Research seminar in Amman – September, 21st, 2017

The seminar will take place at Ifpo from 9.30 am to 11.30 a.m (the seminar is not opened to public).

Syrian investments in Sahab, Amman Industrial city (1982-2017)

Myriam Ababsa

Abstract :

Dr Myriam Ababsa will present the main findings of a fieldwork conducted with Kamel Dorai from October 2016 until April 2017 in the industrial zone of Sahab, 12 km south east of Amman. The interest of the research is that the city has welcome two waves of Syrian refugees: in 1982 after Hama events and in 2011-2017 during the civil war. She will show that those two waves have different investment strategies in the city, and different social profile.

 

Espaces et temps de la migration. Le rôle des réseaux en contexte de conflits au Moyen-Orient au XXe siècle

8 juillet 2017

Atelier 11 – Amphi 5

Atelier double pour le IIe congrès du GIS Moyen-Orient et Mondes musulmans

Organisé par K. Doraï (Ifpo) – N. Neveu (Ifpo) – J. Al Husseini (Ifpo)

Au Moyen-Orient, les mobilités et les migrations forcées représentent un élément d’analyse constitutif des évolutions socio-politiques régionales. Des mouvements de populations venues du Caucase ou d’Afrique du Nord à la fin du XIXe siècle, aux récentes vagues de réfugiés syriens et irakiens, en passant par l’importante dispersion des réfugiés palestiniens après la création de l’État d’Israël, les migrations jouent un rôle essentiel dans la structuration du paysage socio-économique, politique et démographique de la région. Les migrations économiques de même que les mouvements de réfugiés contemporains ne peuvent être appréhendés qu’à la lumière de deux éléments interconnectés que sont les dynamiques migratoires transfrontalières et les réseaux transnationaux ou les diasporas. Les pays du Moyen-Orient accueillent aujourd’hui la plus importante population de réfugiés au monde, enregistrés ou non, ainsi qu’un grand nombre de déplacés internes. D’autre part, aucun des pays hôtes – exceptée la Turquie – n’étant signataire de la Convention de Genève de 1951 relative au statut des réfugiés, ces derniers tombent donc dans un flou juridique qui a de lourdes conséquences sur leur mobilité et leur installation. Comment appréhender le rôle joué par les réseaux transfrontaliers (familiaux, tribaux, commerciaux) construits sur le temps long dans les trajectoires des migrants forcés? Comment s’articulent les politiques des pays d’accueil et les stratégies développées par les migrants eux-mêmes ? Quels sont les effets locaux de la présence des réfugiés dans les pays frontaliers ?

Programme

9:00 – 12:00

9:00 – 9:30 Introduction

9:30 – 10:00

V. Bontemps (EHESS-CNRS/IIAC-LAUM), H. Abou Zaki (doctorante EHESS/IIAC-LAUM) : Réseaux familiaux palestiniens: statut des personnes, statut des espaces

Cette communication s’intéressera aux trajectoires et mobilités de deux familles palestiniennes, à partir, respectivement, de Naplouse en Cisjordanie et du camp de Chatila au Liban. Il s’agira de voir comment dans de tels contextes sociopolitiques et juridiques ayant chacun leurs spécificités, la famille se recompose au-delà des frontières territoriales et des frontières de statut.

10:00 – 10:30 Pause café

10:30 – 11:00

N. Neveu (Ifpo) : Églises et associations chrétiennes : mobilisation de réseaux confessionnels dans le cadre de la migration au cours de la seconde moitié du XXe siècle en Jordanie.

Tout au long de la seconde moitié du XXe siècle, les Églises et associations chrétiennes ont pourvu de l’aide humanitaire aux réfugiés palestiniens, irakiens et syriens. À partir d’études de cas, cette présentation s’interrogera sur les modalités de (re)composition et de mobilisation de réseaux confessionnels dans le cadre de la migration. Comment ces réseaux influencent-ils les comportements sociaux, culturels et économiques des migrants?

11:00 – 11:30

M. El Miri (LEST, Univ. Aix Marseille), D. Mercier (LEST, Univ. Aix Marseille),: Où travaillent les réfugiés syriens? : espaces mondialisés, réseaux familiaux et insertion professionnelle des syriens

Nous nous intéresserons dans cette communication au parcours migratoire des réfugiés syriens par le prisme du travail. La quête de moyens de subsistance stables, qui ne dépendent pas de l’aide internationale ou locale conduit les réfugiés à investir les marges du marché du travail déjà occupées par les populations pauvres locales ou d’anciens migrants. Cette quête du travail emprunte souvent les chemins des réseaux familiaux, des intermédiaires du secteur informel et se concentre dans les espaces mondialisés. Si l’arrivée de ces milliers de candidats au travail participe à tendre les relations sociales entre réfugiés et locaux, elle participe aussi à la redynamisation de secteurs économiques délaissés et à l’émergence de nouveaux marchés.

