De la révolte aux résistances politique et mémorielle, engagements collectifs syriens en exil

Solène Lavigne Delville

Étudiante en Master de sociologie et sciences politiques à Paris-Dauphine

Introduction: Une interrogation sur l’engagement militant en exil

Cette note restitue la démarche d’enquête et les premières hypothèses d’un terrain exploratoire pour un mémoire de M2, mené à Beyrouth pendant 2 mois à l’automne 2017, sur deux organisations de la « société civile » syrienne en exil au Liban. Une première étude qualitative de quelques trajectoires de jeunes Syriens exilés à Beyrouth, réalisée l’année précédente dans le cadre d’un Master 1, avait été l’occasion d’appréhender et de contextualiser un certain nombre d’enjeux posés par l’exil syrien au Liban. Il s’agissait alors, à travers une approche par les parcours biographiques de jeunes Syriens de la classe moyenne, étudiants ou anciens étudiants, de saisir à la fois les « invariants de l’exil »[1], caractérisé par la rupture et l’incertitude, et les éléments de « déclinaison de l’exil »[2]. Il s’agissait également de voir comment évoluent les représentations de leur situation et de leurs perspectives d’avenir à l’épreuve d’une guerre qui dure et d’un exil qui s’installe. La précarité de l’exil syrien au Liban est en particulier légale. Parce que le Liban n’est pas signataire de la Convention de 1951 relative au statut des réfugiés ni de son Protocole de 1967, toutes les procédures d’entrée et de séjour dans le pays se fondent sur des lois et réglementations nationales. Depuis 2014, la priorité du gouvernement libanais est de réduire le nombre d’entrées, ainsi la frontière est officiellement fermée aux réfugiés de Syrie, et de mettre l’accent sur une politique sécuritaire (contrôles, incarcérations, couvre-feu). L’année 2015 inaugure l’instauration de visa d’entrée et permis de séjour, réglementation qui fragilise encore la situation (légale, sécuritaire, économique…) de la plupart des Syriens au Liban[3].

Nous privilégions, à l’instar de Emmanuel Ma Mung, le « point de vue de l’autonomie » qu’il définit de la manière suivante : « L’autonomie comme savoir-faire pourrait être alors définie comme la capacité d’un sujet, individuel ou collectif, à constituer et maintenir un monde, et l’autonomie comme pouvoir-faire comme la capacité de ce même sujet à agir sur et à transformer ce monde. »[4]. Une telle approche permet d’appréhender les trajectoires individuelles et collectives et de restituer une certaine marge d’action aux personnes exilées qui font des choix et se mobilisent malgré la contrainte. Parmi les questionnements que nous souhaitions approfondir, celui de l’évolution du rapport au politique de ces jeunes, en particulier ceux qui avaient pu être politiquement actifs en Syrie, et les conditions de possibilité du maintien d’un tel engagement dans l’exil et dans le contexte particulièrement sensible qu’est le Liban à l’égard de la question syrienne.

Les difficultés posées par le contexte libanais à un tel positionnement politique sont notamment l’objet de l’article de Jean-Baptiste Pesquet et Nicolas Dot-Pouillard qui interrogent « l’émergence progressive d’un discours de neutralité »[5] chez les réfugiés syriens, entre le régime syrien et l’opposition. Il nous a donc semblé intéressant d’envisager différentes formes d’engagement que pouvaient avoir les jeunes Syriens à Beyrouth, et ainsi la façon dont se répondaient trajectoires migratoires et trajectoires militantes. Cette question des formes d’engagement, qu’il fallait préciser, a été abordée lors d’échanges informels avec de jeunes Syriens, nombreux à travailler pour des associations, notamment auprès de réfugiés.

Le Liban, comme d’autres pays frontaliers de la Syrie, a vu le nombre d’ONG se multiplier en quelques années, cette explosion du secteur humanitaire étant notamment liée à l’absence d’investissement étatique dans la gestion humanitaire des flux de réfugiés syriens et à l’afflux d’aide internationale. Les acteurs syriens participent également au développement d’un tissu associatif et fondent des associations. Pour une partie des exilés diplômés du moins, le secteur associatif offre des perspectives d’emploi relativement stable, emploi qui représente alors une ressource économique et sociale en intégrant un réseau. C’est cette question qu’aborde dans son article Léo Fourn[6], qui analyse l’engagement dans l’humanitaire de jeunes Syriens au Liban comme transition à plusieurs niveaux : ceux des carrières migratoires, militantes ou encore professionnelles.

Le choix a été fait de s’intéresser aux conditions de possibilité du maintien d’un activisme, entendu comme participation au mouvement de contestation, et dès lors de focaliser l’étude sur deux organisations, créées en Syrie dans le sillage de la révolution et aujourd’hui refondées à Beyrouth, qui visent un certain changement politique en Syrie à partir d’un travail sur des notions telles que la « citoyenneté » et la « démocratie ». En effet, l’étude des trajectoires d’engagement individuel permet d’approcher un certain nombre d’initiatives collectives qui illustrent la (ré)émergence, depuis 2011, d’une société civile syrienne, à l’instar de ce qu’ont pu observer des chercheurs comme Salam Kawakibi[7] ou Nadine Méouchy[8] pour ne citer qu’eux.

Ainsi, plusieurs questionnements se sont posés à nous. Au niveau individuel, comment redonner du sens à l’expérience de ce temps de rupture et d’incertitude ? Comment, pour les activistes en particulier, poursuivre un engagement qu’ils souhaitaient politique, comment envisager le changement politique en Syrie à partir de leur position en exil ? On peut aussi se demander s’il existe, d’une génération à l’autre, des rapports différenciés à l’évènement révolutionnaire, et à un engagement actualisé. Le niveau de l’institution est intéressant en ce qu’il permet d’étudier les trajectoires de différentes générations engagées dans les mêmes projets. À ce second niveau, le niveau collectif, la question est de savoir de quelle manière s’exprime une « société civile » syrienne en exil, et notamment les organisations dont les objectifs sont d’ordre politique. D’autres enjeux émergent au niveau des organisations : quels impacts de l’évolution du conflit, des politiques régionales, de l’exil forcé sur les associations ? Comment s’organiser ? Quelles sont les stratégies pour exister dans la contrainte, en Syrie puis au Liban ? Nous nous sommes aussi intéressés à des personnes proches de ces organisations, participant à des activités communes ou à l’origine d’initiatives liées aux mêmes enjeux de transition démocratique et de mémoire.

La trajectoire d’enquête

Il s’agissait pendant ces deux mois d’exploration de stabiliser l’objet d’étude, de développer les contacts et de négocier les premiers entretiens. Ce sont d’abord des échanges informels avec de jeunes Syriens qui nous ont permis de découvrir les enjeux de la question de l’engagement militant, et ont orienté le choix des deux organisations. L’étude de deux organisations impliquait dans un premier temps de se renseigner, notamment à partir de leurs sites internet ; d’analyser le message produit par la façon dont elles se présentent et présentent leurs objectifs et activités, en lien avec une vision de la Syrie, de l’actualité et de ses enjeux. Le travail sur un matériau en ligne (sites internet, vidéos, publications sur les réseaux sociaux) comme sur d’autres publications de ces organisations (rapports, ouvrages théoriques ou recueils de témoignages) pose un certain nombre de questions d’ordre méthodologique auxquelles nous n’étions pas familiarisés.

