New publication IEMed – Palestinian refugees from Syria, K. Doraï

149. From Refugees to Asylum Seekers? Palestinian Refugees and the Syrian ConflictThis paper analyses the host states’ response to the arrival of Palestinian refugees escaping Syria since 2011. This issue raises the wider question of the status of Palestinian refugees who seek asylum in a third country. Their status has a strong impact both on how they settle in their host country and their access to mobility and protection in the context of conflicts. The current forced migration of Palestinian refugees, largely overshadowed by the magnitude of the Syrian refugee crisis, raises many questions regarding the status of refugees forced to leave their countries of first asylum to seek refuge in a third country out of any framework for international protection.

The paper can be downloaded here

Du Darfour à Amman : Parcours des réfugiés soudanais en Jordanie

Marie Hénique, Étudiante de 3e année, Science Po Paris

Depuis 2003, le conflit opposant les milices du Janjawid soutenues par le gouvernement Soudanais d’Omar el-Béchir aux groupes rebelles du Darfour engendre une immense vague de déplacés internes et de réfugiés. Selon le Haut-Commissariat aux Réfugiés, on compte en 2016 plus de 646 036 Soudanais réfugiés ou en « situation assimilable ». Les pays limitrophes, notamment l’Égypte, sont leurs principales destinations. Toutefois, parmi ce flux de migrants forcés, une minorité choisit de se diriger vers la Jordanie. Le Royaume Hachémite accueille ainsi près de 4 000 réfugiés soudanais (HCR 2015). Cette population constitue numériquement une minorité méconnue au sein des 680 000 réfugiés enregistrés au HCR (HCR 2015) dans le pays, mais également une singularité dans la répartition des réfugiés soudanais dans le monde. En effet, la Jordanie accueille principalement des réfugiés fuyant les conflits de la région : palestiniens, syriens et irakiens. En comparaison, les réfugiés venus d’Afrique Subsaharienne ont du mal à obtenir une visibilité et à exister dans l’espace publique jordanien comme dans les programmes d’assistance humanitaire. Alors, quelles sont les logiques/dynamiques les ayant menés à s’exiler en Jordanie ? Comment se sont organisés leurs parcours migratoires du Darfour à Amman ? Quels sont les réseaux de passage entre le Soudan et la Jordanie, et comment s’organisent-ils ?

J’ai tenté de trouver une première réponse à ces questions en travaillant sur les parcours migratoires de trois jeunes Soudanais, D. 29 ans, M. 27 ans et A. 33, réfugiés en Jordanie et originaires du Darfour. J’ai mené durant un mois et demi des entretiens et des observations de terrain au sein du Jesuit Centre d’Amman aux mois de Septembre et Octobre 2017. Ce centre culturel est géré par des pères Jésuites Américains, des volontaires jordaniens et des réfugiés (Irakiens, Soudanais, Syriens). Implanté dans une grande maison de Jabal al-Hussein à Amman, il propose différentes activités éducatives et culturelles telles que des cours d’anglais, de théâtre, de chant ; une soirée cinéma y est organisée chaque semaine. On y retrouve beaucoup de réfugiés soudanais qui s’y rendent quotidiennement pour participer aux activités ou simplement passer un moment entre amis. Il s’agit donc d’un véritable lieu de socialisation mais aussi, un véritable lieu de vie, de rencontre et de soutien psychologique. En outre, D. et A. sont eux même volontaires au centre où le premier donne des cours d’Anglais et le second fait office de concierge.

1. Du Darfour à Amman : des parcours migratoires longs et complexes

Les trois personnes interrogées ont grandi au sein de familles musulmanes sédentaires, résidant au Sud et à l’Ouest du Darfour.

Le déclenchement du conflit au Darfour en 2003 et 2004 marque le début de leur migration. Les milices Janjaweed attaquent successivement le village de D. en 2003, puis ceux de A. et M. en 2004, les poussant à fuir vers les camps de déplacés à l’intérieur de l’État du Darfour où ils restent tous plus de cinq ans. Alors âgés entre treize et vingt ans, tous tentent de poursuivre leurs études au sein des camps ou dans les villes alentour avec plus ou moins de succès. M. parvient à finir le lycée et A. étudie plusieurs années au sein d’une école chrétienne nommée Saint Auguste.

