Professionnalisation de l’humanitaire et production de données dans le camp de réfugiés de Zaatari en Jordanie

Léa Macias [1]

A l’évocation des statistiques dans le contexte de déplacements forcés de population et leur encampement, c’est l’acte d’enregistrer et de compter le nombre de réfugiés résidant dans le camp qui surgit en premier. En effet les statistiques y sont d’abord utilisées pour évaluer le nombre de réfugiés à l’intérieur de cet espace clos afin de planifier une réponse. Avec la pérennisation des camps dans le temps, les données quantitatives font désormais partie intégrante des opérations humanitaires notamment avec le développement d’indicateurs devant garantir qualité et équité dans la distribution des services aux réfugiés. Ce billet vient ainsi explorer l’enjeu de l’information dans la réponse humanitaire et la production de savoir humanitaire dans l’espace en urbanisation que constitue un camp de réfugiés qui s’inscrit dans la durée, et plus particulièrement celui de Zaatari en Jordanie.

Le camp de Zaatari, établi au nord de la Jordanie depuis le 29 juillet 2012, fait partie d’un dispositif de camps ouverts tardivement après le soulèvement syrien. Sous la gestion du Haut Commissariat aux Réfugiés (HCR) et des autorités jordaniennes, ce camp est désormais devenu la quatrième « ville » la plus peuplée de la Jordanie, et fait l’objet d’une large couverture médiatique.

Ce espace est devenu objet d’une production massive de savoirs humanitaires: évaluations des besoins, cartes, rapports d’activités, statistiques démographiques et portails en ligne. Il devient ainsi au regard des humanitaires un parfait objet statistique avec : une population contrôlée, des flux entrants et sortants enregistrés, et de ce fait des possibilités d’échantillonnage et production de résultats dits statistiquement représentatifs.

Dans un contexte d’approche basée sur les besoins, ces chiffres viennent nourrir un système humanitaire cherchant à sélectionner ses bénéficiaires et à adapter ses programmes selon un modèle coûts-bénéfices. Les camps de réfugiés en tant qu’espaces de contrôle fermés deviennent ainsi des espaces idéals et idéalisés de la production de statistiques dans un paysage global de camps (Agier, 2015). Cet article se penche sur le développement global d’un discours lié à la production de données statistiques et la professionnalisation des acteurs humanitaires que cela engendre.

1. Le nouveau « data deal »

Observer la mesure et la donnée dans le contexte des opérations humanitaires permet de révéler ce qui est mis en avant par ces acteurs, les stratégies et les évolutions d’un secteur en pleine professionnalisation.

Le précédent Secrétaire général des Nations Unies Ban-Ki Moon qui avait commandité un rapport en 2014 à un groupe indépendant d’experts sur une révolution des données et le développement durable (IEAG, 2014), a aussi prononcé de nombreux discours mentionnant la nécessité de mesurer l’état d’avancement des Objectifs du Développement Durable. Son discours pour la journée internationale de la fille en 2016 mentionne que ce qui ne peut être mesuré ne peut être géré et que si les données nécessaires ne sont pas collectées, alors il est impossible de savoir si les objectifs sont atteints (Ban Ki Moon, 2016). Enfin, pour rendre compte du Sommet Humanitaire Mondial qui a eu lieu en 2016 à Istanbul, à l’Assemblée Générale de l’Organisation des Nations Unies (ONU), il inclut la question de la donnée comme la base même d’une nouvelle façon de travailler et un moyen de renforcer la prise de décision (ONU, 2016).

Cette attention portée aux données et à la mesure se traduit aussi par l’organisation de conférences dont la thématique centrale est la production de statistiques. La conférence sur les données et statistiques organisée par l’Organisation des Nations Unies en 2017 en Afrique du Sud, réunissait pour la première fois, acteurs privés, agences nationales de statistiques et organisations internationales pour débattre des enjeux du Big Data, des recensements, et des données humanitaires. Enfin un dernier exemple de cet engouement à l’échelle globale pour la question des statistiques est  la création du Groupe Européen sur les données pour les Réfugiés et les Personnes Déplacées Internes (EGRIS) en 2016, regroupant agences nationales de statistiques, Organisations Non-Gouvernementales (ONG) et agences onusiennes.