5 entretiens plus formels, semi-directifs, ont été menés auprès de membres de ces deux organisations, sur l’histoire de chacune, les enjeux posés par la temporalité du conflit syrien et le contexte libanais. Les mêmes questions ont été abordées pour l’une et l’autre des organisations, afin de dégager des points de comparaison entre les trajectoires : ainsi ont notamment été abordés le contexte de la fondation et les personnes à leur initiative ; l’organisation des premières activités ; le moment de l’exil et la façon dont elles s’étaient refondées à Beyrouth ; la façon dont étaient redéfinies les priorités, activités ; la perception de leur caractère ou non politique, etc. S’intéresser à la trajectoire des organisations implique d’étudier dans le même temps les trajectoires de leurs membres, puisque le niveau associatif n’existe pas sans ces individus qui font des choix migratoires et politiques. Ainsi par exemple de la problématique de la « renaissance »[9] personnelle qui croise la refondation de l’organisation.

Les bureaux de la première organisation représentent un premier lieu d’observation. Nous n’avons eu accès aux bureaux de la seconde, qui par précaution ne rend pas publique son adresse, et dont nous avons rencontré les membres dans des lieux publics (cafés). En parallèle de ces entretiens, nous avons assisté à différents évènements (conférences, colloques, ateliers) qui rassemblent des membres ou des personnes proches de ces organisations autour d’enjeux de mémoire, d’échanges sur l’avenir de la Syrie, etc. Ces évènements, plus ou moins publics selon les cas, se tiennent souvent dans des hôtels huppés de Beyrouth. On retrouve un certain nombre de personnes et d’organisations d’un évènement à l’autre et un réseau d’activistes se dessine à travers ces différentes occasions. Ces évènements mettent au jour un certain nombre d’initiatives (notamment des travaux de recherche, de recueil de témoignages par des organisations, ou de collection d’œuvres[10]) témoignant des enjeux sur lesquels continuent de travailler des activistes syriens.

L’invitation à un workshop par S de la première organisation a été l’occasion d’assister à l’un de ces ateliers pour en comprendre le déroulement. Ce « workshop », qui était coorganisé par l’organisation en question et une ONG néerlandaise partenaire sur la question des droits des femmes et de la lutte contre les violences faites aux femmes, réunissait des activistes de Syrie et du Liban. Ce cadre a ainsi permis l’échange avec certains d’entre eux (qui avaient d’ailleurs assisté à d’autres conférences, proches des organisations étudiées et de leurs membres) et la prise de contact avec deux jeunes en particulier. Un dernier lieu d’observation participante a donc été la rencontre, à 3 reprises, avec une activiste syrienne de 24 ans et quelques-uns de ses amis également engagés dans un certain nombre de programmes pour jeunes Syriens (comme le programme « Young Syrian Leaders » de la fondation allemande Friedrich Ebert). En effet, Il s’agissait de rencontrer non seulement des représentants de chacune des deux organisations quant à l’histoire et aux activités de l’organisation, mais aussi de rencontrer le public auquel s’adressent ces « workshops » au cœur de leurs activités de sensibilisation et de formation.

Résultats préliminaires: Penser le changement politique en Syrie depuis le Liban. Enjeux de la résistance culturelle et mémorielle.

Ces premiers pas dans l’enquête se sont ainsi focalisés, dans une approche compréhensive, sur les trajectoires de chacune des organisations et sur le lien entre ces trajectoires collectives d’une part et d’autre part les ressorts des engagements individuels tels qu’ils les expriment.

À l’origine de ces collectifs : des enjeux d’organisation de la révolte civile.

Une chronologie commune à ces deux organisations semble se dégager. En 2011/2012 s’impose un besoin urgent d’organiser la révolte pacifique. La société syrienne d’avant 2011 est décrite comme dépolitisée[11], étouffée par 40 ans d’oppression et la quasi-absence d’espaces d’expression politique. Dans les deux cas, ce sont des figures militantes qui sont les fondateurs de l’organisation, dans un contexte où, à l’aube du changement, il apparaissait nécessaire de définir un projet politique. Ainsi pour la première organisation, c’est l’association à Damas de 9 amis, intellectuels, artistes, militant pour différentes causes (citoyenneté, droits des femmes, etc.) qui pensent le besoin de sensibiliser, et en particulier de « former les jeunes »[12], aux concepts de « citoyenneté », de « justice transitionnelle », ou encore de « démocratie », et d’organiser pratiquement les mouvements de protestation, pour donner à ces derniers du sens et des orientations concrètes, autour de notions comme celle de « civil disobedience »[13]. Ces militants issus d’une génération d’intellectuels proches des milieux internationaux, ont pu, dès avant la révolte de 2011, publier et développer des initiatives avec le soutien d’institutions comme l’Union Européenne, des fondations néerlandaises, allemandes, etc. Ils sont de par leurs activités antérieures et leur notoriété (ce sont des figures publiques, actives sur les réseaux sociaux) les plus à même de mobiliser un réseau d’activistes. Pour H par exemple, un engagement préalable auprès d’étudiants (conférences, enseignement et organisation d’activités au centre culturel de Damas) permet de mobiliser aisément un nombre important de « jeunes ». Différentes activités sont alors mises en place en parallèle des manifestations ; l’organisation de rencontres secrètes, en comité plus ou moins restreint, souvent dans la banlieue de Damas ; prenant la forme de conférences ou de formations thématiques Un certain nombre d’outils sont collectivement développés, comme des pages sur les réseaux sociaux et la diffusion sur une chaîne YouTube (pour l’organisation B) de vidéos de sensibilisation et de propositions pédagogiques sur chacun des concepts évoqués plus haut.

Ainsi, les personnes déjà engagées dans la Syrie prérévolutionnaire semblent les premières, de par leur expérience militante et politique, de par leur connaissance du régime aussi, à chercher à organiser les mouvements démocratiques aux débuts de la révolution ; elles sont en même temps les premières cibles de la répression du régime et beaucoup doivent s’exiler dès les années 2012/2013. Comme le rappelle l’étude “Activism in difficult times”, « Civil society activists were among the first to become the victims of arrest, kidnapping and, in many instances, targeted killings »[14]. L’année 2013 est à la fois marquée par l’espoir d’un affaiblissement du régime syrien et une étape supplémentaire dans la radicalisation de la guerre avec la multiplication des groupes armés et des exactions. C’est également l’augmentation du nombre de détentions d’activistes et départs en exil qui nous est évoquée.

A Beyrouth, la refondation dans l’exil et l’adaptation à de nouveaux enjeux

La première organisation a été fondée en ligue de manière formelle dès la fin de l’année 2011 et a dû cesser ses activités avec l’intensification des menaces du régime sur ses membres, voire leur emprisonnement, qui a contraint à l’exil les personnes concernées. Ils sont plusieurs à se retrouver à Beyrouth, et à reprendre leurs activités collectives, après un temps de « renaissance personnelle » (les retrouvailles sont d’abord l’occasion de se soutenir), que les deux membres rencontrés – deux des fondateurs – m’évoquent. À Beyrouth à nouveau, les organisations, parmi d’autres activités de recherche et de publication, organisent et coorganisent des « workshops » et « T to T » (« training to training ») : formation de chercheurs qui vont collecter des témoignages en Syrie, ou de « trainers » d’autres organisations en Syrie et au Liban. Ces activités sont le lieu d’une sociabilité, au contact des organisations, des différentes générations de militants, d’experts. Elles semblent témoigner d’une certaine socialisation à des concepts internationaux comme ceux de « projet », d’« empowerment », de « résilience », et à des méthodes telles que les « workshops » et « trainings » ; notions qui charrient une vision du monde, celle d’acteurs internationaux comme les ONGs, mais que se réapproprient aussi des acteurs de terrain (notamment des figures militantes syriennes qui ont parfois étudié et travaillé en amont sur ces concepts, en cherchant à les adapter à partir des réalités locales).