Après ces années passées dans les camps du Darfour, l’impossibilité d’y construire un futur et diverses raisons personnelles les poussent à partir et quitter leurs familles pour poursuivre seuls leur parcours migratoire.

Converti au Christianisme depuis 2004, A. est rejeté par ses proches et effectue plusieurs allers retours entre le Darfour et Khartoum avant de s’établir définitivement dans la capitale à partir de 2008. D vit également à Khartoum entre 2007 et 2010 où il étudie à la Young Men Christian Association à partir de 2009, sans pour autant se convertir au christianisme. Quant à M., il retourne en 2010 à la ferme familiale, accompagné de son frère.

Le conflit Nord Soudanais se prolonge et ne leurs permet pas de s’établir durablement dans leurs nouvelles situations. En 2013, le village de M. est de nouveau attaqué par les milices gouvernementales et celui-ci est capturé et gardé captif durant un an et demi, avant de s’enfuir. Il s’en suit une errance de plusieurs années durant laquelle il se rend illégalement au Kenya, en Ouganda, puis au Sud-Soudan. Il y enchaîne les métiers de cuisinier puis de réparateur informatique. En avril 2016, M. décide de retourner au camp de Kalma au Darfour car le coût de la vie au Sud-Soudan est trop élevé (notamment à cause du prix à payer chaque mois pour corrompre les autorités locales et obtenir un titre de séjour). Une fois de retour à Kalma, M. découvre que sa famille, avec qui il n’avait plus de contact, est partie en Jordanie.

Pour D. et A., ce sont les persécutions religieuses du gouvernement de Khartoum qui vont les pousser à continuer leur route. A. s’est converti au christianisme en 2004 et D. a étudié au sein de la YMCA. Ils vont tous deux être accusés de traîtrise. D. part alors pour le Sud-Soudan en 2010. Il développe à Bortown un commerce de vêtements et de bijoux qu’il ramène d’Égypte et parvient à acquérir une situation économique stable. Mais en 2013, quand il se trouve en Égypte, la guerre civile qui oppose les partisans du Président Sud-Soudanais Salva Kiir à ceux de l’ancien vice-Président Riek Machar éclate et son commerce est détruit lors d’affrontements à Bortown. Il n’a plus d’autres choix que de retourner à Khartoum, où il risque d’être arrêté. A. est arrêté trois fois pour une durée maximale de trois jours à Khartoum en 2013.

Au terme d’un parcours migratoire complexe, la multiplication des conflits au Soudan et au Sud-Soudan et le durcissement de la politique du gouvernement Khartoum ne leurs permettent plus de rester dans la région. Ils cherchent alors à se rendre en Jordanie. A. et D. partent en 2013 car les accusations qui pèsent sur eux ne leur permettent plus de se fondre dans la population de la capitale sans risquer d’être arrêtés et exécutés par les autorités soudanaises. M migre en 2017 car il veut rejoindre sa famille.

La Jordanie n’est pas la destination privilégiée des réfugiés soudanais. Quels sont alors les réseaux migratoires et les systèmes de solidarité familiale et communautaire qui vont permettre à ces trois acteurs de rejoindre le pays ?

2. Les réseaux migratoires vers la Jordanie : visa médical, solidarité familiale et entraide nationale

Tous n’ont pas choisi à proprement parler de se rendre en Jordanie, mais la situation de M. diffère de celle de A. et D. En effet, M se voit imposer cette destination par sa famille, alors que A. et D., doivent absolument quitter le pays et voient en la Jordanie le pays où il est le plus facile et le plus rapide de se rendre.

