La mesure comme objet de recherche : données quantitatives et cartographie des camps de réfugiés

Léa Macias [1]

Les camps de réfugiés constituent une réponse humanitaire standardisée par des années de pratiques de la part des organisations internationales et des ONG. Les statistiques y sont d’abord utilisées pour évaluer le nombre de réfugiés à l’intérieur de cet espace clos afin de planifier une réponse. Avec la pérennisation des camps dans le temps, les données quantitatives font désormais partie intégrante des opérations humanitaires notamment avec le développement d’indicateurs devant garantir qualité et équité dans la distribution des services aux réfugiés. Ce billet vient ainsi explorer l’enjeu de l’information dans la réponse humanitaire et ainsi la production de savoir humanitaire dans l’espace en urbanisation que constitue un camp de réfugiés.

  1. Un nouveau paradigme : une meilleure réponse humanitaire est une réponse informée

La mesure, et la statistique sont nées d’une volonté de produire des données quantitatives pour comprendre la situation d’un État à gouverner (Rey, 2016). Les enjeux de la construction des indicateurs sont importants car ils couvrent les modalités de recueil des données, la pondération des facteurs et ainsi mettent en lumière « ce qui compte » pour le débat public (Fassert, 2011). L’indicateur devient la chose elle-même et « crée la réalité » (Desrosières, 1993). Les chiffres deviennent alors un instrument du pouvoir et les opérations statistiques de classification une ressource cognitive du pouvoir politique (Moulin, 2011).

Observer la mesure et la donnée dans le contexte des opérations humanitaires permet de révéler ce qui est mis en avant par ces acteurs, les stratégies et les évolutions d’un secteur en pleine professionnalisation. Les indicateurs et la mesure du développement viennent alors alimenter une réponse en accord avec un ensemble de standards internationaux (les indicateurs SPHERE, les guidelines du Camp Coordination and Camp Management, etc.). Ces indicateurs développés dans le cadre d’une approche sectorielle de l’humanitaire participent de la création de cadres opérationnels stricts, d’un mode opératoire standardisé qui donne lieu à une architecture similaire de la réponse, et un ainsi un paysage de camps. Ils ont été crées sur le postulat qu’assistance et protection sont indissociables mais portent uniquement sur le contenu de l’assistance humanitaire. Cette ingénierie humanitaire a engendré la production de chiffres, de statistiques, d’outils de suivi de la réponse humanitaire mais aussi de cartes poussant à une certaine professionnalisation de l’aide humanitaire, et occultant des débats de fond pour n’aborder que les aspects techniques de l’aide (Agier et Saulnier, 2003).

Un enjeu de maximisation de l’impact des programmes est aussi observable. Ainsi des politiques de triage et de choix des bénéficiaires sont à l’œuvre : les ressources humanitaires sont limitées et dans le camp, certains réfugiés sont caractérisés comme plus vulnérables que d’autres. En effet, ce type de réponse qui s’inscrit dans la durée et dans un contexte de diminution des budgets de bailleurs clés comme USAID, devient un enjeu pour les ONG qui opèrent une sélection des réfugiés. Ces derniers deviennent alors « bénéficiaires » d’une aide humanitaire distribuée selon des critères de vulnérabilité eux aussi établis selon des cadres d’analyses et des indicateurs crées notamment au sein des clusters humanitaires (sécurité alimentaire, eau hygiène et assainissement, etc.), eux mêmes composés d’organisations internationales et d’ONG.

Ainsi, les chiffres viennent nourrir un système cherchant à sélectionner ses bénéficiaires et à adapter ses programmes selon un modèle coûts-bénéfices. Les camps de réfugiés, en tant qu’espaces de contrôle fermés, deviennent ainsi des espaces idéals et idéalisés de la production de statistiques et cartographique dans un paysage global de camps. Ces enjeux, liés à des formes de quantification, font du camp « un assemblage structuré de pouvoirs et de connaissances qui inclut (…) la coordination d’instruments physiques, d’arrangements spatiaux, de moyens de communication ainsi que de collecte et de traitement des données, de procédures logistiques et de pratiques discursives » (Ophir, 2007).