Au Liban, l’existence même d’organisations syriennes est légalement compliquée : elles sont officiellement interdites sauf à un certain nombre de conditions, d’où le recours à des stratégies pour exister légalement. L’organisation A est depuis le début enregistrée aux Pays-Bas comme fondation, grâce à ses liens avec une ONG néerlandaise. Ne pas s’enregistrer au Liban les a contraints à geler quelques mois leurs activités après une mesure d’intimidation par les forces de sécurité libanaises (fouille, interrogations sur les fondateurs et leur positionnement à l’égard du régime syrien) ; la décision a depuis été prise de s’enregistrer en tant que centre de recherche (insistant sur l’importance de leurs activités de recherche sur les questions de citoyenneté). La seconde organisation existe déjà deux fois : en tant que ONG en Europe et en tant qu’entreprise au Liban.

Les membres de chacune des deux organisations rendent explicite le choix de ne pas se consacrer à l’humanitaire[15], de nombreuses initiatives existant déjà dans ce domaine, alors qu’il apparaissait nécessaire de s’engager sur le terrain de la résistance culturelle par exemple, plus rare.

Les activistes témoignent du souci de rester proche du terrain. C’était l’une des raisons de l’installation à Beyrouth, que de pouvoir s’organiser avec des activistes de terrain pouvant, pendant un temps, se rendre au Liban, et de pouvoir mener des travaux d’enquête « par le bas » en recueillant des témoignages en Syrie et dans les camps du Liban (a notamment été menée une enquête sur les priorités des jeunes en termes de justice transitionnelle[16]).

Ce travail d’enquête est un travail laborieux, comme me l’explique S, en particulier car la peur en Syrie est omniprésente ; trouver des personnes qui peuvent témoigner sans être mises en danger et acceptent de le faire est long et compliqué. Ces rencontres ne sont possibles que dans les zones échappant au contrôle gouvernemental. De même, les possibilités de contacts avec activistes en Syrie, de formation, ont été réduites avec les fermetures de frontière et les exils successifs. L’organisation des activités est en effet tributaire des évolutions du conflit en Syrie et de la conjoncture géopolitique notamment : s’il demeure un temps possible de rencontrer des activistes des zones hors du contrôle du régime, via la Turquie, la fermeture des frontières avec la Turquie puis le Liban impliquent une certaine réorganisation. De plus en plus d’échanges se font en ligne. La sécurité sur internet (le cryptage des mails) fait d’ailleurs l’objet de formations spécifiques parmi celles que proposent l’organisation B. Ainsi même si des solutions existent, le nombre de workshops, de conférences a été très réduit par rapport au temps de l’effervescence révolutionnaire.

C’est aussi l’évolution des enjeux qui est fatalement évoquée, en référence aux 6 années de guerre écoulées et à l’ampleur des exactions, morts, disparitions : de nouvelles problématiques ont émergé quand la chute du régime d’Assad n’est plus ni envisageable ni envisagée. Selon S, les résultats d’une enquête sur les besoins et priorités des Syriens témoignent d’un réel besoin de justice. Ainsi les organisations semblent dorénavant mettre l’accent sur les questions de documentation du conflit et de justice transitionnelle. D’où ce travail d’archivage et de plaidoyer, notamment à travers le soutien à d’autres initiatives pour les personnes disparues et détenues. Un tel travail est en même temps ce qu’il reste comme engagement pour des organisations qui avaient vocation à organiser la révolte et dont le travail pour une « transition démocratique » en Syrie tend à se concentrer sur les enjeux de mémoire et de justice.

Les deux organisations affichent des positions relativement proches en termes de principes et de valeurs. Toutes deux se sont employées à diffuser les notions de démocratie, de citoyenneté, d’égalité hommes-femmes pour ne citer que ceux-là. On note également le souci de se distinguer des protagonistes du conflit syrien : un rejet des parties prenantes à la guerre en Syrie comme de l’opposition officielle, dénoncée comme trop déconnectée de la population syrienne et parfois compromise auprès du régime ou de groupes armés. Des désaccords apparaissent entre les membres sur la question de savoir s’il faut ou non agir sur la scène politique. Si certains considèrent qu’il est vain de participer aux négociations internationales (H), que manifester politiquement contre le régime est devenu « ridicule » (échange informel avec un jeune proche des organisations), d’autres continuent de le faire en leur nom propre. Ceux qui participent aux rencontres internationales peuvent mettre en avant le travail et les positions de leur organisation. Les membres de l’organisation B ont insisté sur l’idée que leur rôle n’était pas de représenter la population syrienne, mettant en avant l’idée d’autoreprésentation, mais de proposer des canaux d’expression, de faire le lien entre la population, la société civile syrienne et l’international. Cette fondation revendique son caractère politique, quand l’autre tente de le neutraliser. Bien que les revendications mises en avant, telles qu’un changement de la Constitution syrienne, soient définies comme politiques (S), l’accent est mis sur la notion de changement « par le bas » (c’est le sens de la volonté de « former les jeunes ») et « par la culture »[17] (c’est le sens de la promotion et de la valorisation d’une production culturelle syrienne), comme moyen de se distancer du politique.

Questionnements et hypothèses sur le rôle de ces collectifs dans la « société civile » syrienne et dans les parcours individuels.

Un certain réalisme s’impose pour leurs membres quant à leur capacité à jouer un rôle pour le changement en Syrie. De nouvelles orientations s’imposent en ce sens, même si est mis en avant le fait que les préoccupations d’origine restent les mêmes. C’est en particulier le cas de l’attention portée à la formation des jeunes, à l’égalité entre hommes et femmes, et des idéaux démocratiques et laïques. Un travail, « par le bas », sur la justice transitionnelle semble devenir central. Il est difficile d’en mesurer à l’avance l’effet, et cette incertitude structurelle pèse au niveau psychologique sur la poursuite des activités. Il est néanmoins possible de dresser un certain nombre d’hypothèses sur les effets plus directs de ces organisations pour leurs membres et leur public.

Une question qui se pose est celle du sens donné par leurs membres au travail dans ces organisations. S’agit-il de poursuivre un engagement de plus ou moins longue date ou simplement d’exercer une activité ? Pour S et H, ce travail s’inscrit dans la continuité d’un engagement de longue date (« ma vie je l’ai consacrée à.. » H) ; et tous deux ne semblent pas envisager autre chose (ni de quitter le Liban). En revanche, on note à partir d’échanges informels que pour les jeunes engagés dans l’organisation A ou B, ce travail représente moins un engagement qu’une opportunité d’intégration professionnelle et sociale – précieuse pour ces jeunes qui ont quitté la Syrie. Pour certains, adhérer au projet de ces organisations ne les empêche pas de souhaiter quitter le Liban, de chercher à poursuivre des études en Europe ou au Canada par exemple.

Mais l’association joue en elle-même un rôle important, celui du collectif comme soutien psychologique, moral, nécessaire quand on travaille sur des questions et dans un contexte aussi difficile (témoignages de disparitions, d’exactions ; perte de proches, morts ou emprisonnés en Syrie) – ce dont témoigne S notamment. Les organisations sont le lieu d’une socialisation commune, d’un partage d’idées.