Ces trois acteurs mobilisent les mêmes types de réseaux dans le cadre de leur parcours migratoire vers la Jordanie : le visa médical, la solidarité familiale, et la solidarité nationale. Partir vers la Jordanie nécessite de trouver une importante somme d’argent et d’établir les connexions nécessaires dans un système de corruption généralisée. Il leur faut obtenir un passeport et pour cela payer environ 200 dollars à l’administration soudanaise. Ensuite, se pose la question du visa jordanien. Pour eux, le moyen le plus efficace d’obtenir un visa est de passer par la voie médicale, soit en obtenant une autorisation de se faire soigner en Jordanie après un examen médical, soit en se faisant passer pour un « accompagnateur médical ». Le second cas de figure consiste selon eux à payer les policiers qui, pour environ 7 000 Livres soudanaises (soit environ 816 euros), arrangent la mise en relation avec une personne se rendant pour raison médicale en Jordanie, l’obtention d’un visa et l’achat du billet d’avion comme me l’ont expliqué D. et A.

C’est avant tout la solidarité familiale (le terme famille étant entendu dans un sens élargi ne comprenant pas uniquement la famille proche) qui va permettre à D. et M. de réunir la somme nécessaire. Sur les recommandations de personnes rencontrées à Kalma, M. se rend dans un autre camp nommé Otash pour offrir ses services à un leader local afin que celui-ci lui paye un nouveau passeport. Il travaille pendant trois mois dans sa ferme avant de partir pour Khartoum. Un oncle vivant aux États-Unis lui fait parvenir cinq cent dollars pour payer le visa et le voyage. Pour obtenir un visa, il retourne au Darfour afin de ramener sa grand-mère et demande à l’Ambassade l’autorisation de l’emmener se faire soigner en Jordanie. Elle obtient un visa médical et lui un visa d’accompagnant. Quant à D., sa mère vend sa bague de fiançailles et lui envoie l’argent depuis le camp Kalma où elle est restée pour lui permettre de quitter le pays. Il peut alors payer une agence de voyage informelle créée par des policiers à Khartoum, qui se charge de toutes les formalités du voyage (visa, billet d’avion) et qui fait de lui l’accompagnateur médical d’un homme nommé Muhammad, qu’il n’a jamais rencontré auparavant. A. recourt au même système que D. mais doit le financer par ses propres moyens.

Deux ans après son arrivée, A. mobilise à son tour un réseau de solidarité familiale, mais en se plaçant cette fois-ci dans la position de l’aidant. Il fait venir sa femme restée à Khartoum en payant son visa et son voyage depuis la Jordanie.

On observe dans le cas de M. et A. une stratégie familiale pour faire venir en Jordanie les membres de leur famille restés au Soudan. Cette stratégie est d’autant plus notable en qui concerne M., qui a retrouvé à Amman, en plus de ses parents, sa sœur et ses frères, des oncles, des tantes et un cousin, portant ce groupe à plus de dix personnes.  Néanmoins, la réunification familiale reste un facteur secondaire de la mobilité vers la Jordanie. Selon un employé du HCR, il ne s’agit de la raison principale de départ vers la Jordanie que pour 1,3% des Soudanais arrivés dans le pays (entretien, octobre 2017, Amman). La plupart des réfugiés soudanais en Jordanie sont des hommes, ayant fui la guerre seuls, vers le pays sûr qui leur était alors le plus accessible.

Enfin, lors de leur arrivée, tous trois ont pu bénéficier de la solidarité de leurs compatriotes déjà établis en Jordanie. Tous ont été accueillis dans des appartements collectifs que se partagent des réfugiés soudanais à Jabal Amman. Connu comme le quartier « philippin », ce quartier situé dans un quartier commerçant d’Amman (2ème cercle), abrite aussi de nombreux Soudanais, Somaliens et Éthiopiens. Que A., D., et M. y aient tous logé, au moins au départ, n’est donc pas anodin et montre que la présence d’autres réfugiés soudanais à Amman était connue avant même leur départ. S’il paraissait évident que M. rejoindrait le logement familial à son arrivée, le fait que D. et A. aient été logés par d’autres réfugiés arrivés avant eux à Amman illustre l’entraide dont peuvent faire preuve les réfugiés soudanais lors de l’arrivée d’un de leurs compatriotes.