Le camp de Zaatari en Jordanie est un terrain d’observation privilégié. Cette « installation provisoire » a été créée dans un contexte d’afflux massifs de réfugiés en provenance de Syrie (UNHCR, 29 Juillet 2015). « Camp modèle », « gouffre financier », « ville », toutes ces qualifications ont été associées au nom de Zaatari devenu objet d’une production de savoirs humanitaires massive: évaluations des besoins, cartes, rapports d’activités, statistiques démographiques et portails en ligne. Depuis 2013, ce camp est désormais devenu la quatrième « ville » la plus peuplée de la Jordanie, et fait l’objet d’une large couverture médiatique. Ce camp devient au regard des humanitaires un parfait objet statistique et cartographique avec : une population contrôlée, des flux entrants et sortants enregistrés, et de ce fait des possibilités d’échantillonnage et production de résultats dits statistiquement représentatifs.

En effet, de la planification du site à la gestion des camps, la production et la gestion stratégique de l’information via des bases de données, des rapports et des cartes sont devenues des pratiques incontournables des acteurs humanitaires, aussi bien des organisations internationales que des ONG internationales et locales. Outil de gestion des populations, ces statistiques sont aussi une forme d’interaction codifiée entre les acteurs de l’aide humanitaire et les réfugiés. Cela soulève un certains nombre de questionnements : Quels appareils statistiques existent dans les camps de réfugiés ? Qui fabrique ces chiffres ? Comment les indicateurs sont-ils crées et choisis ? Quelles stratégies des acteurs de la gouvernance humanitaire cette analyse révèle-t-elle ? Quelle circulation pour ces savoirs et ces acteurs ?

 Faire de la mesure et de sa représentation cartographique un objet de recherche permet d’explorer un nouveau paradigme de l’aide humanitaire, celui d’opérations humanitaires mieux informées nécessairement plus efficaces. Il s’agit de contribuer à une réflexion sociologique de la professionnalisation de l’humanitaire passant par la standardisation de sa réponse, la production d’une information comparable, comparée et diffusée sur des plateformes globales. Des rapports d’évaluations aux cartes en passant par les plateformes d’échange de données il s’agit aussi de révéler de nouveaux parcours de professionnalisation de l’humanitaire : celui des statisticiens, des chargés de gestions de l’information, des cartographes.

  1. Les camps : entre espaces urbains et production de savoir humanitaire

Le camp comme objet d’études humanitaires a été examiné dans sa dimension d’espace en cours d’urbanisation et de son évolution géographique, politique et sociale, dans le temps (Hyndman, 2000). Le camp est envisagé comme espace urbain par les mobilités (quotidiennes mais aussi moins régulières comme, les arrivées et départs des réfugiés) qu’il engendre ainsi que par les pratiques des réfugiés qui y résident (économiques, politiques, culturelles et sociales) (Doraï, 2014).

Certains chercheurs parlent ainsi d’« urbanité émergente » (Pérouse de Montclos et Kagwanja, 2000) ou encore de « ville-nue » (Agier, 2008), d’ « autres villes globales » (Isin, Engin et Rygiel, Kim, 2007). De nombreuses études sur le développement économique d’un ensemble de camps de Dadaab au Kenya, qui sert souvent de référentiel comparatif au camp de Zaatari, ont été conduites (Enghoff, 2010). Le statut urbain des camps de réfugiés comme évolution inévitable de ces espaces dans le temps est désormais reconnu à la fois par les chercheurs et les acteurs humanitaires (Agier, 2014).

L’urbanisation des camps de réfugiés est devenue un paradigme d’analyse repris comme discours politique engendrant des engagements humanitaires variables : dès lors que le camp de Zaatari est qualifié de ville, cela affecte les perceptions, les discours, les représentations cartographiques et les politiques mises en place autour de ce lieu de déplacement qui reste malgré tout un lieu fermé et contrôlé par des militaires en armes. Certains chercheurs vont plus loin en affirmant que les programmes de développement intégrés dès la planification même du camp viennent opérer un contrôle social qui dépasse la conscience des travailleurs humanitaires et vient agir comme plan ordonnateur de la ville en devenir (Jaji, 2011).