Les ateliers sont par exemple le lieu de rencontre et d’échanges entre jeunes et moins jeunes activistes, entre jeunes installés au Liban, et d’autres qui viennent de Syrie (depuis les régions sous contrôle du régime) pour y participer. Travailler pour ou avec ces organisations est l’occasion d’un contact avec les plus « anciens », qui peuvent les soutenir et leur offrir des opportunités d’intégration politique, professionnelle, sociale (plusieurs jeunes ont évoqué leur reconnaissance envers S ou H). Aussi des réseaux horizontaux de jeunes Syriens se constituent, de différentes origines géographiques et communautaires, à l’occasion de ces ateliers et conférences, auxquels ils se retrouvent plus ou moins régulièrement. Ils peuvent alors nouer des liens d’amitié et d’entraide, voire des relations amoureuses. Cette solidarité s’est notamment manifestée dans l’aide apportée à H, encore étudiante en Syrie, par son petit ami et ses amis sur place pour trouver un emploi au Liban, mais aussi par les échanges d’informations sur les bourses à l’étranger par exemple. Lors d’une soirée, ils m’expliquent, sur le ton de l’humour, travailler à la « réconciliation » via ces liens d’amitié indifférents aux origines confessionnelles – à travers des échanges, des projets communs et le partage de valeurs. Cela permet aussi d’intégrer un réseau à l’international. Avant tout, il s’agit d’un projet, qui offre des possibilités de se projeter dans l’avenir à court et moyen terme. Ce travail collectif permet, sinon d’entrevoir des espoirs de changement en Syrie, au moins de se former. Cette « formation » diverse (ateliers, programmes) apparaît importante, en particulier pour des jeunes qui connaissent des difficultés à poursuivre leurs études en Syrie, ou à Beyrouth (en raison du coût, de leur statut).

[1] HACHIMI ALAOUI Myriam, « Rupture et incertitude, deux invariants des trajectoires d’exil », EurOrient, no 29 « L’exil et la gestion de la trajectoire », avril 2009.

[2] PUIG Nicolas, DORAÏ Kamel, « Insertions urbaines et espaces relationnels des migrants et réfugiés au Proche-Orient », L’urbanite des marges, Migrants et relégués dans les villes du Proche-Orient, Teraedre /IFPO, pp.11-25, 2012.

[3] Rapport de Human Rights Watch « « Je voulais juste être traité comme un être humain” : Comment la règlementation du droit de séjour au Liban facilite les abus à l’encontre des réfugiés syriens » – 12 janvier 2016 : https://www.hrw.org/fr/news/2016/01/12/liban-la-reglementation-du-droit-de-sejour-met-les-refugies-syriens-en-danger

[4] MA MUNG Emmanuel, « Le point de vue de l’autonomie dans l’étude des migrations internationales : « penser de l’intérieur » les phénomènes de mobilité » in Françoise Dureau, Marie-Antoinette Hily, Les mondes de la mobilité, Presses de l’Université de Rennes, pp.25-38, 2009. P.28.

[5] DOT-POUILLARD Nicolas, et PESQUET Jean-Baptiste, « Les réfugiés syriens au Liban : l’émergence progressive d’un discours de neutralité ? », Confluences Méditerranée, vol. 92, no. 1, 2015, pp. 61-72.

[6] FOURN Léo, « Turning Political Activism into Humanitarian Engagement: Transitional Careers of Young Syrians in Lebanon », Working Paper No. 28 – Avril 2017.

[7] « Si espoir il y a, c’est dans cette vitalité de la société civile émergente que j’ai mentionnée. Dans un pays où il n’y a jamais eu de société civile, on compte aujourd’hui 2 500 organisations, à l’étranger ou dans les zones qui ne sont pas contrôlées par le régime, qui travaillent à des projets éducatifs ou humanitaires, à la promotion des valeurs démocratiques, et qui développent une culture du volontariat qui n’a jamais été connue en Syrie sous le régime d’Assad. On voit aussi émerger une nouvelle presse citoyenne, qui publie des dessins, des enquêtes… » Entretien avec Ahmet Insel et al., « Des sociétés brutalisées. Entretien avec Ahmet Insel et Salam Kawakibi », Esprit 2016/5 (Mai), p.75.

[8] MEOUCHY Nadine, « État et société dans la Syrie d’aujourd’hui. Une histoire d’impensés et d’impasses », In Anna Bozzo et Pierre-Jean Luizard (dir.), « Vers un nouveau Moyen-Orient ? États arabes en crise entre logiques de division et sociétés civiles », Roma-Tre Press, p.147-172, 2016.

[9] « Pendant un moment nous n’étions pas en mesure de téléguider des actions à Damas, en Syrie, à l’intérieur, ça nous a pris un an. D’abord il fallait que nous renaissions ici n’est-ce pas, et de nous recréer comme il faut, de trouver des fonds, de trouver un appartement, et on a commencé à faire des formations en faisant venir des jeunes de Damas, de Syrie. Donc nous avons commencé une deuxième vie ici si vous voulez. » entretien avec H, 28 novembre 2017.

[10] Site de la Creative Memory of the Syrian Revolution : https://creativememory.org/?lang=fr

[11]  Insistance dans les différents entretiens sur l’ancrage d’un amalgame entre citoyenneté et patriotisme. Voir aussi dans la littérature scientifique Longuenesse, Ruiz de Elvira Carrascal, etc.

[12] « Et donc dès que la première manif a eu lieu, en février 2011, voilà c’est le moment de créer un corps qui tenterait de former ces jeunes qui vont être les leaders de ce qui arrive. Et de la Syrie qui va devenir parce que je voyais que c’est fini, il n’y a plus de retour. » Entretien avec H, 28 novembre 2017.

[13] « The people who started the organisation were peaceful activists, and they believed that using peaceful means like civil desobedience or like street art and graffitis would change the people’s mindset and prepare for the next space for the democratic transition. And another thing they were working on at the same time was producing manuals and… civil disobedience for example the first manual » entretien avec Z, 9 novembre 2017.

[14]Khalaf, R., Ramadan, O. & Stolleis, F. (2014). Activism in Difficult Times: Civil society groups in Syria 2011-2014. Beirut: Badael Project, Friedrich-Ebert-Stiftung.

[15] « And the idea was we didn’t want to be a humanitarian organisation. There was a conflict, war, there were a lot of needs to be material needs but we thought that there are enough organisations taking care of that already. We wanted to work on what happens next, you now, how to rebuild a society that believe in citizenship, believe in non-violence » entretien avec Z, 9 novembre 2017.

[16] Concept qui désigne au sens large un processus de sortie de conflit intégrant procédés judiciaires et politiques, enjeux de réconciliation et donc de reconnaissance, de mémoire, de dialogue social…

[17] « Je récuse cette nomination « opposition », pour moi l’opposition rejoint la politique militante, c’est-à-dire le travail dans l’action politique. Alors que moi je travaille dans la politique de transformation, la politique basique, ce que j’appelle la culture : changer par le bas et non pas changer par le haut. Donc voilà j’ai travaillé dans la culture résistante ou bien la résistance à travers la culture si vous voulez. » entretien avec H, 28 novembre 2017.

