Espaces et temps de la migration. Le rôle des réseaux en contexte de conflits au Moyen-Orient au XXe siècle

8 juillet 2017

Atelier 11 – Amphi 5

Atelier double pour le IIe congrès du GIS Moyen-Orient et Mondes musulmans

Organisé par K. Doraï (Ifpo) – N. Neveu (Ifpo) – J. Al Husseini (Ifpo)

Au Moyen-Orient, les mobilités et les migrations forcées représentent un élément d’analyse constitutif des évolutions socio-politiques régionales. Des mouvements de populations venues du Caucase ou d’Afrique du Nord à la fin du XIXe siècle, aux récentes vagues de réfugiés syriens et irakiens, en passant par l’importante dispersion des réfugiés palestiniens après la création de l’État d’Israël, les migrations jouent un rôle essentiel dans la structuration du paysage socio-économique, politique et démographique de la région. Les migrations économiques de même que les mouvements de réfugiés contemporains ne peuvent être appréhendés qu’à la lumière de deux éléments interconnectés que sont les dynamiques migratoires transfrontalières et les réseaux transnationaux ou les diasporas. Les pays du Moyen-Orient accueillent aujourd’hui la plus importante population de réfugiés au monde, enregistrés ou non, ainsi qu’un grand nombre de déplacés internes. D’autre part, aucun des pays hôtes – exceptée la Turquie – n’étant signataire de la Convention de Genève de 1951 relative au statut des réfugiés, ces derniers tombent donc dans un flou juridique qui a de lourdes conséquences sur leur mobilité et leur installation. Comment appréhender le rôle joué par les réseaux transfrontaliers (familiaux, tribaux, commerciaux) construits sur le temps long dans les trajectoires des migrants forcés? Comment s’articulent les politiques des pays d’accueil et les stratégies développées par les migrants eux-mêmes ? Quels sont les effets locaux de la présence des réfugiés dans les pays frontaliers ?

Programme

9:00 – 12:00

9:00 – 9:30 Introduction

9:30 – 10:00

V. Bontemps (EHESS-CNRS/IIAC-LAUM), H. Abou Zaki (doctorante EHESS/IIAC-LAUM) : Réseaux familiaux palestiniens: statut des personnes, statut des espaces

Cette communication s’intéressera aux trajectoires et mobilités de deux familles palestiniennes, à partir, respectivement, de Naplouse en Cisjordanie et du camp de Chatila au Liban. Il s’agira de voir comment dans de tels contextes sociopolitiques et juridiques ayant chacun leurs spécificités, la famille se recompose au-delà des frontières territoriales et des frontières de statut.

10:00 – 10:30 Pause café

10:30 – 11:00

N. Neveu (Ifpo) : Églises et associations chrétiennes : mobilisation de réseaux confessionnels dans le cadre de la migration au cours de la seconde moitié du XXe siècle en Jordanie.

Tout au long de la seconde moitié du XXe siècle, les Églises et associations chrétiennes ont pourvu de l’aide humanitaire aux réfugiés palestiniens, irakiens et syriens. À partir d’études de cas, cette présentation s’interrogera sur les modalités de (re)composition et de mobilisation de réseaux confessionnels dans le cadre de la migration. Comment ces réseaux influencent-ils les comportements sociaux, culturels et économiques des migrants?

11:00 – 11:30

M. El Miri (LEST, Univ. Aix Marseille), D. Mercier (LEST, Univ. Aix Marseille),: Où travaillent les réfugiés syriens? : espaces mondialisés, réseaux familiaux et insertion professionnelle des syriens

Nous nous intéresserons dans cette communication au parcours migratoire des réfugiés syriens par le prisme du travail. La quête de moyens de subsistance stables, qui ne dépendent pas de l’aide internationale ou locale conduit les réfugiés à investir les marges du marché du travail déjà occupées par les populations pauvres locales ou d’anciens migrants. Cette quête du travail emprunte souvent les chemins des réseaux familiaux, des intermédiaires du secteur informel et se concentre dans les espaces mondialisés. Si l’arrivée de ces milliers de candidats au travail participe à tendre les relations sociales entre réfugiés et locaux, elle participe aussi à la redynamisation de secteurs économiques délaissés et à l’émergence de nouveaux marchés.