Si cette ingénierie humanitaire a donné lieu à des travaux ethnographiques sur le camp comme ensemble urbain de gestion des populations déplacées, peu de recherches s’interrogent sur l’action humanitaire, par ses programmes et la construction de batteries d’indicateurs, d’outils cartographiques, et donc de normes mais aussi sur la perceptions qu’en ont les réfugiés, contribuent-ils à penser le camp comme une ville? Les interactions au sein du camp de Zaatari liées à l’évaluation des besoins produisent-elles une organisation similaire à celle d’une ville ?

Ainsi, en se concentrant sur la mesure et sa représentation dans l’humanitaire, il s’agit de dépasser le questionnement sur la fiabilité des données (Crisp, 1999). Pourquoi faudrait-il compter les réfugiés, quand les limites méthodologiques de cette démarche sont reconnues ? Plus qu’une exactitude et une rigueur mathématique, les statistiques sont collectées par des moyens technocratiques afin d’imposer une notion d’équité en dévaluant les principes de gestion de crise locaux (Bakewell, 1999).

Les usages des statistiques dans l’humanitaire ont essentiellement été étudiés à travers les pratiques de triage (Lachenal, Lefève, Nguyen, 2014). La subjectivité de l’analyse d’un professionnel est alors opposée à l’objectivité d’un score attribué de façon automatique (Porter, 2003). La décision publique, celle de l’aide humanitaire, devient un exercice mathématique selon un modèle coût-bénéfices. Cependant, même dans la recherche, ces travaux produisent un discours d’urgence et « une approche entièrement impliquée dans un savoir-pouvoir qui structure et ordonne le discours sur les réfugiés et leurs mobilités » (Nyers, 2006). De précédents travaux ont également été mené à propos de la production de savoir humanitaire, notamment en Éthiopie et la négociation des chiffres utilisés par les systèmes d’alerte précoces utilisés dans la réponse humanitaire à la famine (Enten, 2008), mais aucune étude systématique n’a été menée sur les camps de réfugiés comme lieux de production d’un/du savoir humanitaire via les statistiques et leur cartographie.

En étudiant les données humanitaires de leur collecte à leur représentation cartographique, il devient possible de déconstruire des discours et des pratiques de l’humanitaire en pleine mutation notamment liée à un usage des nouvelles technologies. Cette approche de la mesure, du savoir humanitaire et de leurs représentations explore ainsi un nouveau paradigme de l’humanitaire selon lequel une meilleure réponse est une réponse informée mais aussi et surtout mesurée.

Bibliographie

Agier, Michel et Bouchet-Saulnier Françoise (2003) « Espaces humanitaires, espaces d’exception » in Fabrice Weissman (dir.), A l’ombre des guerres justes. L’ordre cannibale et l’action humanitaire, Flammarion/MSF (série « Populations en danger »), p 303-318.

Agier, Michel (2008) Gérer les indésirables. Des camps de réfugiés au gouvernement humanitaire, Paris, Flammarion

Agier Michel (2014) (dir.) Un monde de camps, Paris, La Découverte

Bakewell, Oliver (1999) « Can we ever rely on refugee statistics », Radical Statistics Journal, vol. 72, p1

Crisp, Jeff (1999) « Who has counted the refugees? UNHCR and the politics of numbers », new issues in refugee research Working Paper No. 12

Desrosières, Alain (1993) La politique des grands nombres, histoire de la raison statistique, Paris, La Découverte.

