Prochain séminaire Lajeh – Mardi 12 décembre – 9h-11h

Continuité temporelle, contigüité spatiale et création d’un monde propre. Le cas de la diaspora chinoise.

Emmanuel Ma Mung

Cette séance posera la question de savoir comment un corps social spatialement dispersé peut se reproduire. La réponse proposée est que cette reproduction se réalise par la création d’un monde propre à la diaspora dans laquelle interviennent plusieurs processus: la représentation et la conscience de la dispersion qui sont à la base de la formation d’une subjectivité collective; l’introduction de la question des origines qui permet l’invention d’une continuité temporelle entre les individus; l’approximation des individus qui permet de traduire le temps généalogique inventé en contigüité spatiale imaginée et d’articuler ainsi un espace et un temps propres à la diaspora, un espace-temps approprié.

Emmanuel Ma Mung est géographe, directeur de recherche émérite au CNRS et membre de l’UMR 7301 MIGRINTER (migrations internationales) qu’il a dirigé de 1995 à 2004. Ses recherches portent sur l’autonomie sociale appréhendée dans ses manifestations chez les populations migrantes, principalement chinoises et maghrébines. Il s’intéresse aux initiatives, individuelles et collectives, aux processus de différenciation introduits par les mobilités spatiales et sociales, à l’organisation spatiale de ces mobilités et à leurs manifestations localisées en privilégiant deux objets d’étude, les diasporas et les économies ethniques. Il a publié de nombreux articles scientifiques et dirigé plusieurs numéros de la Revue Européenne des Migrations Internationales et publié ou dirigé plusieurs ouvrages le dernier paru est Diasporas chinoises et créolisations (avec Léopold Mu Si Yan et Bruno Saura), You Feng éditions, 2015. Le prochain à paraître aux Presses Universitaires François Rabelais s’intitule Étudier les migrations internationales : Expériences de recherches, codirigé avec MA. Hily et Y. Scioldo Zurcher.