11:30 – 12:00 Discussion

12:00 – 13:00 Pause Déjeuner

Session 2 13:00 – 15:30

13:00 – 13:30

A. Dahdah (LEST, Univ. Aix Marseille) : D’une assignation à l’autre. Installation, précarisation et marginalisation des réfugiés syriens dans le caza de Zgharta (Liban)

La figure de l’ouvrier syrien saisonnier était familière dans la localité de Zgharta et ses environs. Mais cet étranger accepté parce que de passage a dû se sédentariser en raison du conflit qui sévit en Syrie. Cette installation, qui implique l’arrivée de familles entières, est caractérisée par une très forte précarité et insécurité. Tandis que les propriétaires négligent les conditions de vie de leurs locataires contraints de payer des loyers élevés, les autorités se méfient de ces nouveaux établis qu’elles considèrent sans droits.

13:30 – 14:00

K. Doraï (Ifpo), D. Lagarde (Univ. Toulouse) :

Lorsque les politiques migratoires jordaniennes altèrent l’efficacité des réseaux sociaux des réfugiés syriens

Cette communication vise à mettre en évidence l’influence des réseaux sociaux sur les itinéraires migratoires et les stratégies d’accès aux ressources des réfugiés syriens en Jordanie. Il s’agit en particulier de revenir sur l’évolution des liens sociaux sur lesquels s’est appuyée cette population pour quitter la Syrie, passer la frontière avec la Jordanie, puis sortir des camps de réfugiés pour s’installer en milieu urbain dans les agglomérations du nord du pays (à Amman et Irbid en particulier)

14:00 – 14:30

S. Chiffoleau (LARHRA) : Réseaux, frontières et points d’ancrage: le pèlerinage, une matrice des migrations ?

Le pèlerinage à La Mecque, et de façon générale les pèlerinages aux lieux saints, qui se déclinent en de multiples formes et itinéraires, sont une constante multiséculaire des circulations au Moyen-Orient. En observant les itinéraires des individus et des groupes entre la fin du XIXe siècle et la Seconde Guerre mondiale, on cherchera à voir en quoi ces déplacements sont producteurs de compétences propres aux voyageurs, qui apprennent à s’appuyer sur des réseaux (familiaux, intellectuels, religieux) et à gérer l’apparition des frontières au XXe siècle par exemple, et de quelle manière ensuite ces compétences peuvent être transmises.

14:30 – 15:00

L. Macias (EHESS) : La mesure comme objet de recherche : données quantitatives et cartographie des réfugiés dans le camp de Zaatari en Jordanie

Faire de la mesure un objet de recherche dans le camp de réfugiés de Zaatari permet d’explorer un nouveau paradigme de l’aide humanitaire, celui d’une réponse mieux informée nécessairement plus efficace. Il s’agit de contribuer à répondre à la question sociologique de la professionnalisation de l’humanitaire passant par la standardisation de sa réponse, et la production d’une information comparable, comparée et diffusée sur des plateformes globales. Il s’agit aussi de révéler de nouveaux parcours de professionnalisation de l’humanitaire : celui des statisticiens, des chargés d’information, des cartographes.

15:00 – 15:30 Discussion

Hala Caroline Abou Zaki

Doctorante – EHESS

PhD candidate – EHESS

LAUM-IIAC

Personal Page

 

Biography

Hala C. Abou Zaki is a Phd candidate in Anthropology at the Ecole des hautes études en sciences sociales, in Paris, member of the Laboratoire d’Anthropologie Urbanités Mondialisations-Institut Inerdisciplinaire d’Anthropolologie du Contemporain (LAUM-IIAC). Her PhD research focuses on the sociopolitical and urban transformation of the Palestinian refugee camp of Shatila in Lebanon from its foundation in the late 1940s until today, and how it has impacted people’s and family’s trajectories and the camp social fabric.

Research project

As part of the LAJEH project, she will work on Palestinian refugee’s families from Shatila camp who have been scattered across Lebanon, Syria, Saudi Arabia and Gaza during the 1970s and the 1990s and more recently Switzerland with the events in Syria. She will research how the different members of the family try to maintain ties beyond the various national borders and despite a limited mobility capacity due to their status and travel documents. She conducts her research in collaboration with Veronique Bontemps.

La mesure comme objet de recherche : données quantitatives et cartographie des camps de réfugiés

Léa Macias [1]

Les camps de réfugiés constituent une réponse humanitaire standardisée par des années de pratiques de la part des organisations internationales et des ONG. Les statistiques y sont d’abord utilisées pour évaluer le nombre de réfugiés à l’intérieur de cet espace clos afin de planifier une réponse. Avec la pérennisation des camps dans le temps, les données quantitatives font désormais partie intégrante des opérations humanitaires notamment avec le développement d’indicateurs devant garantir qualité et équité dans la distribution des services aux réfugiés. Ce billet vient ainsi explorer l’enjeu de l’information dans la réponse humanitaire et ainsi la production de savoir humanitaire dans l’espace en urbanisation que constitue un camp de réfugiés.