Pour revenir à une échelle locale, ce sont plus de 80 rapports d’évaluation et 140 cartes qui ont ainsi été publiés en ligne depuis l’ouverture du camp de Zaatari en 2012. Ces évaluations essentiellement de besoins, sont disponibles en accès libre sur des plateformes globales telles que ReliefWeb, mais aussi des portails régionaux comme celui du HCR et ou d’acteurs producteurs de données eux-mêmes tel que REACH Initiative. Il existe aussi des « produits d’information », tels que les bulletins de situation autrement appelés « sitreps » publiés à la fois pour Zaatari, et pour le reste de la Jordanie. Ces documents diffusent une information standardisée centrée sur les évolutions démographiques du camp, et cela bien au-delà des opérations humanitaires de différentes crises humanitaires (Hyndman, 2000). La plateforme Activity Info quant à elle, créée par l’agence de coordination onusienne OCHA, opère la fonction de collecte et diffusion de l’information des « 5W’s » : qui, quoi, où, quand et comment, concernant les opérations humanitaires en cours par pays. Ces dernières doivent faire parvenir à la fin de chaque mois un document sur tableur récapitulant leurs activités au bureau de coordination d’OCHA en charge de la compilation de ces données.

Ainsi un enjeu de maximisation de l’impact des programmes est aussi observable afin d’éviter toute duplication des programmes. Mais au sein du camp de Zaatari, cette maximisation de l’impact passe aussi par des politiques de triage et de choix des bénéficiaires: les ressources humanitaires sont limitées et dans le camp, certains réfugiés sont caractérisés comme plus vulnérables que d’autres. En effet, ce type de réponse qui s’inscrit dans la durée et dans un contexte de diminution des budgets de bailleurs clés comme USAID, devient un enjeu pour les ONG qui opèrent une sélection auprès des réfugiés. Ces derniers deviennent alors « bénéficiaires » d’une aide humanitaire distribuée selon des critères de vulnérabilité eux aussi établis selon des cadres d’analyses et des indicateurs crées notamment au sein des clusters humanitaires (sécurité alimentaire, eau hygiène et assainissement, etc.), eux-mêmes composés d’organisations internationales et d’ONG.

Les cartes produites à l’aide d’images satellites sont utilisées dans un but de mesure de la réponse humanitaire. Une illustration de cette démarche se trouve dans le corpus cartographique produit par l’initiative REACH, un consortium de deux ONG et une agence onusienne pour le compte de l’UNICEF. Il s’agit d’un suivi du statut des blocs sanitaires installés dans le camp dans de grandes allées entre les tentes et caravanes. Une des premières cartes représentait ainsi le nombre de ménages accédant à chaque point d’eau, latrines et douches[2]. Puis ces cartes sont inclues dans des rapports plus courts, appelés « factsheets », représentant les résultats d’un monitoring hebdomadaire de ces centres[3]. Cette fois, ce sont des index complexes qui apparaissent combinant jusqu’à quatre indicateurs SPHERE[4] afin d’attribuer un score par district de l’accès et du statut des structures d’eau, assainissement et hygiène. Ces cartes ont ainsi pour fonction de représenter une mesure construite par des acteurs humanitaires à l’aide d’une représentation chloroplèthe[5]. Elles viennent harmoniser, et simplifier une réalité spatiale et sociale complexe liée à un usage des blocs sanitaires. En effet en 2017 ces lieux ont finalement été détruits car une majorité des réfugiés avaient installé des douches et toilettes privatifs dans leurs caravanes.

L’utilisation de ces documents est aussi un enjeu majeur de la production de données dans le camp de Zaatari. Ainsi dans le cadre de la construction des réseaux d’adduction d’eau et de collecte des eaux usées entamée en 2015 dans le camp, sous la direction d’UNICEF, une carte représentant l’installation de tanks enterrés pour récupérer les eaux usées sur un fond de carte utilisant une image satellite du camp, publiée sur les plateformes telles que ReliefWeb, n’est en fait pas la carte utilisée par les ingénieurs travaillant sur l’installation du réseau. Ils utilisent une carte produite à l’aide du logiciel Autocad, sans fond de carte, et représentant district par district la forme des abris ainsi que leur adresse. La carte est donc pour le bailleur qui finance le projet de construction du réseau, autant pour montrer l’avancée des travaux que pour informer leur planification sur le terrain.