Doraï, Kamel (2014) « Asile, camps et insertion urbaine des migrants et réfugiés au Moyen Orient. Une mise en perspective régionale » in Michel Agier, Un monde de camps, Paris, La Découverte

Enghoff, Martin (2010) « In search of protection and livelihood. Socio-economic and environmental impacts of Dadaab refugee camps on host communities »,     ALNAP

Enten, Francois (2008) « L’Aide Alimentaire et la Politique des Chiffres en Ethiopie (2002-2004) », CRASH/Fondation – Médecins Sans Frontières.

Fassert, Chirstine (2011) « Tout ce qui compte ne peut pas être compté : la (non)-fabrication d’un indicateur de sécurité dans le contrôle aérien », Sociologie et sociétés, vol 43, n°2, p 249-271.

Hyndman, Jennifer (2000) Managing displacement. Refugees and the Politics of Humanitarianism, Minneapolis, University of Minnesota Press.

Isin, Engin and Rygiel, Kim (2007) « Of Other Global Cities : Frontiers, Zones, Camps » in Barbara

Jaji, Rose (2011) Social technology and refugee encampment in Kenya, Journal of refugee studies, vol. 25, n°2, p221-238.

Lachenal Guillaume, Lefève Céline et Nguyen Vinh-Kim (2014) « La Médecine du Tri. Histoire, éthique, anthropologie », Les Cahiers du Centre Georges Canguilhem, n°6, Paris, PUF.

Moulin, Stéphane (2011) « La statistique en action », Sociologie et sociétés, vol 43, n°2, p 5-15

Nyers, P (2006) « Rethinking refugees, Beyond States of Emergency, New York, Routledge, p 6.

Ophir, Adi (2007) « The sovereign, the humanitarian, and the terrorist » in Feher M. et al. Non-governmental Politics, New York, Zone, p. 161-166.

Pérouse de Montclos, Marc-Antoine et Kagwanja, Peter Mwangi (2000) « Refugee camps or cities ? The socio-economic dynamics of the Dadaab and Kakuma camps in Northern Kenya », Journal of Refugee Studies, vol. 13, n°2, p205-222

UNHCR (2015) “Le camp de réfugiés de Zaatari en Jordanie a trois ans ; quel avenir pour les milliers de réfugiés qui y résident”, Point de presse. http://www.unhcr.fr/55b8eb409.html

[1] Ce billet est issu d’une recherche de thèse entamée en Septembre 2016 à l’EHESS sous la direction de Michel Agier, et la supervision de Kamel Doraï, portant sur la production de données statistiques dans le camp de Zaatari en Jordanie.

Journée « Regards croisés sur l’exil » – Mardi 9 Mai, Marseille

La cinquième séance du séminaire permanent « Migration & Travail » 2017 est une séance spéciale elle aura lieu mardi 9 mai (9h00-22h00) et sera consacrée aux travaux de partenaires associatifs, journalistes et chercheurs.

Le thème de la journée est « Regards croisés sur l’exil » vous pourrez à la fois écouter des conférences, participer à des débats et voir plusieurs documentaires.

 

 

 

En collaboration avec l’ANR Lajeh, la journée se tiendra au Centre de la Vieille Charité (Cinéma Le Miroir), 2 rue de la Charité, 13002 Marseille. L’entrée est libre.

Programme

Plus d’informations ici.

Second Lajeh meeting programme

Mardi 2 mai – Jour 1

Ifpo

9:00 – 9:30

Accueil des participants

9:30 – 11:00

– Présentation des nouveaux chercheurs

– Présentation de l’avancée du programme (20 min.) – K. Doraï

– Présentation de l’avancée des recherches (30 min) – K. Doraï, J. Al Husseini, N. Neveu

11:00 – 12:30

– Forced migration. Between politics and policies (J. Al Husseini)

– Religious mobility, a historical perspective (N. Neveu)

– Refugees’ settlement and urban dynamics (K. Doraï)

12:30 – 14:00

Pause déjeuner

14:00 – 16:00

Restitutions des terrains effectués (I) – 15 min. par pers.