Séminaire – Le travail des déplacés syriens : de la migration forcée au travail sans-droits

Date et horaire

Vendredi, 9 mars 2018 de 14 h à 18h

Lieu

Université Saint Joseph, Campus de l’innovation et du sport, auditorium François Bassil

Beyrouth – Liban

 

 

Journée d’études organisée dans le cadre du séminaire commun du Département des études contemporaines de l’Ifpo, de l’Observatoire des compétences et métiers de l’USJ, et de l’Orient Institut Beirut (OIB) : « Aux marges du salariat ? Travailler et contester au Liban : du travail migrant à la grande distribution » et avec la participation de l’ANR Lajeh.

Programme

« L’encampement » des réfugiés syriens au Moyen Orient : déborder les frontières de la vulnérabilité par le travail »

Delphine Mercier, (Laboratoire d’Économie et de Sociologie du Travail (LEST), Aix-en-Provence) ; Mustapha El Miri (LEST)

Résumé

Alors que les débats sur l’accueil des réfugiés ont animé principalement les arènes politiques en Europe et en Amérique du Nord, c’est massivement vers les pays limitrophes que les réfugiés syriens se sont dirigés. Le Liban, la Jordanie et la Turquie accueillent aujourd’hui près de cinq millions d’exilés qui vivent dans des conditions de forte vulnérabilité. L’aide internationale qui arrive dans cette région rétribue essentiellement ces pays pour leur rôle de sous-traitants de l’Europe et de l’Amérique du Nord dans la gestion du maintien du flux d’exilés et ne profite que très peu aux exilés eux-mêmes. D’ailleurs, pour empêcher une installation définitive de ces réfugiés sur leurs territoires, ces États limitent les aides et développent des politiques publiques de criminalisation assimilables aux logiques des centres de rétention. Face à cette vulnérabilité, les réfugiés n’ont d’autres choix que de survivre par leurs propres moyens. Les moins pauvres se tournent vers « l’industrie des passeurs » et « empruntent » les longues routes, périlleuses et couteuses, de l’exil vers l’Europe. Les autres partent en quête de moyens de subsistance stables, qui ne dépendent pas de l’aide internationale ou locale et investissent les marges du marché du travail, déjà occupées par les populations pauvres locales ou d’anciens migrants. Cette quête de travail emprunte souvent les chemins des réseaux familiaux, des intermédiaires du secteur informel et se concentre dans quelques secteurs de l’économie. C’est à ces stratégies de survie au quotidien des réfugiés que nous nous sommes intéressés lors de notre enquête ethnographique au Moyen Orient.

A propos des intervenant·e·s

Mustapha El Miri is a Senior Lecturer in Sociology at the University of Aix-Marseille. His latest researches focus on migrations and on their social effects in the Mediterranean basin. In his most recent works, he analyses the social qualification of migrants in the home countries; the  beginning of the undocumented migrants’ phenomenon; the integration modes, and the transformation relationships at the border in the light of migration in transnational areas integrated in the economic globalization (the Hispanic-Moroccan case).

Delphine Mercier is a Work Sociologist affiliated to the Laboratoire d’économie et de sociologie du travail (LEST) in Aix en Provence. Her works focus on free industrial export zones in the borders, namely in Mexico and in Central America, but also in Europe, North Africa and South America. She has analysed relocated subcontracted companies operating in border areas characterised by strong economic differences, particularly on the production systems and on the technical circulations in conjunction with work conditions. During the last few years, she has focused on labour and migration in the frame of “globalization from the bottom”, and “globalization on the field”.

Travail des enfants : ethnographie d’un c(h)amp du Akkar, Liban

Sofia Agosta (Doctorante Centre Population et Développement (CEPED), Paris Descartes) ; Michele Scala (Doctorant Orient Institut Beirut (OIB), Institut de Recherches sur les Mondes arabes et Musulmans (Iremam), Aix-Marseille Université, associé à l’Ifpo)

Résumé

Cette étude est le fruit d’une recherche ethnographique portant sur la mise au travail de mineurs œuvrant en milieu rural dans la région du Sahel au Nord du Liban. Avec l’afflux de réfugiés syriens au Liban, la recherche d’un logement (et puis d’un travail) a engendré des formes très diverses d’installation et d’organisation : des camps informels en passant par les garages et jusqu’aux champs agricoles. Dans ce dernier cas de figure, le champ devient aussi un campement. En échange de logement et d’un quota sur le vendu de la production, le chef de famille négocie un arrangement avec le propriétaire terrien qui s’avère indispensable au fonctionnement de l’économie rurale de la région. Le pseudo salaire tiré du vendu sur la production ne suffit pas à subvenir aux besoins des familles qui sont contraintes à s’endetter auprès du commanditaire et des magasins de proximité. Les prêts contractés sont pensés de manière à qu’ils ne puissent pas être rendus avec le revenu perçu, et les familles se retrouvent bridées dans une condition de servage pour dette vis-à-vis de leurs créditeurs. Assimilable au métayage et au péonage agricoles, cet arrangement comporte l’accomplissement du travail à tout prix sans limites d’heures, et la mise au travail du plus grand nombre de main d’œuvre possible sans limite d’âge. Pris dans un engrenage plus large, le travail des enfants apparaît comme le résultat ultime d’une chaîne d’exploitation impliquant des entières familles de déplacés syriens employées dans le travail de la terre. Dans ce contexte, bien que les mineurs accomplissent plusieurs tâches indispensables à la production, leur statut de travailleurs est loin d’être reconnu comme tel. D’une part les adultes forcés de les employer, déclassent leurs activités au rang de « tâches d’accompagnement ». D’autre part, en interdisant le travail des enfants, la loi participe à la création « d’une économie non règlementée aux multiples avantages » (Morice) où le travail des mineurs résulte comme une pathologie à soigner, mais qui s’avère essentielle aux logiques du marché. En remontant la chaîne de la production du dernier bout (les enfants) jusqu’aux distributeurs, en passant par des simsar et des médiateurs de toute sorte, on s’aperçoit vite d’une donnée : les ultimes bénéficiaires du travail des enfants c’est nous qui achetons nos fraises chez les dakâkîn ou au supermarché.

A propos des intervenant·e·s

Sofia Agosta : doctorante au Centre Population et Développement (Ceped), Paris Descartes, elle prépare une thèse portant sur le statut des mineurs non accompagnées en Sicile sous la direction de Fred Eboko (Ceped) et Nelly Robin (Ceped) après une carrière dans l’humanitaire (Palerme, Rome, Tchad, Sénégal, Liban).

Michele Scala : doctoral fellow à l’Orient Institut Beirut (OIB), associé à l’Ifpo, il prépare une thèse à Aix-Marseille Université (Iremam) sur les rapports entre clientélisme et travail au Liban sous la direction de Richard Jacquememond (Amu, Iremam) et Myriam Catusse (Cnrs, Iremam). Parmi ses publications : « Clientélisme et contestation : l’exemple de la mobilisation des travailleurs de Spinneys au Liban », dans Confluences Méditerranée, 2015/1, n° 92, pp. 113-123. Voir aussi : http://iremam.cnrs.fr/spip.php?article4029&lang=fr.