Faire de la mesure et de sa représentation cartographique un objet de recherche permet d’explorer un nouveau paradigme de l’aide humanitaire, celui d’opérations humanitaires mieux informées, nécessairement plus efficaces. Il s’agit de contribuer à une réflexion sociologique de la professionnalisation de l’humanitaire passant par la standardisation de sa réponse, la production d’une information comparable, comparée et diffusée sur des plateformes globales. Des rapports d’évaluations aux cartes en passant par les plateformes d’échange de données il s’agit aussi de révéler de nouveaux parcours de professionnalisation de l’humanitaire : celui des statisticiens, des chargés de gestion de l’information, des cartographes.

2. Professionnalisation des acteurs

Les chiffres viennent nourrir un système cherchant à sélectionner ses bénéficiaires et à adapter ses programmes selon un modèle coûts-bénéfices.  De la planification du site à la gestion des camps, la production et la gestion stratégique de l’information via des bases de données, des rapports et des cartes, sont devenues des pratiques incontournables des acteurs humanitaires, aussi bien des organisations internationales que des ONG internationales et locales. Ainsi, en étudiant les données humanitaires de leur collecte à leur représentation cartographique, il devient possible de déconstruire des discours et des pratiques de l’humanitaire en pleine mutation notamment liée à un usage des nouvelles technologies et à une professionnalisation des acteurs.

En 2017, près de 13 pourcents des offres d’emplois publiées sur le portail Reliefweb sont des offres classées dans le domaine de la gestion de l’information, des technologies de l’information et de la communication ou du monitoring et évaluation. Dans ce domaine, une large majorité des postes exigent une expérience de plus de 5 ans. Dans le cas des offres d’emploi associées à la gestion de l’information et les technologies de l’information et de la communication, la majorité d’entre elles demandent une expérience de moins de 5 ans. Cela peut indiquer les profils de jeunes diplômés, qualifiés dans les domaines des nouvelles technologies, plus que dans l’aide humanitaire. En effet, lors que ces offres sont observées de plus près, les profils de développeurs « front-end », d’informaticiens sont les plus recherchés. Ces postes sont ouverts principalement dans les ONG et les organisations internationales (recoupant ONU, mais aussi le mouvement de la Croix-Rouge).

Le recrutement de profils spécialisés dans la gestion des données s’accompagne d’un développement de l’offre de formation pour les humanitaires déjà en poste et n’ayant pas suivi de cursus en ingénierie informatique. Avec le développement des indicateurs SPHERE depuis 1997 et leur première publication en 2000, les formations en ligne proposées par des organisations internationales en partenariat avec des universités se multiplient. La plus connue d’entre elle reste celle mise en place par l’université d’Harvard, via l’Harvard Humanitarian Initiative, financée par USAID et en partenariat avec l’ONG irlandaise Concern. Basée sur des scénarios fictifs de crises humanitaires, représentés par des dessins animés, les participants sont invités à se former aux différents secteurs de l’aide humanitaire ainsi qu’aux indicateurs qui jalonnent ces réponses. Un diplôme sans valeur universitaire est délivré à la suite de cette formation d’une cinquantaine d’heures. D’abord disponible en anglais uniquement, ce programme de formation a été traduit en français puis en arabe. Il a récemment été doté d’un deuxième module portant cette fois sur la coordination des urgences complexes.

L’Harvard Humanitarian Initiative a aussi été au centre du développement d’un outil de collecte de données, Kobo Toolbox. Ainsi, il existait une application libre d’accès et open source Open Data Kit. Cette application, installée sur les téléphones portables les transformait en outils de collecte de données sur lesquels un fichier Excel peut être converti et lu comme un questionnaire. Les limitations d’utilisation de cette application indiquées par OCHA pour justifier du développement d’une application en partenariat avec Harvard ont été les suivantes : les questionnaires doivent  être encodés sur tableur, créant une barrière technique pour les personnes qui ne sont familières avec ce langage, et une fois les données collectées, l’application ne présente pas de modules pour les analyser. Ces arguments révèlent un trait caractéristique du discours humanitaire portant sur la collecte et l’analyse de données. Ces activités doivent être accessibles à tous, et ainsi restées intuitives afin d’en démocratiser l’utilisation auprès de tous les humanitaires.