Des réseaux de solidarité similaires ont été décrits dans des études concernant les réfugiés soudanais dans d’autres pays de la région. Fabienne Le Houérou raconte l’histoire d’une femme soudanaise tenant un restaurant au Caire et accueillant régulièrement de jeunes hommes soudanais ayant récemment fui le pays (Le Houérou, 2009). Kamel Dorai et Olivier Clochard expliquent quant à eux que la migration du Soudan vers le Liban se fait souvent grâce à un proche déjà établi dans le pays (Doraï et Clochard, 2005).

Si la Jordanie offre aux réfugiés soudanais une relative sécurité, leur vie quotidienne est marquée par de nombreuses difficultés comme la précarité économique, l’accès restreint aux services du HCR, ou encore les tensions avec les autorités hachémites.

3. Le statut précaire des réfugiés soudanais en Jordanie

En Jordanie, commence une longue procédure administrative auprès du Haut-Commissariat aux Réfugiés situé à Khalda, au nord d’Amman. Une fois enregistrés, les demandeurs du statut de réfugiés se voient délivrés une attestation de protection émanant du HCR. Cette dernière leur permet de résider légalement dans le pays en attendant que leur demande soit traitée. Le HCR se charge ensuite d’étudier si le demandeur répond aux critères d’obtention du statut de réfugié. Ce délai d’étude peut durer plusieurs années et n’assure pas l’obtention de ce statut. A. et D. ont dû attendre entre un an et demi et deux ans pour obtenir leur carte de réfugiés.

Après la question de l’obtention du statut de réfugié, se pose celle de l’accès aux différents services du HCR : l’accès à la santé, le soutien financier, l’accès à la scolarité et à plus long terme la relocalisation dans un pays tiers (les Soudanais ne sont pas, en général, demandeurs d’asile en Jordanie). L’accès à ces différents services s’avère très compliqué pour les réfugiés soudanais à cause de la composition de leur population. Selon le bureau de protection du HCR, contrairement aux populations de réfugiés syriens ou irakiens qui comptent environs le même nombre de femmes, d’hommes et d’enfants, les jeunes hommes seuls, considérés comme moins vulnérables, constituent la grande majorité des réfugiés Soudanais (environ 70%). Un nombre très réduit de familles soudanaises accède à un soutien financier mensuel allant de 45 à 250 dinars jordaniens. En outre, après plusieurs années d’attente, entre deux et cinq pour cent d’entre eux sont relocalisés dans un autre pays.

À cette raison démographique, s’ajoute le problème de financement du HCR. Celui-ci ne possède pas de fonds proprement dédiés aux Soudanais comme il en existe pour les Syriens et les Irakiens. Pour leur venir en aide, l’institution doit puiser dans un budget général réduit. Une personne travaillant au service de protection du HCR m’a fait part de la difficulté d’obtenir des fonds pour venir en aide aux populations extérieures à la région (entretien, octobre 2017, Amman).

Les réfugiés Soudanais en Jordanie doivent trouver d’autres solutions pour subvenir à leurs besoins. Certains peuvent compter sur la solidarité de membres de leurs familles vivant à l’étranger. D’autres rejoignent l’économie informelle malgré le risque d’être arrêté et renvoyé au Soudan s’ils ne peuvent pas payer l’amende de 3 000 dinars jordaniens, car il est interdit pour les réfugiés, hormis les réfugiés syriens, de travailler en Jordanie.

Ni M., D. ou A. ne reçoivent d’assistance financière de la part du HCR. Les parents de M. reçoivent 180 dinars jordaniens par mois pour la prise en charge de leurs enfants mineurs. Cela permet de payer le loyer tandis que son frère travaille illégalement à Ma‘ân pour couvrir le reste des dépenses. A., qui doit travailler pour subvenir aux besoins de sa femme et de sa fille de deux ans, a déjà été arrêté deux fois alors qu’il travaillait pour un laboratoire pharmaceutique. Aujourd’hui, les petits travaux de peinture qu’il effectue de temps à autre à la demande de connaissances sont sa principale source de revenus. D. reçoit une aide financière du Centre Jésuite d’Amman en échange de son travail de volontaire.

