Un article sur « Les réfugiés, moteurs du développement urbain » – K. Doraï

Kamel Doraï 

Article publié dans la revue Sciences Humaines (Hors-Série, Comprendre le Moyen-Orient, n°23 Mai-Juin 2018)

Résumé

Hier Arméniens ou Palestiniens, aujourd’hui Syriens… Les réfugiés représentent une part importante de la population du Moyen-Orient. Ils contribuent depuis plus d’un siècle à façonner le paysage de la région. Nous lisons la crise des réfugiés syriens à travers les parcours périlleux des familles en fuite, traversant difficilement les frontières européennes, ou hébergées dans des camps de transit grecs ou italiens. C’est oublier que la plus grande partie des réfugiés est restée au Moyen-Orient. Selon le Haut-Commissariat des Nations unies pour les réfugiés, la crise migratoire syrienne, qui a débuté avec l’intensification du conflit en 2012, a entraîné le départ forcé de plus de 5 millions de réfugiés et près de 6,5 millions de déplacés internes. La majeure partie des réfugiés se sont installés dans les pays frontaliers de la Syrie, pour l’essentiel en Turquie (3 millions) au Liban (1 million) et en Jordanie (près de 700 000). Si ces chiffres sont très élevés en valeur absolue, ils le sont encore plus en valeur relative.