.

Valentina Napolitano, Institut Français du Proche-Orient (Ifpo), “The transformation of family during the war. Research avenues basing on the Syrian conflict.”

Ann-Christin Wagner,  University of Edinburgh, “Making transnational families in times of peace and war – continuities between labour migration and displacement for Syrian refugees in Mafraq, Jordan”

Dina Zbeidy, University of Amsterdam, “Remaking Home: Marriage and Family among Syrians in Jordan.”

Jalal Al Husseini, Institut Français du Proche-Orient (Ifpo), “Family structure and diaspora among traditional Palestinian families of notables: from Jerusalem to Jordan, the Gulf and beyond.”

Flora Gonseth, Institut Français du Proche-Orient (Ifpo): “A political motherhood? An ethnography of Palestinian women’s participation against Israeli jails.”

 

 

 

 

Tables rondes à Fabrika – 5 et 6 juin 2018

Venue: Fabrika, Sassine street, Zahar Building (Achrafiyeh, Beirut)

June, 6 – Table ronde 2, Les réfugiés et leur société d’origine (6 to 8 pm)

Chair: Kamel Doraï

Intervenants

Jalal Al Husseini (Ifpo)

Géraldine Chatelard (Ifpo)

Agnès Favier (Middle East Directions – European University Institute)

 

 

La question des réfugiés est le plus souvent abordée du point de vue des États d’accueil, face à l’urgence humanitaire ou aux questions soulevées par leur présence. Les réponses apportées par les sociétés d’accueil sont au centre de l’attention de la plupart des analyses produites sur les migrations forcées en temps de crise. La question de la perception et du rôle des États et des sociétés de départ n’est généralement pensée qu’associée à celle du retour et des modalités de sa mise en œuvre. Pourtant, les réfugiés, malgré leur exil forcé continuent pour certains à entretenir des liens avec leur État d’origine, que ce soit des liens familiaux, économiques mais aussi politiques. Les réfugiés palestiniens ont longtemps été au centre de la construction nationale palestinienne post-1948, même si le processus d’Oslo est venu infléchir cette dynamique. Dans des conflits plus récents comme en Irak ou en Syrie, les États et les sociétés d’origine jouent un rôle souvent méconnu dans les dynamiques sociales et politiques des réfugiés. L’objectif de cette table ronde sera donc d’explorer la place qu’occupe les États et les sociétés de départ pour mieux saisir les réalités multiples des migrations forcées au Moyen-Orient à travers 3 expériences singulières, celles des Palestiniens, des Irakiens et des Syriens.

June, 5 – Roundtable 1, Architecture of displacement (6 to 8 pm)

Chair: Mona Fawaz (AUB)

Speakers

Ayham Dalal (T.U. Berlin)

Rand al Haj Hassan (Independent Architect, EHESS)

Pauline Piraud-Fournet (Ifpo)

Kamel Doraï (Ifpo)

 

While conflicts become protracted in the Middle East, the forms of settlement of refugees in host countries are changing over time. Thought as temporary, whether in camps, cities or villages, their settlement evolves over time. Housing represents a space of stability and recreation of a “normal” life. It appears to be central for refugees to rebuild their social and family life, while humanitarian conditions are prioritized by international organizations and NGOs. Refugee camps cannot be considered only as spaces where humanitarian action can be developed while awaiting return. Refugees are developing strategies to escape the constraints imposed by emergency and the rules imposed on humanitarian agencies. Refugees recreate a society in exile. Making home plays a central role in this process. It allows to build a space of family life and to develop new sociabilities. It is also the privileged place to create a private space. Observing the process of making home is a way of understanding from below the recomposition of a society forced into exile. Regardless of where refugees settle, whether in or outside the camps, refugees’ residential trajectories are often marked by precariousness and vulnerability. Humanitarian assistance in the camps mitigate some of the hazards faced by refugees but cannot guarantee their residential stability. The many limitations implemented to keep the camp temporary, such as the ban on the use of building materials, make the settlement very precarious and unsustainable on the long term. Outside the camps the economic conditions are very difficult and push refugees to move regularly due to rising rent prices or to find a job. Few guarantees are offered to refugees to secure their habitat, whether it is self-built or rented. Refugees’ experience of exile is marked by a high degree of precariousness that reinforces their sense of vulnerability and instability.