Par ailleurs, les relations entre les autorités jordaniennes et les réfugiés soudanais dans le pays se sont tendues depuis 2015, rendant encore un peu plus précaire leur statut dans le pays. L’accès limité aux services du HCR produit un sentiment d’injustice et de discrimination chez certaines personnes. Ce sentiment est très présent dans les propos des personnes que j’ai interrogées. C’est cette frustration qui a poussé en Octobre 2015, plusieurs dizaines de réfugiés soudanais à manifester devant les bureaux du HCR pour réclamer leur réinstallation définitive dans un pays tiers, ainsi qu’un meilleur accès aux soins, et un soutien financier adéquat. À la suite de ces manifestations, en décembre 2015, environ 800 ressortissants Soudanais ont été renvoyés au Soudan par avion. D. et A. ont tous deux participé aux manifestations devant le HCR et A. et sa femme enceinte de huit mois ont échappé de justesse à l’expulsion vers le Soudan, comme il le raconte lui-même :

« Well, a friend of mine called me from Khalda at the UN base. And he said it seems there is a help for refugees and I didn’t know what kind of help. As you know I basically seek for resettlement because I don’t have a home anymore. And so I say to my wife lets go there. So we had a taxi and we took all our important papers, we went there. Once we arrived it was not really help, it was all police surrounding the place. […] So we came out of the taxi and we were transferred to the Amman airport Alia. And at the airport we were waiting to come out, to drop down from the buses, then get into the airport and get deported back to Sudan. But, before this things happen, my wife was 8 months pregnant at that time. […] So when she was very scared the baby in the thumb was very scared and she was nearly giving birth in the airport. And when this thing happened, the police was kind of worried so they brought an ambulance and they said “ok you can go now to the hospital in Amman, and give birth and we will send some other police with you after the birth into the airport and go back to your country.” […] But when we come to the hospital I could not wait for my wife to give birth because I knew that if we go back to Sudan that’s no a choice, that’s my end. So I grabbed her, she was not able to walk, I grabbed her from the unit, when the nurse went down to call the doctor. I grab her and I escape with her. The police were waiting for us, but I escaped from the police before they noticed me. »

Depuis cet épisode, A. et sa femme n’ont pu récupérer qu’une photocopie de leurs passeports et certificat de mariage dont les originaux ont été remis aux représentants des autorités soudanaises en Jordanie. Les mêmes autorités qui, d’après A., l’arrêteraient immédiatement s’il retournait au Soudan.

La Jordanie a fortement réduit les droits d’entrée, même médicale, depuis 2015. Cela se traduit par une nette diminution de l’arrivée de nouveaux Soudanais ces deux dernières années. Alors que 1 523 nouvel arrivants Soudanais ont été enregistrés par le HCR en 2014, en 2016 ont ne comptait plus que 431 nouveaux entrants.

Conclusion

Ces trois cas illustrent un type de parcours migratoire engendré par les conflits du Darfour et du Sud-Soudan marqué par la fuite perpétuelle de persécutions liées à leur identité religieuse ou régionale, l’instabilité économique, et l’impossibilité de retrouver une situation stable et sûre. Cette migration permanente les empêche de s’établir dans leur pays d’origine et les pousse finalement à partir vers la Jordanie. Le Royaume Hachémite apparaît donc bien comme un choix par défaut pour ces jeunes hommes. La difficulté du processus pour se rendre dans le pays explique peut-être que la population soudanaise d’Amman se compose principalement de jeunes hommes entre 20 et 40 ans.

Tous mobilisent les mêmes réseaux pour réussir à quitter le Soudan : visa médical, corruption, solidarité familiale et nationale. Ces réseaux de solidarité migratoire sont les mêmes que ceux mobilisés par les réfugiés soudanais dans d’autres pays de la région, comme l’Égypte et le Liban.

Leur arrivée en Jordanie marque temporairement la fin de leur migration mais pas la fin de leurs difficultés. La situation des réfugiés soudanais en Jordanie, déjà précaire à cause du manque de moyens du HCR, s’est dégradée depuis 2015 avec la pression grandissante des autorités jordaniennes.

Ceci, allié aux chiffres très faibles de relocalisation des réfugiés soudanais en Jordanie vers d’autres pays d’accueil (entre 5 et 2% selon le HCR- entretien Octobre 2017), pose également la question des conditions la vie durant l’attente.