3. Du data et des hommes

Ces partenariats entre universitaires, bailleurs et ONG se développent aussi sur le terrain. Dans le cadre de Zaatari, les employés des organisations internationales, notamment les chargés de gestion de l’information et les cartographes, collaborent avec des consultants et universitaires pour désigner une variété de programmes.

Ce passage de l’urgence au développement, via la réduction des budgets peut aussi se lire dans l’initiative RefuGIS. Sous l’impulsion individuelle du chargé de gestion de l’information du HCR à Zaatari, mais dans un contexte de fin du partenariat annuel de production cartographique pour le camp entre REACH Initiative et le HCR, un projet de formation des réfugiés du camp à la collecte de données a été créée. L’Université de Rochester aux Etats-Unis est cette fois le partenaire privilégié du HCR, notamment pour développer le curriculum de formation.  Les entreprises, Microsoft pour son logiciel Power BI, et ESRI pour ArcGIS, se sont rapprochées de l’initiative, démontrant là encore l’intérêt croissant des entreprises privées internationales pour les camps de réfugiés.

Les réfugiés sont employés comme dans le cadre des programmes argent contre travail soit pour un dollar par jour, alors que les employés jordaniens qui collectaient ces données auparavant touchaient près de 30 dollars, dans le cadre de contrat de plusieurs mois. Le discours du HCR est celui du temps long de la crise et de la nécessité de former les réfugiés. Lorsque les formateurs ont été interrogés, ils ont quant à eux  noté la difficulté du programme à enseigner l’utilisation de logiciels extrêmement complexes. Les réfugiés interrogés qui participent à ce programme restent dans un discours qui expriment l’intérêt pour les formations reçues, mais une désillusion dans l’utilisation possible un jour de ces compétences.

Les évaluations conduites à Zaatari présentent en effet des caractéristiques communes : qu’il s’agisse de l’analyse de la vulnérabilité à une cartographie des compétences chez les jeunes de 18 à 25 ans. L’idée est donc de créer des indicateurs composites pour classer les réfugiés selon diverses catégories de vulnérabilité et donc de besoins. Ce classement des ménages et des individus devant se faire de manière objective, les évaluations puis les indicateurs viennent opérer un tri entre les personnes à assister pour les humanitaires.

En effet, pendant les entretiens menés avec des personnes responsables de projets, il fut mentionné à de très nombreuses reprises les difficultés rencontrées dans l’allocation de l’assistance. Le sentiment de responsabilité quant à l’allocation d’une assistance, ou non, est parfois difficile à supporter lorsqu’ils sont directement interpeller par des réfugiés. Si un système de classification et d’allocation existe avec un ensemble de critères définis, alors le processus de décision n’est plus entre les mains de l’humanitaire. L’attribution d’un score à un ménage ou à un individu peut de plus être visualisé sur une carte grâce à un système d’adresses. Le responsable de projet n’est plus celui qui décide de l’allocation d’une aide, ce processus ayant été confié à une base de données. La décision publique, basée sur des fonds internationaux, devient justifiable par un exercice mathématique, dont la majorité des responsables de programmes interrogés indiquent ne pas connaître l’architecture. Ces mêmes travailleurs humanitaires notent lors de ces entretiens que la question de l’avenir du camp qui les préoccupe fortement est quant à elle absente des enquêtes et évaluations en cours à Zaatari.