« Les réfugiés volontaires » : travailleurs invisibles des dispositifs d’intervention de l’aide internationale ? »

Leila Drif (Doctorante EHESS-IRIS, associée à l’Ifpo)

Résumé

L’aide internationale, plus qu’une simple dépendance à l’égard de ses ressources, génère, dans l’organisation même de son entreprise de redistribution, des formes de « mise au travail » de certains de ses bénéficiaires, basées sur du volontariat rémunéré. Au Liban, dans le contexte d’accès contraint au marché du travail, le phénomène s’est popularisé auprès des réfugiés syriens, comme des acteurs de l’aide ; qu’il s’agisse du Haut- Commissariat aux Réfugiés de l’ONU ou de ses partenaires locaux. A Beyrouth ou Tripoli, le caractère urbain et disséminé de la présence de ces déplacés syriens a, en effet, rendu centrale la question de l’accès aux bénéficiaires, et ce, d’autant plus dans certaines marges où l’accès aux espaces est lui-même contraint pour les agents humanitaires. Nouveau maillon du dispositif de délégation de l’aide, des réfugiés syriens, bénéficiaires de ces organisations, se voient alors confiés des tâches incombant à l’organisation du travail interne des ONG, excédant ainsi les catégories d’empowerment ou d’activité génératrice de revenus (AGR). Cette communication interroge cet aspect du travail informel des réfugiés syriens, à partir du profil de ses acteurs et de leurs parcours, entre économie de la survie et/ou professionnalisation à la marge.

A propos de l’intervenante

Leila Drif, doctorante de l’EHESS-IRIS associée à l’Ifpo. Elle prépare une thèse en anthropologie, sur la production et l’organisation des territoires d’accueil des réfugiés syriens dans les marges de la banlieue sud de Beyrouth. Dans ce cadre, elle enquête sur les reconfigurations du champ associatif local, produites par l’aide internationale du Plan de Réponse à la Crise au Liban, et ses effets sur les économies domestiques des déplacés syriens.

Discutant·e·s

  • Kamel Doraï, Directeur du Département des Études Contemporaines (DEC), Ifpo
  • Roula Abi Habib Khoury, Directrice du Centre d’Études pour le Monde Arabe Moderne (Cemam), USJ

 

Contacts et renseignements

  • Nizar Hariri, maître de conférences, Faculté des Sciences économiques, Observatoire des compétences et métiers, USJ.
  • Michele Scala, doctorant IREMAM-AMU, boursier de l’OIB, associé au Département des études contemporaines de l’Ifpo.

Professionnalisation de l’humanitaire et production de données dans le camp de réfugiés de Zaatari en Jordanie

Léa Macias[1]

A l’évocation des statistiques dans le contexte de déplacements forcés de population et leur encampement, c’est l’acte d’enregistrer et de compter le nombre de réfugiés résidant dans le camp qui surgit en premier. En effet les statistiques y sont d’abord utilisées pour évaluer le nombre de réfugiés à l’intérieur de cet espace clos afin de planifier une réponse. Avec la pérennisation des camps dans le temps, les données quantitatives font désormais partie intégrante des opérations humanitaires notamment avec le développement d’indicateurs devant garantir qualité et équité dans la distribution des services aux réfugiés. Ce billet vient ainsi explorer l’enjeu de l’information dans la réponse humanitaire et la production de savoir humanitaire dans l’espace en urbanisation que constitue un camp de réfugiés qui s’inscrit dans la durée, et plus particulièrement celui de Zaatari en Jordanie.

Le camp de Zaatari, établi au nord de la Jordanie depuis le 29 juillet 2012, fait partie d’un dispositif de camps ouverts tardivement après le soulèvement syrien. Sous la gestion du Haut Commissariat aux Réfugiés (HCR) et des autorités jordaniennes, ce camp est désormais devenu la quatrième « ville » la plus peuplée de la Jordanie, et fait l’objet d’une large couverture médiatique.

Ce espace est devenu objet d’une production massive de savoirs humanitaires: évaluations des besoins, cartes, rapports d’activités, statistiques démographiques et portails en ligne. Il devient ainsi au regard des humanitaires un parfait objet statistique avec : une population contrôlée, des flux entrants et sortants enregistrés, et de ce fait des possibilités d’échantillonnage et production de résultats dits statistiquement représentatifs.

Dans un contexte d’approche basée sur les besoins, ces chiffres viennent nourrir un système humanitaire cherchant à sélectionner ses bénéficiaires et à adapter ses programmes selon un modèle coûts-bénéfices. Les camps de réfugiés en tant qu’espaces de contrôle fermés deviennent ainsi des espaces idéals et idéalisés de la production de statistiques dans un paysage global de camps (Agier, 2015). Cet article se penche sur le développement global d’un discours lié à la production de données statistiques et la professionnalisation des acteurs humanitaires que cela engendre.

1. Le nouveau « data deal »

Observer la mesure et la donnée dans le contexte des opérations humanitaires permet de révéler ce qui est mis en avant par ces acteurs, les stratégies et les évolutions d’un secteur en pleine professionnalisation.

Le précédent Secrétaire général des Nations Unies Ban-Ki Moon qui avait commandité un rapport en 2014 à un groupe indépendant d’experts sur une révolution des données et le développement durable (IEAG, 2014), a aussi prononcé de nombreux discours mentionnant la nécessité de mesurer l’état d’avancement des Objectifs du Développement Durable. Son discours pour la journée internationale de la fille en 2016 mentionne que ce qui ne peut être mesuré ne peut être géré et que si les données nécessaires ne sont pas collectées, alors il est impossible de savoir si les objectifs sont atteints (Ban Ki Moon, 2016). Enfin, pour rendre compte du Sommet Humanitaire Mondial qui a eu lieu en 2016 à Istanbul, à l’Assemblée Générale de l’Organisation des Nations Unies (ONU), il inclut la question de la donnée comme la base même d’une nouvelle façon de travailler et un moyen de renforcer la prise de décision (ONU, 2016).

Cette attention portée aux données et à la mesure se traduit aussi par l’organisation de conférences dont la thématique centrale est la production de statistiques. La conférence sur les données et statistiques organisée par l’Organisation des Nations Unies en 2017 en Afrique du Sud, réunissait pour la première fois, acteurs privés, agences nationales de statistiques et organisations internationales pour débattre des enjeux du Big Data, des recensements, et des données humanitaires. Enfin un dernier exemple de cet engouement à l’échelle globale pour la question des statistiques est  la création du Groupe Européen sur les données pour les Réfugiés et les Personnes Déplacées Internes (EGRIS) en 2016, regroupant agences nationales de statistiques, Organisations Non-Gouvernementales (ONG) et agences onusiennes.

Pour revenir à une échelle locale, ce sont plus de 80 rapports d’évaluation et 140 cartes qui ont ainsi été publiés en ligne depuis l’ouverture du camp de Zaatari en 2012. Ces évaluations essentiellement de besoins, sont disponibles en accès libre sur des plateformes globales telles que ReliefWeb, mais aussi des portails régionaux comme celui du HCR et ou d’acteurs producteurs de données eux-mêmes tel que REACH Initiative. Il existe aussi des « produits d’information », tels que les bulletins de situation autrement appelés « sitreps » publiés à la fois pour Zaatari, et pour le reste de la Jordanie. Ces documents diffusent une information standardisée centrée sur les évolutions démographiques du camp, et cela bien au-delà des opérations humanitaires de différentes crises humanitaires (Hyndman, 2000). La plateforme Activity Info quant à elle, créée par l’agence de coordination onusienne OCHA, opère la fonction de collecte et diffusion de l’information des « 5W’s » : qui, quoi, où, quand et comment, concernant les opérations humanitaires en cours par pays. Ces dernières doivent faire parvenir à la fin de chaque mois un document sur tableur récapitulant leurs activités au bureau de coordination d’OCHA en charge de la compilation de ces données.