  1. Un nouveau paradigme : une meilleure réponse humanitaire est une réponse informée

La mesure, et la statistique sont nées d’une volonté de produire des données quantitatives pour comprendre la situation d’un État à gouverner (Rey, 2016). Les enjeux de la construction des indicateurs sont importants car ils couvrent les modalités de recueil des données, la pondération des facteurs et ainsi mettent en lumière « ce qui compte » pour le débat public (Fassert, 2011). L’indicateur devient la chose elle-même et « crée la réalité » (Desrosières, 1993). Les chiffres deviennent alors un instrument du pouvoir et les opérations statistiques de classification une ressource cognitive du pouvoir politique (Moulin, 2011).

Observer la mesure et la donnée dans le contexte des opérations humanitaires permet de révéler ce qui est mis en avant par ces acteurs, les stratégies et les évolutions d’un secteur en pleine professionnalisation. Les indicateurs et la mesure du développement viennent alors alimenter une réponse en accord avec un ensemble de standards internationaux (les indicateurs SPHERE, les guidelines du Camp Coordination and Camp Management, etc.). Ces indicateurs développés dans le cadre d’une approche sectorielle de l’humanitaire participent de la création de cadres opérationnels stricts, d’un mode opératoire standardisé qui donne lieu à une architecture similaire de la réponse, et un ainsi un paysage de camps. Ils ont été crées sur le postulat qu’assistance et protection sont indissociables mais portent uniquement sur le contenu de l’assistance humanitaire. Cette ingénierie humanitaire a engendré la production de chiffres, de statistiques, d’outils de suivi de la réponse humanitaire mais aussi de cartes poussant à une certaine professionnalisation de l’aide humanitaire, et occultant des débats de fond pour n’aborder que les aspects techniques de l’aide (Agier et Saulnier, 2003).

Un enjeu de maximisation de l’impact des programmes est aussi observable. Ainsi des politiques de triage et de choix des bénéficiaires sont à l’œuvre : les ressources humanitaires sont limitées et dans le camp, certains réfugiés sont caractérisés comme plus vulnérables que d’autres. En effet, ce type de réponse qui s’inscrit dans la durée et dans un contexte de diminution des budgets de bailleurs clés comme USAID, devient un enjeu pour les ONG qui opèrent une sélection des réfugiés. Ces derniers deviennent alors « bénéficiaires » d’une aide humanitaire distribuée selon des critères de vulnérabilité eux aussi établis selon des cadres d’analyses et des indicateurs crées notamment au sein des clusters humanitaires (sécurité alimentaire, eau hygiène et assainissement, etc.), eux mêmes composés d’organisations internationales et d’ONG.

Ainsi, les chiffres viennent nourrir un système cherchant à sélectionner ses bénéficiaires et à adapter ses programmes selon un modèle coûts-bénéfices. Les camps de réfugiés, en tant qu’espaces de contrôle fermés, deviennent ainsi des espaces idéals et idéalisés de la production de statistiques et cartographique dans un paysage global de camps. Ces enjeux, liés à des formes de quantification, font du camp « un assemblage structuré de pouvoirs et de connaissances qui inclut (…) la coordination d’instruments physiques, d’arrangements spatiaux, de moyens de communication ainsi que de collecte et de traitement des données, de procédures logistiques et de pratiques discursives » (Ophir, 2007).

Le camp de Zaatari en Jordanie est un terrain d’observation privilégié. Cette « installation provisoire » a été créée dans un contexte d’afflux massifs de réfugiés en provenance de Syrie (UNHCR, 29 Juillet 2015). « Camp modèle », « gouffre financier », « ville », toutes ces qualifications ont été associées au nom de Zaatari devenu objet d’une production de savoirs humanitaires massive: évaluations des besoins, cartes, rapports d’activités, statistiques démographiques et portails en ligne. Depuis 2013, ce camp est désormais devenu la quatrième « ville » la plus peuplée de la Jordanie, et fait l’objet d’une large couverture médiatique. Ce camp devient au regard des humanitaires un parfait objet statistique et cartographique avec : une population contrôlée, des flux entrants et sortants enregistrés, et de ce fait des possibilités d’échantillonnage et production de résultats dits statistiquement représentatifs.