Repenser les flux humains et former la Syrie contemporaine

Matthieu Rey

Dans le cadre de l’ANR Lajeh, mes deux terrains ont porté sur une enquête historique autour des événements liés à la Première Guerre mondiale, pour montrer comment ils en venaient à être le moment de la sédimentation de flux de migrants sur une portion de territoire, le chemin de fer Baghdadan, constituant l’ossature démographique et culturelle de la future frontière syro-turque. Ils ont débouché sur de nouvelles pistes de recherches concernant les circulations culturelles liées au refuge, tout particulièrement dans la constitution de villes.

L’enquête a reposé sur deux explorations disjointes. La première a consisté à procéder à des sondages au sein des archives diplomatiques britanniques et françaises pour collecter les traces et évidences des phénomènes de déplacement de population à l’occasion de la Première Guerre mondiale. La seconde a reposé sur des séries d’entretien au cours de deux campagnes, l’une à Beyrouth (décembre 2016) l’autre à Gaziantep et sa région (avril-mai 2017). J’ai adopté dans ce second cas de figure, des entretiens biographiques élargies. Il s’agissait à partir d’un ou plusieurs membres de la famille, de retracer l’histoire de la famille depuis son installation jusqu’aux périodes les plus récentes.

Ces recherches m’ont permis de dégager plusieurs axes prometteurs. De futures publications parallèles à mon Histoire de la Syrie, XIXe-XXIe siècles aux éditions Fayard, devraient restituer les principales conclusions.

Une première piste consiste à repenser les frontières à l’aune des migrations et du refuge pour voir comment les délimitations étatiques se cristallisent autour de mouvements de populations qui donnent consistance à des lignes abstraites tracées sur le papier. En suivant l’approche proposée par Sabine Dullin et Camille Lefevre, il devient possible de déconstruire l’image de frontières artificielles au Moyen-Orient, en saisissant comment elles sont le résultat de dynamiques plus complexes, accélérant les entreprises de refonte politique propre à l’Empire ottoman.

La seconde reprend une généalogie du ‘réfugié’. Si elle se base en premier lieu sur la littérature abondante concernant les premiers phénomènes de refuge, l’exploration des archives britanniques notamment montre comment le terme prend un sens nouveau à partir de la Première Guerre mondiale. « Minorités » et « réfugiés » deviennent deux phénomènes concomitants, le premier apparaissant alors qu’une « déconfessionnalisation » affecte le sens du second.

La troisième vise à questionner l’incidence des nouveaux mouvements de réfugiés sur la frontière syro-turque. Depuis 2012, le mouvement de déplacements s’est accéléré entre villes d’origine principalement d’une zone au Nord de Raqqa à Alep, et la région de Gaziantep – Sanliurfa. Au sein des populations, une partie a migré rapidement vers l’Europe ou d’autres centres urbains en Turquie. De ce fait, la plupart des populations réfugiées demeurant conservent des liens avec les autres localités de l’autre côté de la frontière. Ces mouvements redéfinissent les identités, les activités et la façon dont le territoire est saisi par les populations.

Les trois axes visent à questionner de façon plus large, la relation entre migrations, construction du politique et territorialisation de l’Etat. L’analyse fine d’un secteur délimité par les villes de Jarablus à Tell Abyad, de la frontière à Gaziantep, permet de repenser comment l’autorité publique s’approprie le territoire en se saisissant des migrations, les guidant, les codifiant, endossant ou rejetant des labels internationaux. Par ce biais, une des spécificités de l’ère contemporaine émerge de cela : dans un monde en mouvements, la classification des flux de populations redéfinit le politique.

En dehors de publications ciblées en fonction des axes de recherche mis en avant ici, deux chantiers ont été entrepris en correspondance avec le programme Lajeh, devant donner des suites prometteuses. Le premier concerne une monographie historique sur deux siècles, visant à restituer les dynamiques humaines à Jarablus, Kobane et Telle Abyad. L’autre consiste à construire des schémas comparatifs entre le Moyen-Orient et l’Afrique australe autour des thématiques du refuge, de l’incidence urbaine des mouvements de populations et des reconstructions politiques qui s’ensuivent.