Ainsi un enjeu de maximisation de l’impact des programmes est aussi observable afin d’éviter toute duplication des programmes. Mais au sein du camp de Zaatari, cette maximisation de l’impact passe aussi par des politiques de triage et de choix des bénéficiaires: les ressources humanitaires sont limitées et dans le camp, certains réfugiés sont caractérisés comme plus vulnérables que d’autres. En effet, ce type de réponse qui s’inscrit dans la durée et dans un contexte de diminution des budgets de bailleurs clés comme USAID, devient un enjeu pour les ONG qui opèrent une sélection auprès des réfugiés. Ces derniers deviennent alors « bénéficiaires » d’une aide humanitaire distribuée selon des critères de vulnérabilité eux aussi établis selon des cadres d’analyses et des indicateurs crées notamment au sein des clusters humanitaires (sécurité alimentaire, eau hygiène et assainissement, etc.), eux-mêmes composés d’organisations internationales et d’ONG.

Les cartes produites à l’aide d’images satellites sont utilisées dans un but de mesure de la réponse humanitaire. Une illustration de cette démarche se trouve dans le corpus cartographique produit par l’initiative REACH, un consortium de deux ONG et une agence onusienne pour le compte de l’UNICEF. Il s’agit d’un suivi du statut des blocs sanitaires installés dans le camp dans de grandes allées entre les tentes et caravanes. Une des premières cartes représentait ainsi le nombre de ménages accédant à chaque point d’eau, latrines et douches[2]. Puis ces cartes sont inclues dans des rapports plus courts, appelés « factsheets », représentant les résultats d’un monitoring hebdomadaire de ces centres[3]. Cette fois, ce sont des index complexes qui apparaissent combinant jusqu’à quatre indicateurs SPHERE[4] afin d’attribuer un score par district de l’accès et du statut des structures d’eau, assainissement et hygiène. Ces cartes ont ainsi pour fonction de représenter une mesure construite par des acteurs humanitaires à l’aide d’une représentation chloroplèthe[5]. Elles viennent harmoniser, et simplifier une réalité spatiale et sociale complexe liée à un usage des blocs sanitaires. En effet en 2017 ces lieux ont finalement été détruits car une majorité des réfugiés avaient installé des douches et toilettes privatifs dans leurs caravanes.

L’utilisation de ces documents est aussi un enjeu majeur de la production de données dans le camp de Zaatari. Ainsi dans le cadre de la construction des réseaux d’adduction d’eau et de collecte des eaux usées entamée en 2015 dans le camp, sous la direction d’UNICEF, une carte représentant l’installation de tanks enterrés pour récupérer les eaux usées sur un fond de carte utilisant une image satellite du camp, publiée sur les plateformes telles que ReliefWeb, n’est en fait pas la carte utilisée par les ingénieurs travaillant sur l’installation du réseau. Ils utilisent une carte produite à l’aide du logiciel Autocad, sans fond de carte, et représentant district par district la forme des abris ainsi que leur adresse. La carte est donc pour le bailleur qui finance le projet de construction du réseau, autant pour montrer l’avancée des travaux que pour informer leur planification sur le terrain.

Faire de la mesure et de sa représentation cartographique un objet de recherche permet d’explorer un nouveau paradigme de l’aide humanitaire, celui d’opérations humanitaires mieux informées, nécessairement plus efficaces. Il s’agit de contribuer à une réflexion sociologique de la professionnalisation de l’humanitaire passant par la standardisation de sa réponse, la production d’une information comparable, comparée et diffusée sur des plateformes globales. Des rapports d’évaluations aux cartes en passant par les plateformes d’échange de données il s’agit aussi de révéler de nouveaux parcours de professionnalisation de l’humanitaire : celui des statisticiens, des chargés de gestion de l’information, des cartographes.

2. Professionnalisation des acteurs

Les chiffres viennent nourrir un système cherchant à sélectionner ses bénéficiaires et à adapter ses programmes selon un modèle coûts-bénéfices.  De la planification du site à la gestion des camps, la production et la gestion stratégique de l’information via des bases de données, des rapports et des cartes, sont devenues des pratiques incontournables des acteurs humanitaires, aussi bien des organisations internationales que des ONG internationales et locales. Ainsi, en étudiant les données humanitaires de leur collecte à leur représentation cartographique, il devient possible de déconstruire des discours et des pratiques de l’humanitaire en pleine mutation notamment liée à un usage des nouvelles technologies et à une professionnalisation des acteurs.

En 2017, près de 13 pourcents des offres d’emplois publiées sur le portail Reliefweb sont des offres classées dans le domaine de la gestion de l’information, des technologies de l’information et de la communication ou du monitoring et évaluation. Dans ce domaine, une large majorité des postes exigent une expérience de plus de 5 ans. Dans le cas des offres d’emploi associées à la gestion de l’information et les technologies de l’information et de la communication, la majorité d’entre elles demandent une expérience de moins de 5 ans. Cela peut indiquer les profils de jeunes diplômés, qualifiés dans les domaines des nouvelles technologies, plus que dans l’aide humanitaire. En effet, lors que ces offres sont observées de plus près, les profils de développeurs « front-end », d’informaticiens sont les plus recherchés. Ces postes sont ouverts principalement dans les ONG et les organisations internationales (recoupant ONU, mais aussi le mouvement de la Croix-Rouge).

Le recrutement de profils spécialisés dans la gestion des données s’accompagne d’un développement de l’offre de formation pour les humanitaires déjà en poste et n’ayant pas suivi de cursus en ingénierie informatique. Avec le développement des indicateurs SPHERE depuis 1997 et leur première publication en 2000, les formations en ligne proposées par des organisations internationales en partenariat avec des universités se multiplient. La plus connue d’entre elle reste celle mise en place par l’université d’Harvard, via l’Harvard Humanitarian Initiative, financée par USAID et en partenariat avec l’ONG irlandaise Concern. Basée sur des scénarios fictifs de crises humanitaires, représentés par des dessins animés, les participants sont invités à se former aux différents secteurs de l’aide humanitaire ainsi qu’aux indicateurs qui jalonnent ces réponses. Un diplôme sans valeur universitaire est délivré à la suite de cette formation d’une cinquantaine d’heures. D’abord disponible en anglais uniquement, ce programme de formation a été traduit en français puis en arabe. Il a récemment été doté d’un deuxième module portant cette fois sur la coordination des urgences complexes.

L’Harvard Humanitarian Initiative a aussi été au centre du développement d’un outil de collecte de données, Kobo Toolbox. Ainsi, il existait une application libre d’accès et open source Open Data Kit. Cette application, installée sur les téléphones portables les transformait en outils de collecte de données sur lesquels un fichier Excel peut être converti et lu comme un questionnaire. Les limitations d’utilisation de cette application indiquées par OCHA pour justifier du développement d’une application en partenariat avec Harvard ont été les suivantes : les questionnaires doivent  être encodés sur tableur, créant une barrière technique pour les personnes qui ne sont familières avec ce langage, et une fois les données collectées, l’application ne présente pas de modules pour les analyser. Ces arguments révèlent un trait caractéristique du discours humanitaire portant sur la collecte et l’analyse de données. Ces activités doivent être accessibles à tous, et ainsi restées intuitives afin d’en démocratiser l’utilisation auprès de tous les humanitaires.

