Publication de la revue Anatoli

Nous avons le plaisir de vous informer de la parution du dernier numéro de la revue Anatoli du CNRS

« Migrants et réfugiés en Turquie, dans leur contexte historique, politique et social », AKSAZ E.& WIHTOL de WENDEN C. (éds.), Anatoli, n° 9, 2018.

Ce numéro d’Anatoli réunit une sélection des contributions à un colloque international intitulé : « Migrations d’hier et d’aujourd’hui. Au-delà du sensationnel et de l’urgence : les migrations actuelles en Turquie reconsidérées dans leur contexte historique et social », organisé les 10-14 avril 2017 à Ankara et à Istanbul,  par l’AMiMo-IFEA, l’Institut français de Turquie à Ankara, le Centre de recherche sur les politiques et les migrations de l’Université Hacettepe (HUGO), l’Université Galatasaray, en partenariat avec le Musée national de l’histoire de l’immigration en France et l’Université de Lille 3, avec le soutien du Fonds d’Alembert de l’Institut Français de Paris, du Haut-Commissariat des Nations Unies pour les réfugiés-Turquie (UNHCR) et du programme de recherche ANR Lajeh. Conflits et migrations au Moyen-Orient ».

URL : http://www.cnrseditions.fr/geopolitique/7664-anatoli-n9.html

Sur les routes de l’exil syrien : récits de vie et parcours migratoires des réfugiés de Deir Mqaren

Thèse de David Lagarde en ligne

Géographie, Université de Toulouse le Mirail – Toulouse II

Sous la direction de Denis Eckert et Olivier Pliez

Résumé : En adoptant une approche qualitative et pluridisciplinaire, basée sur l’étude longitudinale des circulations de la population de Deir Mqaren – un village syrien situé entre Damas et la frontière libanaise – cette thèse interroge la dimension réticulaire des mobilités humaines. A travers les récits de vie des réfugiés de cette bourgade et l’analyse de leurs parcours migratoires vers la Jordanie et l’Allemagne, elle décrypte la mécanique des flux au départ de Syrie. Cette recherche invite ainsi le lecteur à déplacer son regard vers des réseaux de lieux et d’acteurs souvent considérés comme marginaux, mais formant pourtant l’ossature des routes de l’exil reliant la Syrie au reste du globe. En plaçant la focale sur les conditions du mouvement des individus, l’intention de cette étude est à la fois de mettre en exergue les imbrications entre les migrations économiques antérieures au conflit et la logique des mouvements actuels de réfugiés ; mais aussi de montrer de manière tangible l’évolution des mécanismes relationnels permettant aux exilés d’accéder à des ressources (informations, mobilité, logement, emploi) en dépit des contraintes structurelles auxquelles ils ne cessent d’être confrontés. Les représentations (carto)graphiques élaborées dans le cadre de cette thèse visent pour leur part à mieux rendre compte du caractère mobile, instable et particulièrement labile de ces dynamiques socio-spatiales.

Abstract : In adopting a qualitative and multidisciplinary approach, based on the longitudinal study of the Deir Mqaren’s inhabitants’ circulations – a Syrian village located between Damascus and the Lebanese border – this thesis questions the “reticular” dimension of human mobility. Through refugees’ narratives and the analysis of their migration journeys to Jordan and Germany, its aims to understand the mechanics of refugee flows from Syria. Thus, this research invites the reader to move his focus towards networks of places and actors often considered as being marginal, despite the fact that they form the “backbone” of the roads of exile liking Syria to the rest of the world. By placing the focal point on individuals’ conditions of movement, the intention of this study is to both highlight the continuum existing between pre-conflict economic migration and the logic of the current refugee movements; and show in a tangible way the evolution of the relational mechanisms allowing exiles to access resources (such as information, mobility, housing, employment) despite the structural constraints they are constantly facing on their way towards safe destinations. The graphic representations developed in the framework of this thesis aim to better reflect the mobile, unstable and particularly labile nature of these socio-spatial dynamics.

New publication – Refugees as City-Makers (AUB)

A collection of essays co-edited by M. Fawaz, A. Gharbieh, M. Harb and D. Salamé.

Below the links to both English and Arabic versions of the AUB Issam Fares Institute (IFI) Social Justice and the City Publication on: « Refugees as City-Makers »

English

باللغة العربية

 

 

Assaf Dahdah has contributed to the volume with a chapter entitled « The Experience of Labor Migration and Syrian Refugees’ Strategies in Lebanon »

Kamel Doraï and Pauline Piraud Fournet have contributed to the volume with a chapter entitled « From Tent to Makeshift Housing »