Bibliographie :

Articles Scientifiques :

Anteby-Yemini, Lisa, « Les « réfugiés soudanais » en Israël : discours, représentations, mobilisations, ʺSudanese refugeesʺ in Israel : discourse, representations, mobilisations », Maghreb – Machrek, 71–83

Bessin, Marc, « Parcours de vie et temporalités biographiques : quelques éléments de problématique », Informations sociales, 2010, 12–21

Calia, Philippe, « Religion et action dans l’espace public en Inde : le cas de l’action sociale des jésuites auprès des populations tribales du sud du Gujarat, Religion and action in public space in India : the case of Jesuit Social Action with tribal populations of Southern Gujarat », A contrario, 2012, 37–60

Clochard, Olivier, and Kamel Doraï, « Aux frontières de l’asile, les réfugiés non palestiniens au Liban, Abstract », A contrario, 3 (2005), 45–65

Denis, Éric, « Inégalités régionales et rébellions au Soudan », Outre-Terre, 151–68

Hoile, David, « Darfour : des vérités qui dérangent », Outre-Terre, 81–96

Houérou, Fabienne Le, « Poussières d’instants : la reconstruction de soi et l’invention de nouveaux métiers par les réfugiés du Darfour au Caire, Abstract », Le Mouvement Social, 2009, 81–97

Tubiana, Jérôme, « Le Darfour, un conflit identitaire ? Abstract », Afrique contemporaine, 2005, 165–206

Articles de Presse :

Le Point, « Jordanie : 800 Demandeurs d’asile Soudanais Rapatriés », Le Point, 2015 <http://www.lepoint.fr/monde/jordanie-800-demandeurs-d-asile-soudanais-rapatries-16-12-2015-2003176_24.php>

« Réfugiés Soudanais En Jordanie : « On a l’impression d’être Délaissés Par Rapport Aux Syriens » », Les Observateurs de France 24 <http://observers.france24.com/fr/20151009-refugies-soudanais-darfour-jordanie-syriens-humanitaire-ong-ethiopiens-camp-migrant>

Base de données :

UNHCR, GLOBAL TRENDS FORCED DISPLACEMENT IN 2016, 2016, pp. 60-64 <http://www.unhcr.org/5943e8a34.pdf>

UNHCR, Statistical Report on Registered Sudanese Currently Residing in Jordan (Amman: UNHCR Jordan, 2017)

Séminaire- Les réfugiés syriens au Moyen Orient. Encampement, vulnérabilités et travail

Le 13 février 2018 le séminaires MIGTRAV et MIMED accueillent le programme ANR Lajeh (http://lajeh.hypotheses.org/)

Cette deuxième séance du séminaire itinérant de programme Lajeh aura lieu au LEST (Aix-en-Provence). Voici le programme de la journée:

  • 9h30 – 12h30 :
    Déborder les frontières de la vulnérabilité par le travail.
    Modération : Virginie Baby-Collin, TELEMMe,

« L’encampement » des réfugiés syriens au Moyen Orient : déborder les frontières de la vulnérabilité par le travail »
Mustapha El Miri et Delphine Mercier, LEST

« Ethnographie des travailleurs syriens au Liban : une observation du travail journalier. »
Martin Pontier, LEST

« Du travailleur saisonnier au travailleur déplacé. Les conséquences de la guerre sur la place des Syriens au Liban »
Assaf Dahdah, LESTDiscussion : Delphine Perrin & Myriam Catusse, IREMAM

  • 14h30 – 17h30 :
    Le travail humanitaire.
    Modération : Norig Neveu, IREMAM

« Entre le principe de protection des personnes déplacées et la réalité sur le terrain humanitaire, le retard du droit. »
Shirine Arab, GERJC – Institut Louis Favoreu

« Produire des données pour mieux agir ? Analyse quantitative des données humanitaires sur les réfugiés syriens en Jordanie. »
Léa Macias IFPO-LEST, Gwendolyne Promsopha LEST & Ingrid Tucci LEST

Discussion :Myriam Catusse & Patrick Perez