  • David Lagarde, “Syrian Refugees’ journeys from Jordan to Germany, an Expolratory Fieldwork”
  • Hala Abu-Zaki, “Refugees from Syria in Shatila”
  • Valentina Napolitano, “Syrian refuges in Gaziantep: social interactions, everyday life and engagement in an incertain context”
  • Shirin Arab « The Potential for Redress for Displacement: International Law and Local Perspective »

16:00 – 16:30

Pause

16:30 – 18:00

Restitutions des terrains effectués (II) – 15 min. par pers.

  • Ayham Dalal, “Understanding the Patterns of Urbanization in Zaatari camp: ‘Home’, Culture and the Social Structuring of Space”
  • Delphine Mercier & Mustapha El Miri,  “Overcoming the frontiers of vulnerability throught work”
  • Myriam Ababsa & Kamel Doraï, “Syrian investment and Syrian labour in Sahab (Jordan)”
  • Didem Danis, “Control and Containment: NGOs in Humanitarian Assistance in Istanbul”
  • Paul Tabar, “Political remittances of Syrian refugees in Lebanon”

Mercredi 3 mai – Jour 2

Ifpo

10:00 – 13:00

Travail en atelier – 3 axes

13:00 – 14:30

Pause déjeuner

14:30 – 17:00

– Restitutions en plénière des travaux des 3 axes

– Identification de thématiques transversales

18:00 – 20:00

Table ronde publique à l’IFJ

Borders and migration management, a comparative perspective

Today, border control is at the heart of debates in different parts of the world. This issue raises many questions often linked together: security, migration, economy, etc. Borders are characterized by their changing nature and ongoing negotiations over the crossing’s modalities. During conflicts and political tensions, they often appear as an obstacle to human mobility. This roundtable will discuss different border management experiences through population control mechanisms (United States/Mexico, Jordan/Syria/Palestine borders). Moreover, it will look at how these borders structure the socio-economic life and the daily movements of the local communities and the migrants.

Chair: Falestin Naili (Ifpo, Amman) – Historian

– Philippe Bourmaud (Univ. Lyon 3, France) – Historian, Boundaries in the Middle-East

– Myriam Ababsa (Ifpo, Amman) – Geographer, The Syrian – Jordanian border

– Delphine Mercier (LEST, France) – Sociologist, The Mexican – USA border

– Véronique Bontemps (IIAC, France) – Anthropologist, The Jordan – West bank border

Jeudi 4 mai – Jour 3

Ifpo

10:00 – 12:30

– Calendriers à venir : rencontres, séminaires, missions – K. Doraï, J. Al Husseini, N. Neveu

– Outil cartographique – D. Lagarde et L. Macias

– Valorisation et publications – K. Doraï, J. Al Husseini, N. Neveu

– Coordination entre partenaires

12:30 – 14:00

Pause déjeuner

14:00 – 17:00

Visite d’un quartier migrant à Amman

Daphné Caillol – Visite du quartier philippin

Rand el-Haj Hasan – mise en contact avec association – Visite de Jebel Nadhif

18:00 – 20:00

Table ronde publique à l’IFJ

Refugee camps today. When the temporary settles over time

Set up as temporary solutions to cope with humanitarian refugee crises, refugee camps become over a certain period of time portrayed as places of poverty, insecurity and socio-economic marginalization. The aim of this round table is to focus on long-term evolution of the camps, beyond the short term approach generally used by humanitarian agencies, notably by questioning the inclusion of camps in the urban landscape of the host countries. Different case studies will be discussed, in particular the Palestinian and Syrian refugee camps in the Middle East, in the light of current European experience.

Chair: Philippe Lagrange (Univ. Poitiers, France) – Legal expert

Hala Abu Zaki (IIAC, France) – Anthropologist – Palestinian camps in Lebanon

Jalal Al Husseini (Ifpo, Amman) – Political scientist – Palestinian camps in Jordan

Kamel Doraï (Ifpo, Amman) – Geographer & Ayham Dalal (TU Berlin) – Architect – Syrian camps in Jordan

Elisa Pascucci (RELATE, Finland) – Refugee camps in Europe