11:30 – 12:00 Discussion

12:00 – 13:00 Pause Déjeuner

Session 2 13:00 – 15:30

13:00 – 13:30

A. Dahdah (LEST, Univ. Aix Marseille) : D’une assignation à l’autre. Installation, précarisation et marginalisation des réfugiés syriens dans le caza de Zgharta (Liban)

La figure de l’ouvrier syrien saisonnier était familière dans la localité de Zgharta et ses environs. Mais cet étranger accepté parce que de passage a dû se sédentariser en raison du conflit qui sévit en Syrie. Cette installation, qui implique l’arrivée de familles entières, est caractérisée par une très forte précarité et insécurité. Tandis que les propriétaires négligent les conditions de vie de leurs locataires contraints de payer des loyers élevés, les autorités se méfient de ces nouveaux établis qu’elles considèrent sans droits.

13:30 – 14:00

K. Doraï (Ifpo), D. Lagarde (Univ. Toulouse) :

Lorsque les politiques migratoires jordaniennes altèrent l’efficacité des réseaux sociaux des réfugiés syriens

Cette communication vise à mettre en évidence l’influence des réseaux sociaux sur les itinéraires migratoires et les stratégies d’accès aux ressources des réfugiés syriens en Jordanie. Il s’agit en particulier de revenir sur l’évolution des liens sociaux sur lesquels s’est appuyée cette population pour quitter la Syrie, passer la frontière avec la Jordanie, puis sortir des camps de réfugiés pour s’installer en milieu urbain dans les agglomérations du nord du pays (à Amman et Irbid en particulier)

14:00 – 14:30

S. Chiffoleau (LARHRA) : Réseaux, frontières et points d’ancrage: le pèlerinage, une matrice des migrations ?

Le pèlerinage à La Mecque, et de façon générale les pèlerinages aux lieux saints, qui se déclinent en de multiples formes et itinéraires, sont une constante multiséculaire des circulations au Moyen-Orient. En observant les itinéraires des individus et des groupes entre la fin du XIXe siècle et la Seconde Guerre mondiale, on cherchera à voir en quoi ces déplacements sont producteurs de compétences propres aux voyageurs, qui apprennent à s’appuyer sur des réseaux (familiaux, intellectuels, religieux) et à gérer l’apparition des frontières au XXe siècle par exemple, et de quelle manière ensuite ces compétences peuvent être transmises.

14:30 – 15:00

L. Macias (EHESS) : La mesure comme objet de recherche : données quantitatives et cartographie des réfugiés dans le camp de Zaatari en Jordanie

Faire de la mesure un objet de recherche dans le camp de réfugiés de Zaatari permet d’explorer un nouveau paradigme de l’aide humanitaire, celui d’une réponse mieux informée nécessairement plus efficace. Il s’agit de contribuer à répondre à la question sociologique de la professionnalisation de l’humanitaire passant par la standardisation de sa réponse, et la production d’une information comparable, comparée et diffusée sur des plateformes globales. Il s’agit aussi de révéler de nouveaux parcours de professionnalisation de l’humanitaire : celui des statisticiens, des chargés d’information, des cartographes.

15:00 – 15:30 Discussion

Hala Caroline Abou Zaki

Doctorante – EHESS

PhD candidate – EHESS

LAUM-IIAC

Personal Page

 

Biography

Hala C. Abou Zaki is a Phd candidate in Anthropology at the Ecole des hautes études en sciences sociales, in Paris, member of the Laboratoire d’Anthropologie Urbanités Mondialisations-Institut Inerdisciplinaire d’Anthropolologie du Contemporain (LAUM-IIAC). Her PhD research focuses on the sociopolitical and urban transformation of the Palestinian refugee camp of Shatila in Lebanon from its foundation in the late 1940s until today, and how it has impacted people’s and family’s trajectories and the camp social fabric.

Research project

As part of the LAJEH project, she will work on Palestinian refugee’s families from Shatila camp who have been scattered across Lebanon, Syria, Saudi Arabia and Gaza during the 1970s and the 1990s and more recently Switzerland with the events in Syria. She will research how the different members of the family try to maintain ties beyond the various national borders and despite a limited mobility capacity due to their status and travel documents. She conducts her research in collaboration with Veronique Bontemps.