3. Du data et des hommes

Ces partenariats entre universitaires, bailleurs et ONG se développent aussi sur le terrain. Dans le cadre de Zaatari, les employés des organisations internationales, notamment les chargés de gestion de l’information et les cartographes, collaborent avec des consultants et universitaires pour désigner une variété de programmes.

Ce passage de l’urgence au développement, via la réduction des budgets peut aussi se lire dans l’initiative RefuGIS. Sous l’impulsion individuelle du chargé de gestion de l’information du HCR à Zaatari, mais dans un contexte de fin du partenariat annuel de production cartographique pour le camp entre REACH Initiative et le HCR, un projet de formation des réfugiés du camp à la collecte de données a été créée. L’Université de Rochester aux Etats-Unis est cette fois le partenaire privilégié du HCR, notamment pour développer le curriculum de formation.  Les entreprises, Microsoft pour son logiciel Power BI, et ESRI pour ArcGIS, se sont rapprochées de l’initiative, démontrant là encore l’intérêt croissant des entreprises privées internationales pour les camps de réfugiés.

Les réfugiés sont employés comme dans le cadre des programmes argent contre travail soit pour un dollar par jour, alors que les employés jordaniens qui collectaient ces données auparavant touchaient près de 30 dollars, dans le cadre de contrat de plusieurs mois. Le discours du HCR est celui du temps long de la crise et de la nécessité de former les réfugiés. Lorsque les formateurs ont été interrogés, ils ont quant à eux  noté la difficulté du programme à enseigner l’utilisation de logiciels extrêmement complexes. Les réfugiés interrogés qui participent à ce programme restent dans un discours qui expriment l’intérêt pour les formations reçues, mais une désillusion dans l’utilisation possible un jour de ces compétences.

Les évaluations conduites à Zaatari présentent en effet des caractéristiques communes : qu’il s’agisse de l’analyse de la vulnérabilité à une cartographie des compétences chez les jeunes de 18 à 25 ans. L’idée est donc de créer des indicateurs composites pour classer les réfugiés selon diverses catégories de vulnérabilité et donc de besoins. Ce classement des ménages et des individus devant se faire de manière objective, les évaluations puis les indicateurs viennent opérer un tri entre les personnes à assister pour les humanitaires.

En effet, pendant les entretiens menés avec des personnes responsables de projets, il fut mentionné à de très nombreuses reprises les difficultés rencontrées dans l’allocation de l’assistance. Le sentiment de responsabilité quant à l’allocation d’une assistance, ou non, est parfois difficile à supporter lorsqu’ils sont directement interpeller par des réfugiés. Si un système de classification et d’allocation existe avec un ensemble de critères définis, alors le processus de décision n’est plus entre les mains de l’humanitaire. L’attribution d’un score à un ménage ou à un individu peut de plus être visualisé sur une carte grâce à un système d’adresses. Le responsable de projet n’est plus celui qui décide de l’allocation d’une aide, ce processus ayant été confié à une base de données. La décision publique, basée sur des fonds internationaux, devient justifiable par un exercice mathématique, dont la majorité des responsables de programmes interrogés indiquent ne pas connaître l’architecture. Ces mêmes travailleurs humanitaires notent lors de ces entretiens que la question de l’avenir du camp qui les préoccupe fortement est quant à elle absente des enquêtes et évaluations en cours à Zaatari.

Les enjeux du passage d’une situation de crise à une phase de développement peuvent être abordés avec la question de la  production de données essentiellement liée à des enjeux de gestion du camp sans pour autant avoir de plan pour l’avenir de cet espace conçu comme temporaire. Le développement de partenariats public-privé comme il a été observé avec les compagnies fournissant des outils d’analyses et de représentation des données statistiques, est lui aussi un enjeu global de l’aide humanitaire. Enfin, la protection des personnes et de leurs données dans un contexte de maximisation de l’impact des opérations humanitaires sont observables à l’échelle de la gestion de l’information. Observer ainsi les mutations de la production de savoirs au fil d’une crise permet de mettre en lumière des mécanismes et évolutions de l’aide humanitaire. Cependant, des offres de formation en ligne au désarroi des travailleurs humanitaires devant les injonctions à utiliser des données, il faut désormais explorer et analyser le rôle central des réfugiés dans ces mécanismes. Quelle est leur expérience de ces enquêtes auxquelles ils sont très souvent tenus de participer ? Quelle relation entretiennent-ils avec les enquêteurs ? Quel impact ces collectes de données ont-elles sur leur vision de leur statut, leur habitat, leur déplacement forcé ? Ce sont ces questions auxquelles un prochain terrain en Avril 2018 s’attachera à répondre.

Bibliographie

Agier, Michel (2015) dir., Un Monde de Camps, La Découverte

Independent Expert Advisory Group on a Data Revolution for Sustainable Development (2014) A World That Counts: Mobilising The Data Revolution for Sustainable Development. http://www.undatarevolution.org/wp-content/uploads/2014/11/A-World-That-Counts.pdf

Hyndman, Jennifer (2000) Managing displacement. Refugees and the Politics of Humanitarianism, Minneapolis, University of Minnesota Press.

ONU (2016) Outcome of the World Humanitarian Summit, Report of the Secretary-General   https://agendaforhumanity.org/sites/default/files/A-71-353%20-%20SG%20Report%20on%20the%20Outcome%20of%20the%20WHS.pdf

Sphere (2017), The Sphere Handbook. http://www.spherehandbook.org/en/water-supply-sanitation-and-hygiene-promotion-wash/

UNHCR (2015) “Le camp de réfugiés de Zaatari en Jordanie a trois ans ; quel avenir pour les milliers de réfugiés qui y résident”, Point de presse. http://www.unhcr.fr/55b8eb409.html

WHO (2016) UN Secretary-General Ban Ki-moon’s statement about International Day of the Girl 2016. http://www.who.int/life-course/news/events/intl-day-of-the-girl/en/#

[1] Cet article fait partie d’un doctorat débuté en Septembre 2016 au sein de l’école Territoires, Développement et Société de l’Ecole des Hautes Etudes en Sciences Sociales à Paris, sous la direction de Michel Agier. Cette recherche s’inscrit dans l’ANR LAJEH Conflits et Migrations au Moyen-Orient, sous la supervision de Kamel Doraï. Géographe formée à l’Université Michel Montaigne – Bordeaux 3, puis à l’Institut d’Etudes du Développement Economique et Social de Paris 1- Sorbonne, cette recherche est la continuité de missions humanitaires, en tant que chargée d’évaluation au Moyen-Orient, dans les Balkans et en Afrique Centrale entre 2013 et 2016. Cet article vient ainsi présenter l’analyse développée à la suite d’une série d’observations et d’entretiens conduits en Mai puis en Octobre et Novembre 2017 en Jordanie.

[2] Exemple de cartographie produite par REACH Initiative et ACTED pour UNICEF : http://www.reachresourcecentre.info/system/files/resource-documents/JOR_Zaatri_shelter-per-waterpoint_31MAR2013_A0_ACTED_landscape.pdf

[3] Exemple de factsheet publiée sur le site de REACH Initiative : http://www.reachresourcecentre.info/system/files/resource-documents/reach_jor_map_zaatari_wat_nearestwash_17jun2014_a1.pdf

[4] Les indicateurs Sphère constituent un ensemble de standards minimaux dans les différents secteurs d’opération humanitaire (santé, abris, éducation, etc.)

[5] Chloroplèthe se dit d’une carte thématique pour laquelle une mesure statistique est représentée sur une zone avec une couleur.