Prochain séminaire Lajeh – Mardi 12 décembre – 9h-11h

Continuité temporelle, contigüité spatiale et création d’un monde propre. Le cas de la diaspora chinoise.

Emmanuel Ma Mung

Cette séance posera la question de savoir comment un corps social spatialement dispersé peut se reproduire. La réponse proposée est que cette reproduction se réalise par la création d’un monde propre à la diaspora dans laquelle interviennent plusieurs processus: la représentation et la conscience de la dispersion qui sont à la base de la formation d’une subjectivité collective; l’introduction de la question des origines qui permet l’invention d’une continuité temporelle entre les individus; l’approximation des individus qui permet de traduire le temps généalogique inventé en contigüité spatiale imaginée et d’articuler ainsi un espace et un temps propres à la diaspora, un espace-temps approprié.

Emmanuel Ma Mung est géographe, directeur de recherche émérite au CNRS et membre de l’UMR 7301 MIGRINTER (migrations internationales) qu’il a dirigé de 1995 à 2004. Ses recherches portent sur l’autonomie sociale appréhendée dans ses manifestations chez les populations migrantes, principalement chinoises et maghrébines. Il s’intéresse aux initiatives, individuelles et collectives, aux processus de différenciation introduits par les mobilités spatiales et sociales, à l’organisation spatiale de ces mobilités et à leurs manifestations localisées en privilégiant deux objets d’étude, les diasporas et les économies ethniques. Il a publié de nombreux articles scientifiques et dirigé plusieurs numéros de la Revue Européenne des Migrations Internationales et publié ou dirigé plusieurs ouvrages le dernier paru est Diasporas chinoises et créolisations (avec Léopold Mu Si Yan et Bruno Saura), You Feng éditions, 2015. Le prochain à paraître aux Presses Universitaires François Rabelais s’intitule Étudier les migrations internationales : Expériences de recherches, codirigé avec MA. Hily et Y. Scioldo Zurcher.

 

Un article sur les réfugiés de Syrie en Jordanie – D. Lagarde et K. Doraï

Dans son dernier numéro consacré aux Mobilités, migrations inter-transnationales et réseaux sociaux : regards croisés empiriques et méthodologiques, la revue Espace, populations, sociétés a publié un article sur les réfugiés de Syrie en Jordanie.

David Lagarde et Kamel Doraï, « De la campagne syrienne aux villes jordaniennes. Un réseau marchand transfrontalier à l’épreuve du conflit syrien », Espace populations sociétés [En ligne], 2017-2 | 2017, mis en ligne le 30 novembre 2017, URL : http://eps.revues.org/7212 ; DOI : 10.4000/eps.7212

Le texte intégral de l’article peut être consulté ici

Résumé

En partant de l’étude longitudinale des mobilités des habitants de Deir Mqaren, un village situé dans la région du Wadi Barada en Syrie, cet article vise à illustrer les conséquences d’un conflit armé sur le fonctionnement d’un réseau marchand et migratoire transfrontalier. À travers cette démarche, l’un des enjeux sera de mettre à jour les continuités qui peuvent exister entre migrations volontaires et migrations forcées dans une région où les mobilités transfrontalières existent depuis des décennies. En plaçant la focale sur les conditions du mouvement des individus, notre intention est d’éclairer certaines logiques de polarisation des flux entre la Syrie et la Jordanie, tout en montrant de manière tangible l’évolution des mécanismes relationnels qui permettent aux réfugiés de circuler au sein d’un espace transfrontalier soumis à un régime de mobilité coercitif. En privilégiant le point de vue des acteurs, nous entendons ici prendre à contre-pied le paradigme institutionnel, en insistant sur la part de libre arbitre dont disposent les réfugiés, en dépit des contraintes structurelles auxquelles ils ne cessent d’être confrontés.

Journée d’étude « Villes, réseaux, migrations : les mobilités internationales dans les constructions urbaines »

The working group « mobility » of the LabEx DynamiTe is organizing, in collaboration with the UMR 8504 Géographie-cités and the LAJEH program, a workshop entitled « Cities, networks, migrations: international mobility in urban constructions ». Meet us on :

Wednesday, December 6, 2017

from 9:30 to 13:00

University Paris Diderot – building Olympe de Gouges (room 870)

8 place Paul-Ricoeur – 75013 Paris

PROGRAMME

9:30 -9:45 

Introduction

CAMILLE SCHMOLL, Géographie-cités, Université Paris 7, IUF

VALENTINA NAPOLITANO, Institut Français du Proche Orient

9:45–11:00 Panel 1

Discussants: Camille Schmoll/ Valentina Napolitano

9:45

Entre accueil et confinement : ce que les villes font aux migrants, présentation de l’ouvrage Babels (à paraître) sur les villes européennes.

VERONIQUE BONTEMPS, IRIS, CNRS

10:05

Ce que les migrants font à l’expérience touristique et réciproquement. Du corps au Monde : interactions dans les sites touristiques parisiens.

NADINE CATTAN, Géographie-cités, CNRS

JEAN-BAPTISTE FRETIGNY Géographie-cités, Université de Cergy-Pontoise

10:25

Négocier les frontières de la ville à domicile : l’hébergement des

migrants chez des particuliers à Paris

MARJORIE GERBIER-AUBLANCLAUM – IIAC, EHESS

10:45 – 11:15

Questions et discussions

11:15 –11:30

Pause

11:30–13:00: Panel 2

Modératrice: Chloé Reiser, Géographie-cités

11:30–11:50

“Making the edges: How labour migration and displacement produce urban space in remote areas of the Levant”

ANN-CHRISTIN WAGNER, University of Edinburgh

11:50 –12:10

Quand les femmes transforment les espaces publics: pratiques du jour de congé des migrantes domestiques dans la ville d’Amman.

DAPHNE CAILLOL, Géographie -cités, Université Paris 7

12:10 – 12:30

Le camp de Zaatari à l’épreuve des chiffres : quand la statistique fait ville

LEA MACIAS, IIAC, EHESS

12:30–13:00

Questions et discussion