En effet, de la planification du site à la gestion des camps, la production et la gestion stratégique de l’information via des bases de données, des rapports et des cartes sont devenues des pratiques incontournables des acteurs humanitaires, aussi bien des organisations internationales que des ONG internationales et locales. Outil de gestion des populations, ces statistiques sont aussi une forme d’interaction codifiée entre les acteurs de l’aide humanitaire et les réfugiés. Cela soulève un certains nombre de questionnements : Quels appareils statistiques existent dans les camps de réfugiés ? Qui fabrique ces chiffres ? Comment les indicateurs sont-ils crées et choisis ? Quelles stratégies des acteurs de la gouvernance humanitaire cette analyse révèle-t-elle ? Quelle circulation pour ces savoirs et ces acteurs ?

 Faire de la mesure et de sa représentation cartographique un objet de recherche permet d’explorer un nouveau paradigme de l’aide humanitaire, celui d’opérations humanitaires mieux informées nécessairement plus efficaces. Il s’agit de contribuer à une réflexion sociologique de la professionnalisation de l’humanitaire passant par la standardisation de sa réponse, la production d’une information comparable, comparée et diffusée sur des plateformes globales. Des rapports d’évaluations aux cartes en passant par les plateformes d’échange de données il s’agit aussi de révéler de nouveaux parcours de professionnalisation de l’humanitaire : celui des statisticiens, des chargés de gestions de l’information, des cartographes.

  1. Les camps : entre espaces urbains et production de savoir humanitaire

Le camp comme objet d’études humanitaires a été examiné dans sa dimension d’espace en cours d’urbanisation et de son évolution géographique, politique et sociale, dans le temps (Hyndman, 2000). Le camp est envisagé comme espace urbain par les mobilités (quotidiennes mais aussi moins régulières comme, les arrivées et départs des réfugiés) qu’il engendre ainsi que par les pratiques des réfugiés qui y résident (économiques, politiques, culturelles et sociales) (Doraï, 2014).

Certains chercheurs parlent ainsi d’« urbanité émergente » (Pérouse de Montclos et Kagwanja, 2000) ou encore de « ville-nue » (Agier, 2008), d’ « autres villes globales » (Isin, Engin et Rygiel, Kim, 2007). De nombreuses études sur le développement économique d’un ensemble de camps de Dadaab au Kenya, qui sert souvent de référentiel comparatif au camp de Zaatari, ont été conduites (Enghoff, 2010). Le statut urbain des camps de réfugiés comme évolution inévitable de ces espaces dans le temps est désormais reconnu à la fois par les chercheurs et les acteurs humanitaires (Agier, 2014).

L’urbanisation des camps de réfugiés est devenue un paradigme d’analyse repris comme discours politique engendrant des engagements humanitaires variables : dès lors que le camp de Zaatari est qualifié de ville, cela affecte les perceptions, les discours, les représentations cartographiques et les politiques mises en place autour de ce lieu de déplacement qui reste malgré tout un lieu fermé et contrôlé par des militaires en armes. Certains chercheurs vont plus loin en affirmant que les programmes de développement intégrés dès la planification même du camp viennent opérer un contrôle social qui dépasse la conscience des travailleurs humanitaires et vient agir comme plan ordonnateur de la ville en devenir (Jaji, 2011).

Si cette ingénierie humanitaire a donné lieu à des travaux ethnographiques sur le camp comme ensemble urbain de gestion des populations déplacées, peu de recherches s’interrogent sur l’action humanitaire, par ses programmes et la construction de batteries d’indicateurs, d’outils cartographiques, et donc de normes mais aussi sur la perceptions qu’en ont les réfugiés, contribuent-ils à penser le camp comme une ville? Les interactions au sein du camp de Zaatari liées à l’évaluation des besoins produisent-elles une organisation similaire à celle d’une ville ?

Ainsi, en se concentrant sur la mesure et sa représentation dans l’humanitaire, il s’agit de dépasser le questionnement sur la fiabilité des données (Crisp, 1999). Pourquoi faudrait-il compter les réfugiés, quand les limites méthodologiques de cette démarche sont reconnues ? Plus qu’une exactitude et une rigueur mathématique, les statistiques sont collectées par des moyens technocratiques afin d’imposer une notion d’équité en dévaluant les principes de gestion de crise locaux (Bakewell, 1999).

