Lajeh – Beirut international conference at LAU

International conference

Conflict and migration in the Middle East

5-7 June 2018

Venue

Lebanese American University – Beirut

Faculty lounge

 

This international conference aims to deepen knowledge on forced migration in the Middle East by analyzing current refugee flows in their historical and regional context. Lebanon, Jordan and Turkey are the leadind countries in the refugee host system. Moreover, the presence of many economic migrants makes international migration analysis one of the keys elements to understand socio-economic changes in the Middle East today. This conference also aims to develop a joint reflection with researchers and actors of the civil society.

You can access the programme here.

For feedbacks on the event and Lajeh’s program, you can read this article from LAU News.

Two round tables and and exhibition will be organized at Fabrika as side events.

June, 5 – Architecture of Displacement

June, 6 –  Les réfugiés et leur société d’origine

For more information, please contact Floriane Soulié

Un article sur « Les réfugiés, moteurs du développement urbain » – K. Doraï

Kamel Doraï 

Article publié dans la revue Sciences Humaines (Hors-Série, Comprendre le Moyen-Orient, n°23 Mai-Juin 2018)

Résumé

Hier Arméniens ou Palestiniens, aujourd’hui Syriens… Les réfugiés représentent une part importante de la population du Moyen-Orient. Ils contribuent depuis plus d’un siècle à façonner le paysage de la région. Nous lisons la crise des réfugiés syriens à travers les parcours périlleux des familles en fuite, traversant difficilement les frontières européennes, ou hébergées dans des camps de transit grecs ou italiens. C’est oublier que la plus grande partie des réfugiés est restée au Moyen-Orient. Selon le Haut-Commissariat des Nations unies pour les réfugiés, la crise migratoire syrienne, qui a débuté avec l’intensification du conflit en 2012, a entraîné le départ forcé de plus de 5 millions de réfugiés et près de 6,5 millions de déplacés internes. La majeure partie des réfugiés se sont installés dans les pays frontaliers de la Syrie, pour l’essentiel en Turquie (3 millions) au Liban (1 million) et en Jordanie (près de 700 000). Si ces chiffres sont très élevés en valeur absolue, ils le sont encore plus en valeur relative.

 

Un article sur « L’armée, un tremplin vers le pouvoir ? » – M. Rey

Article publié par Matthieu Rey dans la revue Sciences Humaines (Hors-Série Comprendre le Moyen-Orient, n°23, Mai-Juin 2018).

Résumé

Au Moyen-Orient, l’armée tient une position puissante dans les sociétés de par son poids numérique et son pouvoir multisectoriel. Devenue un outil de promotion sociale et de rupture avec les anciennes élites dans l’Empire ottoman depuis le début du 19e siècle, elle s’est introduit dans le jeu politique, jusqu’à en devenir la matrice au cours de la deuxième moitié du 20e siècle. Jusque dans les années 1990-2000, la plupart des chefs d’Etats de la région étaient issus des rangs de l’armée ou en portaient l’uniforme.

En 2011, la percée au grand jour des aspirations populaires ouvrent une brèche dans le système de pouvoir établi par l’institution militaire. Mais la répression violente et l’entraide des régimes militaires endiguent les élans populaires de libéralisation.