Les enjeux du passage d’une situation de crise à une phase de développement peuvent être abordés avec la question de la  production de données essentiellement liée à des enjeux de gestion du camp sans pour autant avoir de plan pour l’avenir de cet espace conçu comme temporaire. Le développement de partenariats public-privé comme il a été observé avec les compagnies fournissant des outils d’analyses et de représentation des données statistiques, est lui aussi un enjeu global de l’aide humanitaire. Enfin, la protection des personnes et de leurs données dans un contexte de maximisation de l’impact des opérations humanitaires sont observables à l’échelle de la gestion de l’information. Observer ainsi les mutations de la production de savoirs au fil d’une crise permet de mettre en lumière des mécanismes et évolutions de l’aide humanitaire. Cependant, des offres de formation en ligne au désarroi des travailleurs humanitaires devant les injonctions à utiliser des données, il faut désormais explorer et analyser le rôle central des réfugiés dans ces mécanismes. Quelle est leur expérience de ces enquêtes auxquelles ils sont très souvent tenus de participer ? Quelle relation entretiennent-ils avec les enquêteurs ? Quel impact ces collectes de données ont-elles sur leur vision de leur statut, leur habitat, leur déplacement forcé ? Ce sont ces questions auxquelles un prochain terrain en Avril 2018 s’attachera à répondre.

Photos taken by Léa Macias during her field work are available here.

Bibliographie

Agier, Michel (2015) dir., Un Monde de Camps, La Découverte

Independent Expert Advisory Group on a Data Revolution for Sustainable Development (2014) A World That Counts: Mobilising The Data Revolution for Sustainable Development. http://www.undatarevolution.org/wp-content/uploads/2014/11/A-World-That-Counts.pdf

Hyndman, Jennifer (2000) Managing displacement. Refugees and the Politics of Humanitarianism, Minneapolis, University of Minnesota Press.

ONU (2016) Outcome of the World Humanitarian Summit, Report of the Secretary-General   https://agendaforhumanity.org/sites/default/files/A-71-353%20-%20SG%20Report%20on%20the%20Outcome%20of%20the%20WHS.pdf

Sphere (2017), The Sphere Handbook. http://www.spherehandbook.org/en/water-supply-sanitation-and-hygiene-promotion-wash/

UNHCR (2015) “Le camp de réfugiés de Zaatari en Jordanie a trois ans ; quel avenir pour les milliers de réfugiés qui y résident”, Point de presse. http://www.unhcr.fr/55b8eb409.html

WHO (2016) UN Secretary-General Ban Ki-moon’s statement about International Day of the Girl 2016. http://www.who.int/life-course/news/events/intl-day-of-the-girl/en/#

[1] Cet article fait partie d’un doctorat débuté en Septembre 2016 au sein de l’école Territoires, Développement et Société de l’Ecole des Hautes Etudes en Sciences Sociales à Paris, sous la direction de Michel Agier. Cette recherche s’inscrit dans l’ANR LAJEH Conflits et Migrations au Moyen-Orient, sous la supervision de Kamel Doraï. Géographe formée à l’Université Michel Montaigne – Bordeaux 3, puis à l’Institut d’Etudes du Développement Economique et Social de Paris 1- Sorbonne, cette recherche est la continuité de missions humanitaires, en tant que chargée d’évaluation au Moyen-Orient, dans les Balkans et en Afrique Centrale entre 2013 et 2016. Cet article vient ainsi présenter l’analyse développée à la suite d’une série d’observations et d’entretiens conduits en Mai puis en Octobre et Novembre 2017 en Jordanie.

[2] Exemple de cartographie produite par REACH Initiative et ACTED pour UNICEF : http://www.reachresourcecentre.info/system/files/resource-documents/JOR_Zaatri_shelter-per-waterpoint_31MAR2013_A0_ACTED_landscape.pdf

[3] Exemple de factsheet publiée sur le site de REACH Initiative : http://www.reachresourcecentre.info/system/files/resource-documents/reach_jor_map_zaatari_wat_nearestwash_17jun2014_a1.pdf

[4] Les indicateurs Sphère constituent un ensemble de standards minimaux dans les différents secteurs d’opération humanitaire (santé, abris, éducation, etc.)

[5] Chloroplèthe se dit d’une carte thématique pour laquelle une mesure statistique est représentée sur une zone avec une couleur.



Citer ce billet
Kamel Dorai (2018, 21 février). Professionnalisation de l’humanitaire et production de données dans le camp de réfugiés de Zaatari en Jordanie. Conflits et migrations. Consulté le 22 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/qpmf