Les usages des statistiques dans l’humanitaire ont essentiellement été étudiés à travers les pratiques de triage (Lachenal, Lefève, Nguyen, 2014). La subjectivité de l’analyse d’un professionnel est alors opposée à l’objectivité d’un score attribué de façon automatique (Porter, 2003). La décision publique, celle de l’aide humanitaire, devient un exercice mathématique selon un modèle coût-bénéfices. Cependant, même dans la recherche, ces travaux produisent un discours d’urgence et « une approche entièrement impliquée dans un savoir-pouvoir qui structure et ordonne le discours sur les réfugiés et leurs mobilités » (Nyers, 2006). De précédents travaux ont également été mené à propos de la production de savoir humanitaire, notamment en Éthiopie et la négociation des chiffres utilisés par les systèmes d’alerte précoces utilisés dans la réponse humanitaire à la famine (Enten, 2008), mais aucune étude systématique n’a été menée sur les camps de réfugiés comme lieux de production d’un/du savoir humanitaire via les statistiques et leur cartographie.

En étudiant les données humanitaires de leur collecte à leur représentation cartographique, il devient possible de déconstruire des discours et des pratiques de l’humanitaire en pleine mutation notamment liée à un usage des nouvelles technologies. Cette approche de la mesure, du savoir humanitaire et de leurs représentations explore ainsi un nouveau paradigme de l’humanitaire selon lequel une meilleure réponse est une réponse informée mais aussi et surtout mesurée.

Bibliographie

Agier, Michel et Bouchet-Saulnier Françoise (2003) « Espaces humanitaires, espaces d’exception » in Fabrice Weissman (dir.), A l’ombre des guerres justes. L’ordre cannibale et l’action humanitaire, Flammarion/MSF (série « Populations en danger »), p 303-318.

Agier, Michel (2008) Gérer les indésirables. Des camps de réfugiés au gouvernement humanitaire, Paris, Flammarion

Agier Michel (2014) (dir.) Un monde de camps, Paris, La Découverte

Bakewell, Oliver (1999) « Can we ever rely on refugee statistics », Radical Statistics Journal, vol. 72, p1

Crisp, Jeff (1999) « Who has counted the refugees? UNHCR and the politics of numbers », new issues in refugee research Working Paper No. 12

Desrosières, Alain (1993) La politique des grands nombres, histoire de la raison statistique, Paris, La Découverte.

Doraï, Kamel (2014) « Asile, camps et insertion urbaine des migrants et réfugiés au Moyen Orient. Une mise en perspective régionale » in Michel Agier, Un monde de camps, Paris, La Découverte

Enghoff, Martin (2010) « In search of protection and livelihood. Socio-economic and environmental impacts of Dadaab refugee camps on host communities »,     ALNAP

Enten, Francois (2008) « L’Aide Alimentaire et la Politique des Chiffres en Ethiopie (2002-2004) », CRASH/Fondation – Médecins Sans Frontières.

Fassert, Chirstine (2011) « Tout ce qui compte ne peut pas être compté : la (non)-fabrication d’un indicateur de sécurité dans le contrôle aérien », Sociologie et sociétés, vol 43, n°2, p 249-271.

Hyndman, Jennifer (2000) Managing displacement. Refugees and the Politics of Humanitarianism, Minneapolis, University of Minnesota Press.

Isin, Engin and Rygiel, Kim (2007) « Of Other Global Cities : Frontiers, Zones, Camps » in Barbara

Jaji, Rose (2011) Social technology and refugee encampment in Kenya, Journal of refugee studies, vol. 25, n°2, p221-238.

Lachenal Guillaume, Lefève Céline et Nguyen Vinh-Kim (2014) « La Médecine du Tri. Histoire, éthique, anthropologie », Les Cahiers du Centre Georges Canguilhem, n°6, Paris, PUF.

Moulin, Stéphane (2011) « La statistique en action », Sociologie et sociétés, vol 43, n°2, p 5-15

Nyers, P (2006) « Rethinking refugees, Beyond States of Emergency, New York, Routledge, p 6.

Ophir, Adi (2007) « The sovereign, the humanitarian, and the terrorist » in Feher M. et al. Non-governmental Politics, New York, Zone, p. 161-166.

Pérouse de Montclos, Marc-Antoine et Kagwanja, Peter Mwangi (2000) « Refugee camps or cities ? The socio-economic dynamics of the Dadaab and Kakuma camps in Northern Kenya », Journal of Refugee Studies, vol. 13, n°2, p205-222

UNHCR (2015) “Le camp de réfugiés de Zaatari en Jordanie a trois ans ; quel avenir pour les milliers de réfugiés qui y résident”, Point de presse. http://www.unhcr.fr/55b8eb409.html

[1] Ce billet est issu d’une recherche de thèse entamée en Septembre 2016 à l’EHESS sous la direction de Michel Agier, et la supervision de Kamel Doraï, portant sur la production de données statistiques dans le camp de Zaatari en Jordanie.